Partage


“Mérignac Photo 2021”
Des mondes possibles

4 lieux Ă  MĂ©rignac

du 30 avril au 8 août 2021


MĂ©rignac Photo

PODCAST - Interview de Émeline Dufrennoy, commissaire invitée du Mérignac Photo 2021, par Anne-Frédérique Fer, enregistrement réalisé par téléphone, entre Paris et Strasbourg, le 22 avril 2021, durée 20’04. © FranceFineArt.
(photographie, crédit © Christophe Urbain)

PODCAST –  Interview de Émeline Dufrennoy, commissaire invitĂ©e du MĂ©rignac Photo 2021,

par Anne-Frédérique Fer, enregistrement réalisé par téléphone, entre Paris et Strasbourg, le 22 avril 2021, durée 20’04,
© FranceFineArt.
(photographie, crédit © Christophe Urbain)


Meryl Mc Master, On the Edge of This Immensity, 2019, Digital C-Print, 40 x 60 cm, Courtesy of the artist and Stephen Bulger Gallery and Pierre-François Ouellette art contemporain.
Meryl Mc Master, On the Edge of This Immensity, 2019, Digital C-Print, 40 x 60 cm, Courtesy of the artist and Stephen Bulger Gallery and Pierre-François Ouellette art contemporain.
Vincent Chevillon, Spermwhaler’s dream, 2011-2020, courtesy de l’artiste.
Vincent Chevillon, Spermwhaler’s dream, 2011-2020, courtesy de l’artiste.
Sandrine Elberg, Galaxy, 2017, courtesy de l’artiste.
Sandrine Elberg, Galaxy, 2017, courtesy de l’artiste.
Michel Le Belhomme, Les deux labyrinthes, 2015-2020, courtesy galerie binome.
Michel Le Belhomme, Les deux labyrinthes, 2015-2020, courtesy galerie binome.
Maryse Goudreau, Tankonautes.
Maryse Goudreau, Tankonautes.
LĂ©a Habourdin, Si les oiseaux chantent, 2021.
LĂ©a Habourdin, Si les oiseaux chantent, 2021.
Juliette Agnel, Les portes de glace V, 2018, courtesy Galerie Françoise Paviot.
Juliette Agnel, Les portes de glace V, 2018, courtesy Galerie Françoise Paviot.
Jennifer Niederhauser Schlup, Alfred University Stull Observatory I, « Do you really believe they put a man on the moon », 2016.
Jennifer Niederhauser Schlup, Alfred University Stull Observatory I, « Do you really believe they put a man on the moon », 2016.

Extrait du communiquĂ© de presse :





commissariat :
Émeline Dufrennoy, commissaire invitée du Mérignac Photo 2021






Mondes inconnus, fantasmés, non advenus… Sous le thème « Des mondes possibles », le Mérignac Photo 2021 invite à rêver le monde et ses représentations.

Dans une scénographie convoquant photographie, vidéo et installation Mérignac Photo se déploie au travers de quatre lieux.

Entre espaces d’exposition et espace de la ville, l’événement présente une vingtaine d’artistes internationaux, notamment au travers d’une collaboration avec MOMENTA Biennale de l’image (Montréal, Canada).

A la Vieille église, point central de la manifestation, machines à rêves et rêves de conquêtes côtoient fables et goût pour l’absurde.

En Ă©cho, Ă  la MĂ©diathèque Michel Sainte Marie et Ă  la rĂ©sidence des Fauvettes – nouvel espace investi spĂ©cialement pour l’évĂ©nement – seront questionnĂ©s les enjeux de la conservation de la mĂ©moire et des connaissances, et le rĂ´le des images dans notre comprĂ©hension du monde. En filigrane s’y dessinent les projections sur l’écroulement de nos sociĂ©tĂ©s et sur des futurs sans humanitĂ©. Certaines pistes pourtant, dessinent des hypothèses sur notre manière d’habiter le monde, Ă  la recherche d’autres Ă©quilibres.

Au parc du Vivier enfin, quatre propositions d’artistes sont prĂ©sentĂ©es qui abordent diffĂ©rents « mondes possibles Â» et livrent les probables devenirs d’un monde dĂ©jĂ  sur le point d’advenir.






Des mondes possibles

Qu’est-ce qui nous meut ?

Quel rĂŞve, quelle folie nous pousse Ă  bord d’engins improbables de l’autre cĂ´tĂ© de la montagne, de l’autre cĂ´tĂ© de la mer, nous fait tourner le regard vers les Ă©toiles ?

Dés/espoir de meilleurs lendemains, soif de conquête ou curiosité scientifique, les forces qui guident les utopies humaines sont innombrables.

L’histoire de la représentation photographique des confins est intrinsèquement liée à l’idée d’horizon et à la limite du regard, à la quête des origines, aux projections vers l’inconnu.

Dès son apparition, la photographie va accompagner l’exploration du territoire, et va aider à sa cartographie, à sa circonscription, nourrissant utopies et migrations humaines, façonnant l’idée de l’ailleurs et de l’altérité.

Objets de récit indiciels, les images provoquent des représentations imaginaires, des projections fantasmées, participant à la construction des mythes fondateurs de nos sociétés contemporaines.

Dans des entreprises aussi hasardeuses que fragiles, sur des embarcations lancĂ©es Ă  l’incertitude, l’explorateur va ainsi contribuer Ă  la fabrique de rĂ©alitĂ©s alternatives, sortes de paradis perdus jamais advenus. Outil d’idĂ©ologies et vecteur de pensĂ©e dominante, le photographique remplace et transforme alors le monde par la production globalisĂ©e d’une sorte de « fiction rĂ©elle Â». Les reprĂ©sentations du monde en sont les tĂ©moins, rĂ©vĂ©latrices d’histoires de conquĂŞtes, d’asservissements, de dominations, d’appropriations et de mutation des territoires et des ĂŞtres.

Aujourd’hui cependant, dans un contexte globalisé, le monde apparaît comme rétréci. Plus de continents inconnus, plus de territoires inconquis. l’homme semble avoir plié le temps et l’espace à sa mesure. Cartographié, scanné, numérisé, le monde nous donne la sensation d’une fin.

L’image numérique démultiplie ce message par sa capacité nouvelle à étendre les points de vue et les connaissances, et à influencer les systèmes de représentation et d’information. Le flux des images guide nos imaginaires. Conjuguée au futur, cette capacité à embrasser le monde en un instant semble pourtant dérisoire. Les projections sur l’à venir convoquent dystopies et collapsologie. L’Anthropocène cède le pas au Thanatocène.

L’image participe à la construction et à la multiplication de ces nouveaux imaginaires des possibles. Par le biais des projections, des croyances et des fantasmes sur l’avenir, de nouveaux récits s’écrivent autour de ces devenirs probables.

Un déplacement s’opère.

Emeline Dufrennoy, Commissaire invitée du Mérignac Photo 2021






La programmation : 4 lieux / 20 artistes internationaux




1.Vieille Église – Rue de la Vieille Église – 33700 MĂ©rignac

Juliette Agnel (FR), Vincent Chevillon (FR), Sandrine Elberg (FR), Thierry Fournier (FR), Rubén Martín de Lucas (ES), Aurélien Mauplot (FR), Mohau Modisakeng (ZA), Jennifer Niederhauser-Schlup (CH), Guido van der Werve (NL)




2. MĂ©diathèque Michel Sainte-Marie – 19, place Charles-de-Gaulle – 33700 MĂ©rignac

Lionel Bayol-Themines (FR), Persijn Broersen & Margit Lukács (NL), Vincent Chevillon (FR), Maryse Goudreau (CA), Léa Habourdin (FR), Nelly Monnier & Eric Tabuchi (FR).




3. RĂ©sidence des Fauvettes – Bât 2, 23 bis avenue du docteur  – 33700 MĂ©rignac

Grégory Chatonsky (FR/CA)




4. Parc du Vivier – 60, avenue du MarĂ©chal-de-Lattre-de-Tassigny  – 33700 MĂ©rignac

Grégory Chatonsky (FR/CA), Michel Le Belhomme (FR), Meryl McMaster (CA), Gidéon Mendel (ZA)

1 La collapsologie est un courant de pensée, apparu il y a moins de 10 ans, qui envisage les risques d’un effondrement de la civilisation dû à l’altération de son environnement par l’homme.

2 L’Anthropocène serait la période durant laquelle l’influence de l’être humain sur l’ensemble du vivant a atteint un tel niveau qu’elle est devenue une « force géologique » majeure. Prolongeant cette idée, le Thanatocène désignerait une ère de destruction et d’écocides, avec la guerre comme origine.

Grégory Chatonsky, Externes, 2021.
Grégory Chatonsky, Externes, 2021.
Aurélien Mauplot, Portrait de Giulia Camassade, 2020.
Aurélien Mauplot, Portrait de Giulia Camassade, 2020.