Partage


“Celine Croze“
Siempre que estemos vivos nos veremos

à la galerie Sit Down, Paris

du 17 juin au 23 juillet 2022

galerie Sit Down


Interview de Celine Croze, par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 16 juin 2022, durée 19’57. © FranceFineArt.

PODCAST –  Interview de Celine Croze,


par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 16 juin 2022, durée 19’57.
© FranceFineArt.

son à insérer (click sur remplacer et changer à partir d’un url)

previous arrow
Celine Croze
Celine Croze
Celine Croze
Celine Croze
Celine Croze
Celine Croze
Celine Croze
Celine Croze
Celine Croze
Celine Croze
next arrow
Celine Croze
Celine Croze
Celine Croze
Celine Croze
Celine Croze
Celine Croze
Celine Croze
Celine Croze
Celine Croze
Celine Croze
previous arrow
next arrow
©Anne-Fréderique Fer, visite de l’exposition avec Celine Croze, le 16 juin 2022.

Extrait du communiqué de presse :



Celine Croze, Série SQEVNV, YAIR, 2015, Impression pigmentaire sur papier Fine Art Hahnemuhle. © Celine Croze courtesy galerie Sit Down.
Celine Croze, Série SQEVNV, YAIR, 2015, Impression pigmentaire sur papier Fine Art Hahnemuhle. © Celine Croze courtesy galerie Sit Down.
Celine Croze, Série SQEVNV, Solitario, 2015. Impression pigmentaire sur papier Fine Art Hahnemuhle. © Celine Croze courtesy galerie Sit Down.
Celine Croze, Série SQEVNV, Solitario, 2015. Impression pigmentaire sur papier Fine Art Hahnemuhle. © Celine Croze courtesy galerie Sit Down.

Siempre que estemos vivos nos veremos (“Tant que nous serons en vie nous nous verrons“) | l’exposition


La galerie Sit Down a le plaisir de présenter SQEVNV, la première exposition personnelle de Celine Croze, artiste visuelle française née au Maroc en 1982. Son écriture poétique et documentaire témoigne dans ses différentes séries de la violence existant en Amérique Latine. Par son acte photographique empreint des codes cinématographiques – l’artiste est aussi chef opérateur – elle fictionnalise le réel et nous plonge dans des récits de violence et de sensualité.

Le cadrage de ses images, leur spectre chromatique fait des couleurs de l’obscurité, des rouges et des verts sombres, absorbent les rares lumières et rappellent les tons tragiques du Caravage. Elle photographie la vie et son reflet, la fragilité, la grâce, la mélancolie, la solitude. La nuit est son univers poétique. Les teintes sourdes de ces images nous transportent dans des huis-clos à l’écriture envoutante, capables de traduire une approche fusionnelle et tendre vers les personnes rencontrées et photographiées.

Son témoignage sur les bas fonds et la violence qui gangrènent le continent sud-américain où elle raconte sa vie et la sincérité de son immersion au sein de ces gangs ultra violents, de ces alcooliques, et prostituées, donnent à ses images une puissance d’autant plus grande. Des paysages aux couleurs de plomb parsèment aussi son oeuvre, toujours très picturaux, traités en clairs obscurs où la douceur de la pénombre ajoute encore à leur mystère.

A travers le prisme du documentaire social, en utilisant les codes cinématographiques pour raconter une histoire, les images de Celine Croze deviennent de véritables visions poétiques.

Celine Croze, Série SQEVNV, Pacaya, 2015, Impression pIgmentaire sur papier Fine Art Hahnemuhle. © Celine Croze courtesy galerie Sit Down.
Celine Croze, Série SQEVNV, Pacaya, 2015, Impression pIgmentaire sur papier Fine Art Hahnemuhle. © Celine Croze courtesy galerie Sit Down.
Celine Croze, Série SQEVNV, Maçã, 2019, Impression pIgmentaire sur papier Fine Art Hahnemuhle. © Celine Croze courtesy galerie Sit Down.
Celine Croze, Série SQEVNV, Maçã, 2019, Impression pIgmentaire sur papier Fine Art Hahnemuhle. © Celine Croze courtesy galerie Sit Down.

SQEVNV « Siempre que estemos vivos nos veremos »

(« Tant que nous serons en vie nous nous verrons »)



« Siempre que estemos vivos nos veremos », c’est la dernière phrase que m’a dite Yair. Nous étions sur l’azotea (toit) du bloc 11, la brume enveloppait Caracas, la rumeur folle de la ville ressemblait à un chant funèbre. C’était une balle dans mon coeur. La conscience de sa propre fin avait quelque chose de terrible et sublime à la fois. Tout était dit. L’urgence de la vie, la fascination pour la mort, l’effondrement du pays. L’extrême violence et l’absurdité de la situation donnait l’impression que la vie n’était qu’un jeu.

Je me rappelais deux jours plus tôt la gallina (arène pour combats de coqs). L’odeur du sang mélangée au rhum et la sueur, les cris de rage, l’excitation de chaque homme. Une transe impalpable enivrait l’arène. Comme si nous étions tous fous. Comme si le sang, la mort et le pouvoir rendaient plus vivants. L’énergie chaotique de la ville résonnait dans chaque combat telle une danse qui se déploie, qui reste et pleure impuissante.

Un mois plus tard, Yair fut abattu. Il avait 27 ans.

Mes errances en Amérique Latine furent traversées par d’autres rencontres saisissantes. Comme ces coqs de combats, je voyais des êtres danser et s’accrocher au désordre. J’y retrouvais à chaque fois cette même sensualité insolente, comme une furieuse provocation, comme un cri d’adolescent amusé par le danger, condamné et libre.


Celine CROZE

Celine Croze, Série SQEVNV, Gallos, 2015, Impression pIgmentaire sur papier Fine Art Hahnemuhle. © Celine Croze courtesy galerie Sit Down.
Celine Croze, Série SQEVNV, Gallos, 2015, Impression pIgmentaire sur papier Fine Art Hahnemuhle. © Celine Croze courtesy galerie Sit Down.
Celine Croze, Série SQEVNV, Animal Tropical, 2017, Impression pIgmentaire sur papier Fine Art Hahnemuhle. © Celine Croze courtesy galerie Sit Down.
Celine Croze, Série SQEVNV, Animal Tropical, 2017, Impression pIgmentaire sur papier Fine Art Hahnemuhle. © Celine Croze courtesy galerie Sit Down.

Le livre 
SIEMPRE QUE photographies de Celine Croze aux éditions lamaindonne 
Sortie en librairie juillet 2022 
http://www.lamaindonne.fr



Celine Croze| biographie
Celine Croze est née à Casablanca (Maroc) en 1982. Elle poursuit ses études en France où elle obtient un Master en Art du Spectacle, puis se spécialise dans l’image à L’ESEC ainsi qu’à L’EICTV de Cuba. Elle commence sa carrière en tant qu’assistante opérateur sur des longs métrages tels que “Ixcanul“ de Jayro Bustamante (Ours d’argent au Festival de Berlin 2015) ou “Las herederas“ de Marcello Martinessi (Ours d’argent Festival de Berlin 2018). Parallèlement à son parcours dans le cinéma, elle développe plusieurs projets photographiques et vidéos. Elle participe aux workshops organisés par la galerie Void avec Antoine d’Agata et la maison d’édition Akina avec Kladvij Sluban. Sensible aux fêlures que traverse notre société, Celine Croze utilise les codes cinématographiques pour montrer une histoire, transgresser le monde qui l’entoure, s’immiscer dans la faille de ceux qu’elle regarde. Ses différents travaux en tant que photographe et vidéaste ont été présentés aux Rencontres Internationales de la Photographie de Fès, au Billboard Festival de Casablanca, à la Biennale de Marrakech et du Paraguay, au festival de Kassel, au Fuam d’Istanbul et à la Fondation de la Photographie de Tanger. En 2019 elle est la lauréate du Festival In Cadaqués avec SQVNV. En 2020 elle obtient le prix révélation du festival MAP et du festival Face à la Mer avec cette même série. Cette même année, elle est lauréate du prix Mentor avec son projet Mala Madre et également Tremplin Jeunes Talents du festival Planche(s) Contact à Deauville où elle a reçu pour l’édition 2021 le prix du public.