Partage


“Fantographie“
Images et traces de l’Invisible (1850-1950)

à la Maison d’Auguste Comte, Paris

du 4 novembre au 18 décembre 2021

Maison d’Auguste Comte



Interview de Emmanuelle Fructus et de Philippe Baudouin, commissaires d'exposition, par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 16 novembre 2021, durée 23’19. © FranceFineArt.

PODCAST –  Interview de Emmanuelle Fructus et de Philippe Baudouin, commissaires d’exposition,

par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 16 novembre 2021, durée 23’19.
© FranceFineArt.

son à insérer (click sur remplacer et changer à partir d’un url)

previous arrow
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
26-DSC_1050
Fantographie
next arrow
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
Fantographie
26-DSC_1050
Fantographie
previous arrow
next arrow
©Anne-Fréderique Fer, visite de l’exposition avec Emmanuelle Fructus et Philippe Baudouin, le 16 novembre 2021.

Anonyme, Le magicien Chambly, vers 1880. Collection Georges Naudet.
Anonyme, Le magicien Chambly, vers 1880. Collection Georges Naudet.
Anonyme, Fillettes surprises par l'apparition d'un fantôme, vers 1900. Collection Christophe Goeury.
Anonyme, Fillettes surprises par l’apparition d’un fantôme, vers 1900. Collection Christophe Goeury.

Extrait du communiqué de presse :



Anonyme, Fantôme et gentilhomme jouant aux cartes, vers 1900. Collection Sébastien Lifshitz
Anonyme, Fantôme et gentilhomme jouant aux cartes, vers 1900. Collection Sébastien Lifshitz
Anonyme, Jeune homme dans un intérieur avec un fantôme dans son dos, vers 1900. Collection Sébastien Lifshitz.
Anonyme, Jeune homme dans un intérieur avec un fantôme dans son dos, vers 1900. Collection Sébastien Lifshitz.
Anonyme, Photographie spirite, 1941. Collection de l'Institut Métapsychique International (IMI).
Anonyme, Photographie spirite, 1941. Collection de l’Institut Métapsychique International (IMI).

Commissaires :
Emmanuelle Fructus et Philippe Baudouin





“Un fantôme ne se montre jamais nu : il apparaît revêtu d’un suaire, ou ‘dans ses habits ordinaires’. Croire en lui, dès lors, revient à croire que la mort n’a pas seulement le pouvoir de les rendre visibles quand il ne reste plus rien d’eux, mais que le même pouvoir est étendu aux fabrications textiles.” Ambrose Bierce, Le Dictionnaire du Diable (1911)



À l’occasion de la 10e édition du festival PhotoSaintGermain, la Maison d’Auguste Comte accueille l’exposition Fantographie, Images et traces de l’Invisible (1850 – 1950). Rares, voire inédites, les images réunies pour cet événement, interrogent la figure du fantôme et sa représentation dans l’imaginaire social et artistique. Issus d’un riche ensemble de collections privées, ces objets retracent, chacun à leur manière, l’histoire de la « photographie spirite ». Quelque peu oubliée aujourd’hui, cette tradition, apparue aux États-Unis durant la seconde moitié du XIXe siècle, remporte, dès son arrivée sur le continent européen, un vif succès auprès du public. Étrange coïncidence, le terme « spiritisme » apparaît pour la première fois sous la plume d’Allan Kardec en avril 1857 dans son fameux Livre des Esprits, soit quelques mois avant que le fondateur du positivisme ne rende son dernier souffle. Parallèlement à la vague de tables tournantes qui déferle sur l’Europe à cette époque, la question de la communication avec les morts se retrouve au coeur de nouveaux procédés techniques qui confèrent alors à la prise de vue une dimension résolument tournée vers l’occultisme. Dans la pénombre des ateliers et des chambres noires, certains photographes, qu’ils soient professionnels ou amateurs, tentent ainsi de capturer l’âme des défunts en rendant tangible l’existence d’un au-delà. Or, qu’elles soient le fruit d’accidents ou de manipulations volontaires, ces images conservent, malgré le temps, leur pouvoir de suggestion et continuent de nous interpeller, soulignant de cette façon, comme l’avait déjà remarqué Roland Barthes, la grande proximité existant entre le domaine de la photographie et celui de la magie.


Emmanuelle Fructus et Philippe Baudouin





Pour accompagner l’exposition, un livre FANTOGRAPHIE. Images et traces de l’Invisible (1850-1950), sous la direction de Emmanuelle Fructus et Philippe Baudouin, est publié en coédition Maison d’Auguste Comte / PhotoSaintGermain / Silence Editions.