Partage


“Katia Kameli”
Hier revient et je l’entends

Ă  l’ICI – Institut des Cultures d’Islam et Ă  BĂ©tonsalon – centre d’art et de recherche, Paris

du 19 janvier au 16 avril 2023

Institut des Cultures d’Islam
BĂ©tonsalon


Interview de Katia Kameli, par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 18 janvier 2023, durée 19’40. © FranceFineArt.

PODCAST –  Interview de Katia Kameli,


par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 18 janvier 2023, durée 19’40.
© FranceFineArt.


previous arrow
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
next arrow
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
Katia Kameli
previous arrow
next arrow
©Anne-Fréderique Fer, visite presse des expositions avec Katia Kameli, Institut des Cultures d’Islam et Bétonsalon, le 18 janvier 2023.

Extrait du communiqué de presse :


Affiche de l’exposition Katia Kameli, Hier revient et je l’entends - Institut des Cultures d’Islam & Bétonsalon - centre d’art et de recherche, Paris. du 19 janvier au 16 avril 2023. Katia Kameli, Le cantique des oiseaux, 2022. Dessin préparatoire du héron, aquarelle sur papier contrecollées sur carton.
Affiche de l’exposition Katia Kameli, Hier revient et je l’entends – Institut des Cultures d’Islam & BĂ©tonsalon – centre d’art et de recherche, Paris. du 19 janvier au 16 avril 2023. Katia Kameli, Le cantique des oiseaux, 2022. Dessin prĂ©paratoire du hĂ©ron, aquarelle sur papier contrecollĂ©es sur carton.
Katia Kameli, Cantique des oiseaux (Aube), 2022. Vue de l’exposition à La Criée centre d’art contemporain, Rennes. © Marc Domage, Katia Kameli, ADAGP, Paris, 2022-2023.
Katia Kameli, Cantique des oiseaux (Aube), 2022. Vue de l’exposition à La Criée centre d’art contemporain, Rennes. © Marc Domage, Katia Kameli, ADAGP, Paris, 2022-2023.
Katia Kameli, image extraite de Le Roman Algérien - Chapitre 1, 2016, Vidéo HD, 16 min. 35 s. © Katia Kameli, ADAGP, Paris, 2022-2023.
Katia Kameli, image extraite de Le Roman AlgĂ©rien – Chapitre 1, 2016, VidĂ©o HD, 16 min. 35 s. © Katia Kameli, ADAGP, Paris, 2022-2023.

Commissariat :

StĂ©phanie Chazalon, directrice gĂ©nĂ©rale – Institut des Cultures d’Islam 
BĂ©rĂ©nice Saliou, commissaire – Institut des Cultures d’Islam 
Émilie Renard, directrice et commissaire – BĂ©tonsalon – centre d’art et de recherche



Présentée à l’ICI – Institut des Cultures d’Islam et à Bétonsalon du 19 janvier au 16 avril 2023, l’exposition Hier revient et je l’entends de Katia Kameli investit deux lieux dont le positionnement fait écho à l’histoire et à la démarche de l’artiste depuis plus de 20 ans. Elle y déploie son travail en chapitres, rouvrant ses enquêtes volontairement inachevées, cherchant inépuisablement ce qui se joue entre les différentes formes de narration, dans le flux des images et des récits.

En se faisant traductrice et passeuse d’histoires, Katia Kameli réconcilie à sa manière les cultures, dont elle souligne la porosité et le mouvement perpétuel. Elle pose des mots sur les silences au fil de ses cheminements, explorant des médiums aussi variés que la vidéo, la photographie, la peinture, la sculpture ou le tuft.

À l’occasion de cette exposition, trois nouvelles productions sont ainsi présentées aux côtés d’œuvres de jeunesse : à Bétonsalon un nouveau chapitre du Roman algérien, qui expose la fabrique d’écriture des trois premiers volets ; à l’ICI un nouveau chapitre de Stream of stories sur les origines orientales des Fables de La Fontaine, et l’installation Le cantique des oiseaux, interprétation personnelle d’un conte initiatique soufi du 13e siècle, coproduite avec la Criée, centre d’art contemporain à Rennes.

L’exposition

Katia Kameli mène un travail dense et protéiforme depuis le début des années 2000. Forte d’une double culture française et algérienne, elle se fait passeuse entre différents territoires et questionne les points aveugles de l’Histoire. Suivant ses propres cheminements, elle relie des faits éloignés, renoue des liens distendus, donne à entendre des paroles silenciées pour écrire des contre-récits. Ses recherches se mêlent, s’enchâssent et tissent entre elles une multiplicité de perspectives. À l’intersection d’un langage poétique, d’études visuelles et de techniques artisanales, la pratique artistique de Katia Kameli est le fruit d’une grande fabrique de relations par affinités, proximités, et amitiés. Sa première exposition personnelle dans deux institutions parisiennes réunit un ensemble d’oeuvres existantes et de nouvelles productions.

À l’ICI, l’exposition met un coup de projecteur sur vingt ans de créations. Elle souligne la cohérence d’une démarche où les récits circulent, se transforment, se transposent et se superposent, à travers le monde et les époques. L’artiste y embrasse le rôle de traductrice : ses photographies, vidéos, dessins et installations mettent en jeu un vocabulaire formel et conceptuel qui se conjugue au sein d’un espace intermédiaire entre les langues, les sons, les esthétiques et les cultures. Le projet Le Cantique des oiseaux, co-produit avec La Criée, centre d’art contemporain à Rennes, inclut une vidéo réalisée à la Goutte d’Or en partenariat avec le Conservatoire du 18e – Gustave Charpentier. L’oeuvre Stream of stories, sur les métamorphoses des fables de Kalîla wa Dimna qui ont inspiré Jean de La Fontaine, est augmentée d’une extension en tuft conçue en collaboration avec l’artistetextile, Manon Daviet.

L’exposition à Bétonsalon s’organise elle autour du Roman algérien ; elle présente les trois vidéos qui le composent, réalisées entre 2016 et 2019 et déploie une recherche en acte pour un quatrième chapitre qui prend pournpoint de départ le film La Nouba des femmes du mont Chenoua réalisé par l’écrivaine et cinéaste algérienne Assia Djebar en 1977. En prenant appui sur ce premier film algérien réalisé par une femme, qui circule aujourd’hui d’une copie à une autre, Katia Kameli semble prolonger le geste de celle qui revient sur les traces de femmes résistantes pendant la guerre de l’indépendance dans la ville et les montagnes de Cherchell. Par le recueil de paroles de femmes de différentes générations, elle compose un récit polyphonique vivant où les histoires intimes et collectives se donnent à entendre par-dessus les complexités du passé colonial.

Biographie – Katia Kameli

NĂ©e en 1973, vit Ă  Paris.

Le travail de Katia Kameli a trouvé une visibilité sur la scène artistique et cinématographique internationale. Son travail a été montré lors d’expositions personnelles : Le Cantique des oiseaux à La Criée, centre d’art contemporain (Rennes), 2022 ; Elle a allumé le vif du passé au Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur, (Marseille), 2021 ; The Algerian Novel au Kalmar Konstmuseum (Kalmar, Suède), 2020 ; She Rekindled the Vividness of the Past au Kunsthalle Münster (Münster, Allemagne), 2019 ; À l’ombre de l’étoile et du croissant au centre régional de la photographie Hauts-de-France (Douchyles-Mines), 2018 ; Stream of Stories, chapitre 5 aux Ateliers de Rennes (Rennes), 2016 ; What Language Do You Speak Stranger? aux The Mosaic Rooms (Londres, Angleterre), 2016 ; et à la Taymour Grahne Gallery, (New York, Etats-Unis), 2014.

Elle a également participé à de nombreuses expositions collectives : Bergen Assembly en Norvège, 2022 ; La Colère de Ludd au BPS22 (Charleroi, Belgique), 2020 ; Un instant avant le monde à la Biennale de Rabat (Maroc) 2019 et à la Biennale de Dakar (Sénégal), 2018 ; Global Players à la Biennale für aktuelle Fotografie (Mannheim, Allemagne), 2017 ; Cher(e)s Ami(e)s au Centre Pompidou (Paris), 2016 ; Made in Algeria au Mucem (Marseille), 2016 ; Entry Prohibited to Foreigners au Havre Magasinet (Boden, Suède), 2015 ; Higher Atlas à la Biennale de Marrakech (Maroc), 2012.

Ses films ont été aussi diffusés en salle et dans de nombreux festivals : MK2 Beaubourg, Cinémathèque française, Utopia Bordeaux, Cinemed, Gulbenkian, IFFR Rotterdam.

Ses oeuvres font parties des collections suivantes: Musée national d’Art moderne / Centre Georges Pompidou, Centre national des arts plastiques, Frac Grand Large — Hauts-de-France, Frac Poitou-Charentes et Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur, Frac Bretagne, MACBA, KADIST. Elle a été récemment co-curatrice de Europa Oxala, avec Antonio Pinto Ribeiro et Aimé Mpane, un projet présenté au Mucem (Marseille), à la Fondation Calouste Gulbenkian (Lisbonne) et au Royal Museum for Central Africa – Africamusuem (Tervuren). En 2019-2022, elle était rédactrice associée à La Criée, centre d’art contemporain de Rennes pour le cycle « Lili, la rozell et le marimba – vernaculaire et création contemporaine » et pour les quatre numéros de la revue éponyme. Katia Kameli est diplômée de l’école nationale des beaux-arts de Bourges et a suivi le postdiplôme le Collège-Invisible à l’école supérieure d’arts de Marseille. Elle enseigne à l’université de Lille, depuis 2015 en tant que professeure associée au département Art.

https://www.katiakameli.com/