Partage


“Anni et Josef Albers“ L’art et la vie

au Musée d’Art moderne de Paris

du 10 septembre 2021 au 9 janvier 2022

Musée d’Art moderne de Paris


previous arrow
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
next arrow
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
Anni et Josef Albers
previous arrow
next arrow
©Anne-Fréderique Fer, présentation presse, le 9 septembre 2021.

Interview de Julia Garimorth, commissaire de l'exposition, par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 9 septembre 2021, durée 14'51". © FranceFineArt.

PODCAST –  Interview de Julia Garimorth, commissaire de l’exposition,

par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 9 septembre 2021, durée 14’51.
© FranceFineArt.

son à insérer (click sur remplacer et changer à partir d’un url)

Extrait du communiqué de presse :


Josef Albers, 4 Central Warm Colors Surrounded by 2 Blues, 1948. Huile sur Masonite, 66 x 90,8 cm . Josef Albers Museum Quadrat Bottrop. © 2021 The Josef and Anni Albers Foundation/ArtistsRights Society (ARS), New York/ADAGP, Paris 2021.
Josef Albers, 4 Central Warm Colors Surrounded by 2 Blues, 1948. Huile sur Masonite, 66 x 90,8 cm . Josef Albers Museum Quadrat Bottrop. © 2021 The Josef and Anni Albers Foundation/ArtistsRights Society (ARS), New York/ADAGP, Paris 2021.
Anni Albers, Intersecting, 1962. Coton et rayon, 40 x 42 cm. Josef Albers Museum Quadrat, Bottrop. © 2021 The Josef and Anni AlbersFoundation/Artists Rights Society (ARS), NewYork/ADAGP, Paris 2021.
Anni Albers, Intersecting, 1962. Coton et rayon, 40 x 42 cm. Josef Albers Museum Quadrat, Bottrop. © 2021 The Josef and Anni AlbersFoundation/Artists Rights Society (ARS), NewYork/ADAGP, Paris 2021.
Josef et Anni Albers dans le jardin de la maison des maîtres au Bauhaus, Dessau, vers 1925. Photographe anonyme. The Josef and Anni Albers Foundation.
Josef et Anni Albers dans le jardin de la maison des maîtres au Bauhaus, Dessau, vers 1925. Photographe anonyme. The Josef and Anni Albers Foundation.

Commissaires

Julia Garimorth, assistée de Sylvie Moreau-Soteras

Comité scientifique

Nicholas Fox Weber, directeur de la Josef and Anni Albers Foundation, Bethany, Connecticut

Heinz Liesbrock, directeur du Josef Albers Museum Quadrat, Bottrop, Allemagne




Le Musée d’Art Moderne de Paris organise, du 10 septembre 2021 au 9 janvier 2022, une exposition inédite consacrée à Anni et Josef Albers, rassemblant plus de trois cent cinquante oeuvres (peintures, photographies, meubles, oeuvres graphiques et textiles) significatives du développement artistique des deux artistes.

Au-delà de la présentation très complète de leurs créations respectives, il s’agit de la première exposition en France dédiée au couple formé par les deux artistes. C’est en effet ce lien intime et très complice qui leur a permis, tout au long de leur vie, de se soutenir, de se renforcer mutuellement, dans un dialogue permanent et respectueux. Ils ont non seulement produit une oeuvre considérée aujourd’hui comme la base du modernisme, mais ont aussi imprégné toute une nouvelle génération d’artistes de leurs valeurs éducatives.

Anni Albers (née Annelise Fleischmann, 1899-1994) et Josef Albers (1888-1976) se rencontrent en 1922 au Bauhaus et se marient trois ans plus tard. Ils partagent d’emblée la conviction que l’art peut profondément transformer notre monde et doit être au coeur de l’existence humaine : « Les oeuvres d’art nous apprennent ce qu’est le courage. Nous devons aller là où personne ne s’est aventuré avant nous. » (Anni Albers)

Dès le début de leur travail, les deux artistes placent ainsi la fonction de l’art au coeur de leur réflexion. Ils adhèrent non seulement à la revalorisation de l’artisanat et aux atouts de la production industrielle (Bauhaus) pour rendre possible la démocratisation de l’art, mais ils estiment aussi que la création joue un rôle essentiel dans l’éducation de chaque individu. Ils ne cessent de démontrer, en tant qu’artistes mais aussi enseignants, l’impact incommensurable de l’activité artistique sur la réalisation de soi et, plus largement, sur la relation avec les autres. Forts de ces valeurs, ils cherchent à amener leurs élèves vers une plus grande autonomie de réflexion et à une prise de conscience de la subjectivité de la perception. Selon eux, l’enseignement ne se réduit pas à transmettre un savoir théorique déjà écrit mais consiste au contraire à susciter constamment des interrogations nouvelles : d’abord par l’observation sensible du monde – visuel et tactile – qui nous entoure ; puis par la découverte empirique que comporte l’expérimentation créatrice avec les matériaux à portée de main, sans préjuger de leurs valeurs esthétiques. « Apprenez à voir et à ressentir la vie, cultivez votre imagination, parce qu’il y a encore des merveilles dans le monde, parce que la vie est un mystère et qu’elle le restera. Mais soyons-en conscients. » (Josef Albers)

 

L’exposition s’ouvre sur deux oeuvres emblématiques de chaque artiste, illustrant d’emblée, tel un prologue, les valeurs formelles et spirituelles qui relient le couple. Puis elle suit, de manière chronologique, les différentes étapes de leur vie. Une première section rassemble leurs productions, riches et variées, issues du Bauhaus, de 1920 à 1933. Le départ du couple pour les États Unis en 1933 marque le début de la deuxième section, dédiée aux oeuvres réalisées au Black Mountain College. Puis deux autres temps forts de la visite s’attachent à présenter une sélection pointue de Pictorial Weavings de Anni et de Homages to the Square de Josef. Enfin, la dernière partie de l’exposition est consacrée au travail graphique d’Anni, initié avec Josef dans les années soixante et qu’elle va poursuivre jusqu’à la fin de sa vie.

Une salle, spécifiquement dédiée à leurs rôles respectifs en tant que professeurs, permet aux visiteurs, grâce à d’exceptionnels films d’archives, de se glisser dans la peau des étudiants et de suivre un cours « en direct ». Un grand nombre de documents (photographies, lettres, carnets de notes, cartes postales, etc.), réunis avec l’aide de la Fondation Josef et Anni Albers, permet également de contextualiser le travail des deux artistes.

L’exposition est organisée en étroite collaboration avec The Josef and Anni Albers Foundation à Bethany, Connecticut. Elle sera également présentée à l’IVAM (Instituto Valenciano de Arte Moderno) à Valence, Espagne, du 17 février au 20 juin 2022.



Un catalogue est publié aux éditions Paris Musées.




Le parcours de l’exposition – introduction

Cette exposition réunit l’oeuvre de deux grands artistes, chacun pionnier du XXe siècle dans son domaine. Au-delà de la présentation très complète de leurs créations respectives, il s’agit de la première exposition en France dédiée au couple formé par Anni et Josef Albers. C’est en effet ce lien intime et très complice qui leur a permis, tout au long de leur vie, de se soutenir et de se renforcer mutuellement, dans un dialogue permanent et respectueux. Ils ont non seulement produit une oeuvre considérée aujourd’hui comme la base du modernisme, mais ont aussi imprégné toute une nouvelle génération d’artistes de leurs valeurs éducatives.

Anni Albers (née Annelise Fleischmann, 1899-1994) et Josef Albers (1888-1976) se rencontrent en 1922 au Bauhaus et se marient trois ans plus tard. Ils partagent d’emblée la conviction que l’art peut profondément transformer notre monde et doit être au coeur de l’existence humaine.

Dès le début de leur travail, les deux artistes placent ainsi la fonction de l’art au coeur de leur réflexion. Ils adhèrent non seulement à la revalorisation de l’artisanat et aux atouts de la production industrielle (Bauhaus) pour rendre possible la démocratisation de l’art, mais ils estiment aussi que la création joue un rôle essentiel dans l’éducation de chaque individu. Ils ne cessent de démontrer, en tant qu’artistes mais aussi enseignants, l’impact incommensurable de l’activité artistique sur la réalisation de soi et, plus largement, sur la relation avec les autres. Forts de ces valeurs, ils cherchent à amener leurs élèves vers une plus grande autonomie de réflexion et à une prise de conscience de la subjectivité de la perception. Selon eux, l’enseignement ne se réduit pas à transmettre un savoir théorique déjà écrit mais consiste au contraire à susciter constamment des interrogations nouvelles : d’abord par l’observation sensible du monde – visuel et tactile – qui nous entoure ; puis par la découverte empirique que comporte l’expérimentation créatrice avec les matériaux à portée de main, sans préjuger de leurs valeurs esthétiques.