Partage


“Regards du Grand Paris“

au Magasins généraux, Musée Carnavalet – Histoire de Paris, 38 sites du Grand Paris et chantiers du nouveau métro du Grand Paris Express

du 24 juin au 23 octobre 2022

Musée Carnavalet
Magasins généraux
Grand Paris Express



Interview de Pascal Beausse, responsable de la collection photographie du Centre national des arts plastiques (Cnap) et co-commissaire de l’exposition, par Anne-Frédérique Fer, entre Clichy-Montfermeil et Pantin, le 24 juin 2022, durée 33’26. © FranceFineArt. (entretien réalisé dans le bus entre les Ateliers Médicis, le chantier de la gare Clichy-Montfermeil et les Magasins généraux)

PODCAST –  Interview de Pascal Beausse, responsable de la collection photographie du Centre national des arts plastiques (Cnap) et co-commissaire de l’exposition,


par Anne-Frédérique Fer, entre Clichy-Montfermeil et Pantin, le 24 juin 2022, durée 33’26.
© FranceFineArt.
(entretien réalisé dans le bus entre les Ateliers Médicis, le chantier de la gare Clichy-Montfermeil et les Magasins généraux)

son à insérer (click sur remplacer et changer à partir d’un url)

previous arrow
Regards du Grand Paris
01-
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
next arrow
Regards du Grand Paris
01-
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
Regards du Grand Paris
previous arrow
next arrow
©Anne-Fréderique Fer, visite presse – Magasins généraux, chantier de la gare Clichy-Montfermeil et Musée Carnavalet, le 23 juin 2022.

Extrait du communiqué de presse :



Rebecca Topakian, " – ils ne sont pas fautifs mais ce n'est pas leur milieu", 2021. De la série « (n=6–9) ». Sérigraphie sur crêpe de Chine en soie naturelle, 120 x 190 cm. FNAC 2021-0583. Réalisée dans le cadre de la commande photographique « Regards du Grand Paris » 2020 - 2021 : Observer nos distances ; un partenariat entre le Centre national des arts plastiques et les Ateliers Médicis.. Collection du Centre national des arts plastiques. © Adagp, Paris, 2022 / Cnap.
Rebecca Topakian,  » – ils ne sont pas fautifs mais ce n’est pas leur milieu », 2021. De la série « (n=6–9) ». Sérigraphie sur crêpe de Chine en soie naturelle, 120 x 190 cm. FNAC 2021-0583. Réalisée dans le cadre de la commande photographique « Regards du Grand Paris » 2020 – 2021 : Observer nos distances ; un partenariat entre le Centre national des arts plastiques et les Ateliers Médicis.. Collection du Centre national des arts plastiques. © Adagp, Paris, 2022 / Cnap.
Sandra Rocha, Sans titre, 2018 de la série « La vie immédiate ». Epreuve jet d'encre sur papier Epson Fine Art Hot Press Bright contrecollée sur PVC, 68,3 x 103,2 cm. FNAC 2021-06-84 (3). Réalisée dans le cadre de la commande photographique « Regards du Grand Paris » 2016 - 2017 : Grand Paris – Ville Monde ; un partenariat entre le Centre national des arts plastiques et les Ateliers Médicis. Collection du Centre national des arts plastiques. © Adagp, Paris, 2022 / Cnap.
Sandra Rocha, Sans titre, 2018 de la série « La vie immédiate ». Epreuve jet d’encre sur papier Epson Fine Art Hot Press Bright contrecollée sur PVC, 68,3 x 103,2 cm. FNAC 2021-06-84 (3). Réalisée dans le cadre de la commande photographique « Regards du Grand Paris » 2016 – 2017 : Grand Paris – Ville Monde ; un partenariat entre le Centre national des arts plastiques et les Ateliers Médicis. Collection du Centre national des arts plastiques. © Adagp, Paris, 2022 / Cnap.
Marion Poussier, On est là. Simona, Aubervilliers, 2021 de la série « On est là ». Epreuve chromogène contrecollée sur aluminium, 90 x 113 cm. FNAC 2022-0022. Réalisée dans le cadre de la commande photographique « Regards du Grand Paris » 2020 - 2021 : Observer nos distances ; un partenariat entre le Centre national des arts plastiques et les Ateliers Médicis. Collection du Centre national des arts plastiques. © Marion Poussier / Cnap.
Marion Poussier, On est là. Simona, Aubervilliers, 2021 de la série « On est là ». Epreuve chromogène contrecollée sur aluminium, 90 x 113 cm. FNAC 2022-0022. Réalisée dans le cadre de la commande photographique « Regards du Grand Paris » 2020 – 2021 : Observer nos distances ; un partenariat entre le Centre national des arts plastiques et les Ateliers Médicis. Collection du Centre national des arts plastiques. © Marion Poussier / Cnap.
Francis Morandini, Panneau publicitaire, Saint-Denis, 2019. Epreuve argentique RA-4 sur papier Kodak Endura Premier satiné contrecollée sur aluminium, 94 x 124 cm. FNAC 2019-0174. Réalisée dans le cadre de la commande photographique « Regards du Grand Paris » 2017 - 2018 : Translation - vers le même ou vers l'autre ? ; un partenariat entre le Centre national des arts plastiques et les Ateliers Médicis. Collection du Centre national des arts plastiques. © Francis Morandini / Cnap.
Francis Morandini, Panneau publicitaire, Saint-Denis, 2019. Epreuve argentique RA-4 sur papier Kodak Endura Premier satiné contrecollée sur aluminium, 94 x 124 cm. FNAC 2019-0174. Réalisée dans le cadre de la commande photographique « Regards du Grand Paris » 2017 – 2018 : Translation – vers le même ou vers l’autre ? ; un partenariat entre le Centre national des arts plastiques et les Ateliers Médicis. Collection du Centre national des arts plastiques. © Francis Morandini / Cnap.

L’équipe curatoriale


Pascal Beausse, responsable de la collection photographie du Centre national des arts plastiques (Cnap)
Clément Postec, conseiller arts visuels et prospective des Ateliers Médicis
Anna Labouze & Keimis Henni, directeurs artistiques des Magasins généraux



Les regards associés
Romain Bertrand, historien
Meriem Chabani, architecte
Emanuele Coccia, philosophe
Kaoutar Harchi, écrivaine et sociologue
Frédérique Aït-Touati, historienne ; Alexandra Arènes, architecte ; Axelle Grégoire, architecte




38 artistes, 337 oeuvres, 40 lieux d’expositions


Fruit d’une collaboration entre les Ateliers Médicis, le Centre national des arts plastiques (Cnap), les Magasins généraux, la Société du Grand Paris et le musée Carnavalet – Histoire de Paris, l’exposition Regards du Grand Paris rassemble les oeuvres des artistes ayant participé aux cinq premières années (2016 à 2021) de la commande photographique du même nom, confiée par le ministère de la Culture aux Ateliers Médicis en partenariat avec le Cnap. L’exposition dévoile ces œuvres pour la première fois au public et entend également revenir vers les territoires qui ont vu naître ces images.



Les artistes

Camille Ayme, Julie Balagué, Aurore Bagarry, Sylvain Couzinet-Jacques, Raphaël Dallaporta, Hannah Darabi et Benoît Grimbert, Gabriel Desplanque, Mathias Depardon et Guillaume Perrier, Alassan Diawara, Patrizia Di Fiore, Sylvain Gouraud, Julien Guinand, Gilberto Güiza-Rojas, Lucie Jean, Karim Kal, Mana Kikuta, Assia Labbas, Lucas Leglise, Geoffroy Mathieu, Olivier Menanteau, Francis Morandini, Baudouin Mouanda, Khalil Nemmaoui, Marion Poussier, Marie Quéau, Maxence Rifflet, Sandra Rocha, Po Sim Sambath, Luise Schröder, Alexandra Serrano et Simon Pochet, Anne-Lise Seusse, Bertrand Stofleth, Zhao Sun, Chenxin Tang, Rebecca Topakian.



Une exposition en plusieurs dimensions

Le Grand Paris est un territoire aux contours incertains et à l’identité multiple. À travers des écritures photographiques ancrées dans le réel et portées par une nouvelle génération d’artistes, l’objectif de cette exposition est de partager un récit de ce territoire, de le révéler, en explorant son histoire, son actualité, son futur, son quotidien, son développement et ses zones d’ombre et de lumière.

À l’instar de nombreuses commandes photographiques historiques, les œuvres des Regards du Grand Paris rejoignent les collections nationales constitutives de notre patrimoine commun. L’exposition dévoile ces oeuvres pour la première fois au public et entend également revenir vers les territoires des prises de vue. Outre l’exposition aux Magasins généraux, regroupant des oeuvres de chacun des trente-huit artistes ayant participé à la commande, les images des Regards du Grand Paris apparaissent également dans dans d’autres lieux culturels, dans les gares, le long des lignes de transports, les aéroports et sur les chantiers des futures infrastructures du métro du Grand Paris Express.

Au total, 35 projets des lauréates et lauréats de la commande seront exposés aux Magasins généraux à Pantin, au musée Carnavalet – Histoire de Paris, et affichés dans de nombreux sites extérieurs et espaces publics du Grand Paris. Cet affichage hors les murs aura lieu grâce à plusieurs partenaires et, notamment, des acteurs de la mobilité et des transports qui participent à remodeler la métropole. Des images seront ainsi affichées sur les palissades des chantiers du Grand Paris Express à partir du 24 juin 2022.

En confrontant et en croisant les regards des photographes, cette commande nationale propose une vision artistique exigeante et multiple, adressée aux habitantes et habitants du Grand Paris, et à toutes celles et ceux qui s’intéressent aux mutations de ce territoire et à la photographie contemporaine. L’équipe curatoriale a associé sept regards transversaux et complémentaires, qui entrent en dialogue avec les artistes et les oeuvres pour prolonger et amplifier les réflexions initiées par l’exposition.

Gabriel Desplanque, Le Bois, 2017, Détail d’une installation photographique et sonore, 28’ en boucle. FNAC 2017-0360. Réalisée dans le cadre de la commande photographique « Regards du Grand Paris » 2016-2017 : Grand Paris – Ville Monde ; un partenariat entre le Centre national des arts plastiques et les Ateliers Médicis. Collection du Centre national des arts plastiques. © Adagp, Paris, 2022 / Cnap.
Gabriel Desplanque, Le Bois, 2017, Détail d’une installation photographique et sonore, 28’ en boucle. FNAC 2017-0360. Réalisée dans le cadre de la commande photographique « Regards du Grand Paris » 2016-2017 : Grand Paris – Ville Monde ; un partenariat entre le Centre national des arts plastiques et les Ateliers Médicis. Collection du Centre national des arts plastiques. © Adagp, Paris, 2022 / Cnap.
Raphaël Dallaporta, (Sans titre), 2017, Vue sur le Sacré-Cœur et la Défense, depuis la Tour des Lilas de la série « Stationnaires ». Epreuve à jet d’encre U.V. sur papier ClaireAlfa, 43 x 30,7 cm. FNAC 2017-0375 (2). Réalisée dans le cadre de la commande photographique « Regards du Grand Paris » 2016-2017 : Grand Paris – Ville Monde ; un partenariat entre le Centre national des arts plastiques et les Ateliers Médicis. Collection du Centre national des arts plastiques. © Raphaël Dallaporta / Cnap.
Raphaël Dallaporta, (Sans titre), 2017, Vue sur le Sacré-Cœur et la Défense, depuis la Tour des Lilas de la série « Stationnaires ». Epreuve à jet d’encre U.V. sur papier ClaireAlfa, 43 x 30,7 cm. FNAC 2017-0375 (2). Réalisée dans le cadre de la commande photographique « Regards du Grand Paris » 2016-2017 : Grand Paris – Ville Monde ; un partenariat entre le Centre national des arts plastiques et les Ateliers Médicis. Collection du Centre national des arts plastiques. © Raphaël Dallaporta / Cnap.
Aurore Bagarry, Regard de Saux, Aqueduc Médicis, Paris (75), 2020 de l’ensemble « II. Regards – L’eau maîtrisée à l’âge classique (XVIIe siècle) » de la série « Les formes de l’eau ». Impression pigmentaire sur papier Fine Art Rag d'après film négatif couleur, contrecollée sur aluminium, 32,4 x 26,5 cm. FNAC 2021-0332 (9). Réalisée dans le cadre de la commande photographique « Regards du Grand Paris » année 2019-2020 : Quel avenir commun ? ; un partenariat entre le Centre national des arts plastiques et les Ateliers Médicis. Collection du Centre national des arts plastiques. © Aurore Bagarry / Cnap.
Aurore Bagarry, Regard de Saux, Aqueduc Médicis, Paris (75), 2020 de l’ensemble « II. Regards – L’eau maîtrisée à l’âge classique (XVIIe siècle) » de la série « Les formes de l’eau ». Impression pigmentaire sur papier Fine Art Rag d’après film négatif couleur, contrecollée sur aluminium, 32,4 x 26,5 cm. FNAC 2021-0332 (9). Réalisée dans le cadre de la commande photographique « Regards du Grand Paris » année 2019-2020 : Quel avenir commun ? ; un partenariat entre le Centre national des arts plastiques et les Ateliers Médicis. Collection du Centre national des arts plastiques. © Aurore Bagarry / Cnap.

L’exposition Regards du Grand Paris réunit les travaux sensibles, engagés et poétiques des 38 artistes des cinq premières années de la commande éponyme*, dont les oeuvres photographiques entrent en écho pour donner voix aux récits et aux vies des multiples visages d’un territoire. La commande photographique est conçue comme une invitation faite aux artistes à travailler sur un projet qui leur importe, en associant recherche et création avec pour finalité la production d’une oeuvre inédite qui entre dans la collection nationale d’art contemporain. Aux Magasins généraux, à la manière d’une ville qui s’imagine et se parcourt librement, l’exposition est pensée autour de cinq lieux auxquels correspondent autant d’enjeux. La rue que l’on traverse propose des cartographies alternatives, le monument que l’on visite met en lumière des architectures et leurs urbanités, le fleuve dont on suit le cours entremêle des trajectoires collectives et individuelles, le parc où l’on flâne est le milieu où cohabitent différentes formes de vie, et enfin la place où l’on se réunit est l’espace où convergent les luttes et les institutions politiques. Au musée Carnavalet – Histoire de Paris et dans plus de trente sites du Grand Paris l’exposition démultiplie les occasions de rencontres avec les oeuvres qui s’offrent alors au plus grand nombre. Les souterrains, les façades, les ponts, les palissades, les futures gares, les aéroports : nous invitons tous les regards à cette ivresse urbaine. Parce que nous avons souhaité partager les oeuvres dans les lieux où les artistes les ont conçues, l’exposition Regards du Grand Paris imagine une constellation : des images apparaissent, ça et là, dans les espaces publics. Des futurs métros, des chantiers titanesques, des quartiers en métamorphose ou qui sortent de terre, des villes qui s’agglomèrent, des institutions qui s’inventent… C’est ainsi que le vieux Paris grandit, devient métropole, tente de franchir le périphérique et d’amincir la frontière qui sépare la banlieue de son centre. Les différents regards portés sur le Grand Paris peuvent être de puissants révélateurs critiques. Un regard quotidien peut devenir le témoin qui garde en mémoire la trace de ce qui s’en va. Un regard qui se tourne ailleurs pour engager un changement de perspective peut rassembler ce qui a été fractionné. Un regard personnel peut raconter ce qui fait l’essentiel d’un territoire : celles et ceux qui le vivent et l’habitent. Les transports irriguent la ville et rythment nos vies, présentes et futures. À l’instar du global, mille localités connectées composent notre monde, et proposent un tout plus vaste et pluriel. Ainsi, en parsemant la ville, l’exposition désire relier les temps et réduire les distances. C’est à l’échelle du territoire et de ses enjeux que nous avons composé cette exposition qui déplace les points de repères : centres et périphéries se rencontrent, échangent, s’interpellent à dessein de stimuler une carte en constante évolution.

*Cinq années de commande : un corpus d’images inédites. Chaque année depuis son lancement en 2016, la commande photographique nationale Regards du Grand Paris propose un nouveau thème et sélectionne six à dix artistes.

Le mot de l’équipe curatoriale

Geoffroy Mathieu, L’or des ruines, 2021, Christophe et l’armoise au bois de Vincennes, Détail d’une installation photographique. Epreuve jet d’encre sur papier Infinity Baryta Prestige Canson contrecollée sur Dibond, 80 x 60 cm. FNAC 2021-0704 (16). Réalisée dans le cadre de la commande photographique « Regards du Grand Paris » 2019 - 2020 : Quel avenir commun ? ; un partenariat entre le Centre national des arts plastiques et les Ateliers Médicis. Collection du Centre national des arts plastiques. © Geoffroy Mathieu / Cnap.
Geoffroy Mathieu, L’or des ruines, 2021, Christophe et l’armoise au bois de Vincennes, Détail d’une installation photographique. Epreuve jet d’encre sur papier Infinity Baryta Prestige Canson contrecollée sur Dibond, 80 x 60 cm. FNAC 2021-0704 (16). Réalisée dans le cadre de la commande photographique « Regards du Grand Paris » 2019 – 2020 : Quel avenir commun ? ; un partenariat entre le Centre national des arts plastiques et les Ateliers Médicis. Collection du Centre national des arts plastiques. © Geoffroy Mathieu / Cnap.
Karim Kal, Le Squelette, 2017 de la série « Ligne Dée ». Epreuve jet d'encre sur papier Hahnemühle Fine Art Baryta contrecollée sur Dibond, 135 x 180 cm. FNAC 2017-0251 (3). Réalisée dans le cadre de la commande photographique « Regards du Grand Paris » 2016 - 2017 : Grand Paris – Ville Monde ; un partenariat entre le Centre national des arts plastiques et les Ateliers Médicis. Collection du Centre national des arts plastiques. © Karim Kal / Cnap.
Karim Kal, Le Squelette, 2017 de la série « Ligne Dée ». Epreuve jet d’encre sur papier Hahnemühle Fine Art Baryta contrecollée sur Dibond, 135 x 180 cm. FNAC 2017-0251 (3). Réalisée dans le cadre de la commande photographique « Regards du Grand Paris » 2016 – 2017 : Grand Paris – Ville Monde ; un partenariat entre le Centre national des arts plastiques et les Ateliers Médicis. Collection du Centre national des arts plastiques. © Karim Kal / Cnap.
Gilberto Güiza-Rojas, Afpa, électricien, 2018 de la série « Territoire – Travail » . (1) Epreuve jet d'encre pigmentaire Fine Art sur papier Hahnemülhe contrecollée sur Dibond, 149,9 x 100 cm, (2) Papier peint pré-encollé, 225 x 150 cm. FNAC 2019-0319 (1 et 2). Réalisée dans le cadre de la commande photographique « Regards du Grand Paris » 2017 - 2018 : Translation – vers le même ou vers l’autre ? ; un partenariat entre le Centre national des arts plastiques et les Ateliers Médicis. Collection du Centre national des arts plastiques. © Adagp, Paris, 2022 / Cnap.
Gilberto Güiza-Rojas, Afpa, électricien, 2018 de la série « Territoire – Travail » . (1) Epreuve jet d’encre pigmentaire Fine Art sur papier Hahnemülhe contrecollée sur Dibond, 149,9 x 100 cm, (2) Papier peint pré-encollé, 225 x 150 cm. FNAC 2019-0319 (1 et 2). Réalisée dans le cadre de la commande photographique « Regards du Grand Paris » 2017 – 2018 : Translation – vers le même ou vers l’autre ? ; un partenariat entre le Centre national des arts plastiques et les Ateliers Médicis. Collection du Centre national des arts plastiques. © Adagp, Paris, 2022 / Cnap.
Sylvain Gouraud, Le Filet, 2018. Détail de l’installation photographique et sonore Un ensemble. Epreuve lambda satinée contrecollée sur aluminium, 91,8 x 103 cm. FNAC 2020-0797 (7). Réalisée dans le cadre de la commande photographique « Regards du Grand Paris » 2017 - 2018 : Translation – vers le même ou vers l’autre ? ; un partenariat entre le Centre national des arts plastiques et les Ateliers Médicis. Collection du Centre national des arts plastiques. © Sylvain Gouraud / Cnap.
Sylvain Gouraud, Le Filet, 2018. Détail de l’installation photographique et sonore Un ensemble. Epreuve lambda satinée contrecollée sur aluminium, 91,8 x 103 cm. FNAC 2020-0797 (7). Réalisée dans le cadre de la commande photographique « Regards du Grand Paris » 2017 – 2018 : Translation – vers le même ou vers l’autre ? ; un partenariat entre le Centre national des arts plastiques et les Ateliers Médicis. Collection du Centre national des arts plastiques. © Sylvain Gouraud / Cnap.
Patrizia Di Fiore, Porte de Clichy, 2017 de la série « Etalements ». Epreuve jet d’encre pigmentaire sur papier Canson Rag contrecollée sur Dibond, 102,6 x 102, 6 cm. FNAC 2022-0053. Réalisée dans le cadre de la commande photographique « Regards du Grand Paris » 2016-2017 : Grand Paris – Ville Monde ; un partenariat entre le Centre national des arts plastiques et les Ateliers Médicis. Collection du Centre national des arts plastiques. © Patrizia Di Fiore / Cnap.
Patrizia Di Fiore, Porte de Clichy, 2017 de la série « Etalements ». Epreuve jet d’encre pigmentaire sur papier Canson Rag contrecollée sur Dibond, 102,6 x 102, 6 cm. FNAC 2022-0053. Réalisée dans le cadre de la commande photographique « Regards du Grand Paris » 2016-2017 : Grand Paris – Ville Monde ; un partenariat entre le Centre national des arts plastiques et les Ateliers Médicis. Collection du Centre national des arts plastiques. © Patrizia Di Fiore / Cnap.

Les thématiques de la commande


2016 | Ville-Monde
Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la majeure partie de la population mondiale vit dans un contexte urbain. La ville agrège les formes de vie en leur offrant le sentiment d’un refuge, où toutes sont connectées et interdépendantes. Mais cette infrastructure qui a la capacité d’encourager les interactions sociales peut aussi générer des phénomènes d’exclusion et d’isolement. Dans le contexte de ce processus de métropolisation du monde, les artistes approchent des modes d’existence singuliers, échappant aux systèmes de représentation dominants.

2017 | Vers le même ou vers l’autre ?
La ville se transforme. Les axes de circulation sont prolongés, les perspectives élargies, les surfaces étendues. La densité de population qui augmente s’organise. Avec le passage du temps, à travers les mutations urbaines qui l’incarnent, l’histoire se répète, s’adapte ou s’invente sous nos yeux. Dans les flux de la ville et des vies qui l’habitent, les artistes explorent les perceptions de ces changements.

2018 | Fiction vraie
Entre ses promesses d’avenir et ses réalités quotidiennes multiples, le territoire urbanisé nommé Grand Paris connaît autant de définitions que les imaginaires peuvent en développer. Penser la ville en la photographiant permet d’approcher la multiplicité des manières de l’inventer dans son expérience concrète. En associant formes documentaires et poétiques, en construisant des narrations avec les habitants, les artistes relient des micro-histoires singulières à leur contexte d’existence. La ville s’invente chaque jour, dans le partage de ses mémoires.

2019 | Quel avenir commun ?
Ce que nous avons en commun est ce que nous partageons. De la gestion des ressources fondamentales au palier entre deux portes, la ville dessine nos espaces politiques. L’intime et le groupe y composent leurs trajectoires de vie. Pour les représenter, les artistes sont à l’affût des moindres signes, des moindres gestes. Et peut-être nous aident-ils à rendre possible un habiterensemble de la Terre, cette ville immense mais non infinie.

2020 | Observer nos distances
Souhaitée ou imposée, la distance est un espace qui sépare. On y résiste, on la maintient ou simplement, on la tient. Géographique, culturelle, symbolique, la distance peut se réduire ou s’étirer, à l’infini. Elle peut se briser, aussi : se casser avec fracas ou s’estomper doucement et ouvrir à de nouvelles relations, de nouvelles perspectives. Les artistes cherchent le juste point d’observation et ajustent leur regard. Mystère de la création, leurs images nous rapprochent sans rien réduire.




Une exposition unique, des environnements multiples

– Aux Magasins généraux
Les oeuvres des artistes des cinq premières années de la commande photographique nationale des Regards du Grand Paris sont présentées aux Magasins généraux en suivant un parcours thématique qui permet aux visiteurs et visiteuses d’explorer le Grand Paris pas à pas : ses espaces, ses paysages, ses cultures, et ainsi de saisir les enjeux de la construction de ce territoire. Les oeuvres sont regroupées en cinq lieux qui sont autant d’enjeux et de perspectives. Ces lieux empruntent au vocabulaire quotidien, urbanistique et poétique : « la rue » traverse « la place », rejoint « le parc », passe devant « les monuments » et longe « le fleuve ». Ils organisent un parcours de visite sans ordre, à la fois contraint et infini, à la rencontre des oeuvres, comme une marche dans le paysage d’une ville monde.

Au musée Carnavalet – Histoire de Paris (jusqu’au 31 décembre 2022)
L’exposition se prolonge au sein du parcours permanent du musée Carnavalet – Histoire de Paris, dans la salle dédiée à la création contemporaine, accueillant ainsi une vision large de l’histoire de Paris et de son devenir. À partir d’une sélection d’oeuvres des cinq premières années de la commande Regards du Grand Paris, le parcours au musée Carnavalet – Histoire de Paris invite les visiteurs et visiteuses à découvrir les paysages en mouvement et les vies de celles et ceux qui les habitent. Chemin faisant, des réalités sociales et politiques se rencontrent et dialoguent en images, au coeur d’un territoire monde et sous le ciel millénaire de Paris et de ses alentours. [Avec la collaboration de Anne de Mondenard, responsable du département Photographies et Images numériques du musée Carnavalet, accompagnée par Alexandra Dreyfus, chargée des contenus audiovisuels/ transmédias au musée Carnavalet.]

Dans le Grand Paris
L’exposition s’étend sous forme d’affichages insérés dans des espaces publics du territoire francilien, au fil du quotidien des habitants et habitantes du Grand Paris. Les images sont d’abord visibles sur les palissades d’une quinzaine de chantiers des futures gares du métro Grand Paris Express. Elles apparaissent également sur les bâtiments des Ateliers Médicis, du Centre Pompidou, du Centre national de la danse, de la Station – Gare des mines, sur les grilles de l’Hôtel de Ville de Paris, sur les grilles du pont Saint-Ange, sur les grilles du Grand Parquet, au sein du pavillon de la Métropole du Grand Paris à l’occasion de la Bap ! Biennale d’architecture et de paysage à Versailles, à la Bibliothèque publique d’information, dans le parc de la Blanchette à Massy (à proximité du Centre Pompidou francilien – Fabrique de l’art, futur pôle de conservation et de création), dans les Maisons de l’environnement et du développement durable des aéroports Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly ainsi que dans 8 stations du métro parisien. [Pour le Centre Pompidou, l’exposition est réalisée en collaboration avec Damarice Amao, attachée de conservation au cabinet de la photographie du musée national d’Art moderne – Centre Pompidou.]



Édition
Un ouvrage dont le premier volume est consacré aux cinq premières années de la commande photographique nationale Regards du Grand Paris est publié à l’occasion de l’exposition. Il est coédité par le Centre national des arts plastiques (Cnap), les Ateliers Médicis et les éditions Textuel. Il rassemble les contributions de Frédérique Aït-Touati, Alexandra Arènes, Axelle Grégoire, Romain Bertrand, Meriem Chabani, Emanuele Coccia, Kaoutar Harchi, Anne de Mondenard et Magali Nachtergael.
https://www.editionstextuel.com/livre/regards_du_grand_paris