Partage


“Toucher terre” La sculpture cĂ©ramique

à l’Espace Monte-Cristo, Fondation Villa Datris, Paris

du 15 avril au 17 décembre 2022

Fondation Villa Datris


Interview de Pauline Ruiz, co-commissaire de l’exposition, par Anne-FrĂ©dĂ©rique Fer, Ă  Paris, le 14 avril 2023, durĂ©e 16’11. © FranceFineArt.

PODCAST –  Interview de Pauline Ruiz, co-commissaire de l’exposition,


par Anne-FrĂ©dĂ©rique Fer, Ă  Paris, le 14 avril 2023, durĂ©e 16’11.
© FranceFineArt.


previous arrow
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
next arrow
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
Toucher terre
previous arrow
next arrow
©Anne-Fréderique Fer, présentation presse, le 14 avril 2023.
Takuro Kuwata, Tea bowl, 2018, Collection Privée, photo Takuro Kuwata.
Takuro Kuwata, Tea bowl, 2018, Collection Privée, photo Takuro Kuwata.
Suzanne Husky, OMO, perles de parfum (série Douceurs de fleurs), 2018. Faïence rouge au colombin émaillée, 41 x 29 x 9 cm, Collection RAJA ART. Photo © Bertrand Michau.
Suzanne Husky, OMO, perles de parfum (série Douceurs de fleurs), 2018. Faïence rouge au colombin émaillée, 41 x 29 x 9 cm, Collection RAJA ART. Photo © Bertrand Michau.

Extrait du communiqué de presse :

Joana Vasconcelos, Krishna, 2014. Faïence émaillée de Rafael Bordalo Pinheiro, dentelle au crochet des Açores, 13 x 39 x 34 cm. Collection privée. © Joana Vasconcelos, Adagp, Paris, 2023. Photo © Franck Couvreur.
Joana Vasconcelos, Krishna, 2014. Faïence émaillée de Rafael Bordalo Pinheiro, dentelle au crochet des Açores, 13 x 39 x 34 cm. Collection privée. © Joana Vasconcelos, Adagp, Paris, 2023. Photo © Franck Couvreur.
Kim Simonsson, Mossgirl with pine camouflage, 2022, courtesy de l’artiste, photo Jefunne Gimpel.
Kim Simonsson, Mossgirl with pine camouflage, 2022, courtesy de l’artiste, photo Jefunne Gimpel.
Brian Rochefort, Bushmaster, 2021. Argile émaillée, fragments de verre, 48 x 48 x 50 cm, Collection Fondation Villa Datris. © Marten Elder, LA USA.
Brian Rochefort, Bushmaster, 2021. Argile émaillée, fragments de verre, 48 x 48 x 50 cm, Collection Fondation Villa Datris. © Marten Elder, LA USA.
Alice Gavalet, Sans titre, 2021. Faïence émaillée, 49 x 57 x 10 cm, Collection Fondation Villa Datris. Photo © Bertrand Michau, © Adagp, Paris, 2023.
Alice Gavalet, Sans titre, 2021. Faïence émaillée, 49 x 57 x 10 cm, Collection Fondation Villa Datris. Photo © Bertrand Michau, © Adagp, Paris, 2023.

Commissariat d’exposition et scĂ©nographie : 

Pauline Ruiz et Jules Fourtine





Dans ce lieu dĂ©diĂ© Ă  la sculpture contemporaine et Ă  travers les oeuvres de la Collection Fondation Villa Datris, l’exposition rĂ©unit plus de 50 cĂ©ramiques d’artistes français et internationaux autour du thĂšme de la terre.

La dĂ©couverte de la matiĂšre nous plonge dans une forĂȘt primitive abritant diffĂ©rentes espĂšces animales et vĂ©gĂ©tales, crĂ©atures inspirĂ©es par la Nature, les mythologies ou encore les contes, et nĂ©es de l’imaginaire d’artistes tels que Caroline Achaintre, Johan Creten et Elsa Sahal.

Des entrailles de la terre comme tĂ©moin archĂ©ologique de notre civilisation, jusqu’à l’intimitĂ© de l’atelier oĂč rĂšgnent l’accident et le contrĂŽle, le hasard comme la chance, la cĂ©ramique rĂ©vĂšle ses forces et ses faiblesses entre les mains des artistes Erik Dietman, Suzanne Husky, BarthĂ©lĂ©my Toguo et tant d’autres.

Enfin, la Carte blanche confiĂ©e Ă  Kim Simonsson nous transporte dans l’univers onirique et mĂ©lancolique des Moss People, ces petits ĂȘtres de la forĂȘt rĂ©unis dans une installation inĂ©dite et spectaculaire.




Edito
par Pauline Ruiz et Jules Fourtine, commissaires d’exposition


ProcĂ©dĂ© alchimique ancestral, la cĂ©ramique consiste en la transformation de la terre argileuse par le feu. RĂ©unis autour de ce thĂšme, les visiteurs sont invitĂ©s Ă  la dĂ©couverte des oeuvres de la Collection Fondation Villa Datris Ă  travers l’expression anodine et pourtant mystĂ©rieuse « toucher terre».


Toucher terre
c’est faire l’expĂ©rience de la matiĂšre. De leurs mains, les artistes façonnent les formes, se jouent des tensions et des contraintes de la cĂ©ramique, Ă  la fois matiĂšre et technique, dans une explosion jubilatoire de couleurs et de textures.


Toucher terre
c’est aussi s’ancrer, s’inscrire, prendre conscience de ce que nous sommes et de ce qui nous entoure. C’est avoir pris le recul nĂ©cessaire pour se mettre au diapason du monde.


Toucher terre
c’est enfin rejoindre la tribu d’enfants des Moss People crĂ©Ă©e par Kim Simonsson. ConstituĂ©s de terre et recouverts de mousse, ces personnages crĂ©ent une sociĂ©tĂ© alternative qui met en perspective notre façon de vivre.


À l’image de la cĂ©ramique elle-mĂȘme, cette exposition a Ă©tĂ© pensĂ©e comme une expĂ©rience qui nous transforme. InvitĂ©s Ă  traverser la forĂȘt et Ă  rencontrer les ĂȘtres qui la peuplent, nous passons l’épreuve du feu, celle du four, pour regarder Ă  travers le miroir de notre civilisation et nous poser cette question « et s’il Ă©tait temps pour nous de toucher terre ? »

Johan Creten, Couple / Koppel, 2013. GrÚs émaillé, 148 x 30 cm. Collection Fondation Villa Datris. © Adagp, Paris, 2023, Photo © Claire Dorn.
Johan Creten, Couple / Koppel, 2013. GrÚs émaillé, 148 x 30 cm. Collection Fondation Villa Datris. © Adagp, Paris, 2023, Photo © Claire Dorn.
Caroline Achaintre, Elm, 2021, Collection Fondation Villa Datris, Photo © Romain Darnaud.
Caroline Achaintre, Elm, 2021, Collection Fondation Villa Datris, Photo © Romain Darnaud.

Parcours de l’exposition

Entrée en matiÚre
Ancestrale et pourtant rĂ©solument contemporaine, la cĂ©ramique rĂ©invente la pratique sculpturale. À travers des assemblages peu conventionnels de matĂ©riaux, le dĂ©tournement de techniques traditionnelles ou encore le contre-emploi de formes utilitaires, les artistes nous surprennent par une explosion de couleurs et de textures.

MatiĂšre premiĂšre
Entre les mains des artistes, la matiÚre terre permet de célébrer la flore et la faune dans toute leur puissance et leur majesté. Comme un hommage à la nature, la céramique se transforme en créatures inspirées des origines, nous laissant apercevoir un futur en devenir.

Ventre de la terre
Dans nombre de mythes et de lĂ©gendes, l’humain est un ĂȘtre fait de terre. CrĂ©atures devenues crĂ©ateurs, les artistes façonnent l’argile Ă  leur tour pour rĂ©inventer un monde. Ils donnent naissance Ă  des paysages et des personnages inspirĂ©s de notre inconscient collectif, de nos rĂȘves comme de nos cauchemars.

MatiĂšre Ă  panser
Lieu d’expĂ©rimentation artistique en trois dimensions, la cĂ©ramique est, plus que tout autre technique, soumise au hasard. Redoublant d’inventivitĂ©, les artistes se jouent des tensions et des contraintes de ce matĂ©riau et mettent en valeur ses forces et ses faiblesses au prisme de la nature humaine.

MatiÚre archéologique
Fossile fantomatique, dĂ©chets prĂ©cieux, Ă©lĂ©ments banals de construction rendus joyeux : devenus terre, ces objets sont magnifiĂ©s, sublimĂ©s et pĂ©rennisĂ©s. DĂ©tournant la valeur anthropologique de la cĂ©ramique, son statut de tĂ©moin de civilisations anciennes, les artistes proposent une projection futuriste de ce que pourraient ĂȘtre les vestiges de notre prĂ©sent.

Carte blanche Ă  Kim SIMONSSON
C’est Ă  travers une installation inĂ©dite et spectaculaire comprenant douze personnages, que Kim Simonsson nous transporte dans l’univers onirique et mĂ©lancolique des Moss People. À l’image des contes nordiques, ce “Peuple de la Mousse”, composĂ© d’enfants et d’animaux, s’agrandit au rythme des crĂ©ations de l’artiste. Recouvrant de fibre de nylon ses sculptures en grĂšs, Kim Simonsson obtient une Ă©tonnante texture semblable Ă  la mousse qui recouvre le sol, les rochers et les troncs d’arbres. C’est vĂȘtus de ce prĂ©cieux camouflage que les Moss People se fondent dans leur environnement pour mieux survivre. Mise en scĂšne dans un dĂ©cor de mousse naturelle, l’installation occupe l’intĂ©gralitĂ© de la plus grande salle d’exposition et joue avec l’architecture du lieu ; deux de ces personnages, crĂ©Ă©s spĂ©cialement pour l’occasion, grimpent sur les murs et les poutres de la charpente. Face Ă  l’installation, nous assistons Ă  l’instant figĂ© d’une dĂ©couverte, les Moss People, intriguĂ©s, observent un gĂ©ant de 5 mĂštres Ă©tendu sur le sol.




Les artistes 
Caroline ACHAINTRE / Pauline BAZIGNAN / Jean-Baptiste BERNADET / Nani CHAMPY-SCHOTT / Johan CRETEN / Monika DEBUS / Erik DIETMAN / Christiane FILLIATREAU / Alice GAVALET / Tue GREENFORT / Marie HEUGHEBAERT / Safia HIJOS / Ninon HIVERT / Suzanne HUSKY / Edith KARLSON / Klara KRISTALOVA / Takuro KUWATA / Sophie LAVAUX / Fernand LÉGER / Claire LINDNER / Luigi MAINOLFI / Tony MARSH / Erin Jane NELSON / Laurent NICOLAS / JosĂšfa NTJAM / Valentina & Claudio ORNAGHI & PRESTINARI / Caitriona PLATTS-MANOURY / BenoĂźt POUPLARD / Shahpour POUYAN / Antoine RENARD / Brian ROCHEFORT / Elsa SAHAL / Kim SIMONSSON / BarthĂ©lĂ©my TOGUO / Elmar TRENKWALDER / Joana VASCONCELOS / Anne VERDIER / Gabrielle WAMBAUGH / Anne WENZEL / Alex ZABLOCKI / Kim SIMONSSON (carte blanche)