Partage


“Eva Jospin“ Galleria

au musée de la Chasse et de la Nature, Paris

du 16 novembre 2021 au 20 mars 2022

musée de la Chasse et de la Nature



Interview de Eva Jospin,
par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 15 novembre 2021, durée 14’20. © FranceFineArt.

PODCAST –  Interview de Eva Jospin,

par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 15 novembre 2021, durée 14’20.
© FranceFineArt.

son à insérer (click sur remplacer et changer à partir d’un url)

previous arrow
01-DSC_0740
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
next arrow
01-DSC_0740
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
Eva Jospin
previous arrow
next arrow
©Anne-Fréderique Fer, présentation presse avec Eva Jospin, le 15 novembre 2021.

Vue de l’atelier d’Eva Jospin. © Musée de la Chasse et de la Nature - Béatrice Hatala / ADAGP, Paris, 2021.
Vue de l’atelier d’Eva Jospin. © Musée de la Chasse et de la Nature – Béatrice Hatala / ADAGP, Paris, 2021.
Vue de l’atelier d’Eva Jospin. © Musée de la Chasse et de la Nature - Béatrice Hatala / ADAGP, Paris, 2021.
Vue de l’atelier d’Eva Jospin. © Musée de la Chasse et de la Nature – Béatrice Hatala / ADAGP, Paris, 2021.
Vue de l’atelier d’Eva Jospin. © Musée de la Chasse et de la Nature - Béatrice Hatala / ADAGP, Paris, 2021.
Vue de l’atelier d’Eva Jospin. © Musée de la Chasse et de la Nature – Béatrice Hatala / ADAGP, Paris, 2021.

Extrait du communiqué de presse :



Vue de l’atelier d’Eva Jospin. © Musée de la Chasse et de la Nature - Béatrice Hatala / ADAGP, Paris, 2021.
Vue de l’atelier d’Eva Jospin. © Musée de la Chasse et de la Nature – Béatrice Hatala / ADAGP, Paris, 2021.
Vue de l’atelier d’Eva Jospin. © Musée de la Chasse et de la Nature - Béatrice Hatala / ADAGP, Paris, 2021.
Vue de l’atelier d’Eva Jospin. © Musée de la Chasse et de la Nature – Béatrice Hatala / ADAGP, Paris, 2021.
Vue de l’atelier d’Eva Jospin. © Musée de la Chasse et de la Nature - Béatrice Hatala / ADAGP, Paris, 2021.
Vue de l’atelier d’Eva Jospin. © Musée de la Chasse et de la Nature – Béatrice Hatala / ADAGP, Paris, 2021.

Commissariat : Christine Germain-Donnat, directrice du musée de la Chasse et de la Nature





Il y a dix ans déjà, le musée de la Chasse et de la Nature faisait l’acquisition de la Forêt d’Eva Jospin. Première oeuvre de l’artiste à entrer dans une collection muséale, cette Forêt suscite encore et toujours chez qui s’en approche, curiosité et émerveillement. En carton brut, découpée, échevelée, l’oeuvre de prime abord impénétrable s’offre telle une porte ouverte à toutes les rêveries et les suppositions. Exposée sous les combles de l’hôtel de Mongelas, c’est une tranche de merveilleux que le musée propose à ses visiteurs, une forêt de conte de fée ou de cauchemar au gré des projections de chacun.

Pour célébrer cette décennie, le musée a donné carte blanche à Eva Jospin, lui demandant d’investir les lieux de ses oeuvres récentes auxquelles s’ajoute une création nouvelle ; la Galleria dont l’exposition tire son titre.

Pergola, nymphée et cénotaphe ponctueront les salons de peinture, des lianes et des plantes éphémères s’insinueront sous les combles tandis que Galleria se déploiera dans la salle d’exposition temporaire du musée.

Dans cette création, un long et monumental passage vouté où architecture et nature sont indissociables et que le visiteur est invité à traverser, on identifie les thématiques chères à l’artiste ; celle des jardins baroques italiens, des rocailles fantaisistes du XVIIIe siècle et des grottes féériques. On y décèle aussi son admiration pour les studiolos de la Renaissance, les cabinets de savants et d’érudits chargés d’objets et de Naturalia, de représentations microcosmiques de la nature, fragiles et précieuses à la fois.

Devenu son matériau signature, le carton se fait pierre l’espace d’un mur immense ou celui d’une voute, puis futaie et taillis autour de Galleria, enfin dentelle, orfèvrerie et marqueterie à l’intérieur des caissons qu’Eva Jospin envisage comme autant de sculptures à découvrir.

Plus qu’une exposition, c’est un monde en soi que le visiteur est invité à pénétrer, au coeur de l’expérience esthétique et immersive que propose notamment l’oeuvre Galleria.