Partage


“Thomas Klotz” I’ll never be young again

Ă  la Galerie Nathalie Obadia – CloĂ®tre Saint-Merri – Espace II, Paris

du 9 janvier au 6 février 2021

Galerie Nathalie Obadia
Éditions EYD

PODCAST - Interview de Thomas Klotz, par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 12 janvier 2021, durée 18’33. © FranceFineArt. (photo : © Pierre Normann Granier)

PODCAST –  Interview de Thomas Klotz,

par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 12 janvier 2021, durée 18’33, © FranceFineArt.


previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider

©Anne-FrĂ©dĂ©rique Fer, visite de l’exposition avec Thomas Klotz, le 12 janvier 2021.

Couverture de EVE la montagne et la jeune fille de Thomas KLOTZ aux éditions EYD. © Thomas Klotz © Éditions EYD 2021.
Couverture de EVE la montagne et la jeune fille de Thomas KLOTZ aux éditions EYD. © Thomas Klotz © Éditions EYD 2021.
Thomas KLOTZ, Sans titre, 2017. © Thomas Klotz. Courtesy de l’artiste et de la Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles.
Thomas KLOTZ, Sans titre, 2017. © Thomas Klotz. Courtesy de l’artiste et de la Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles.
Thomas KLOTZ, Eve’s Room #1, 2019. © Thomas Klotz. Courtesy de l’artiste et de la Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles.
Thomas KLOTZ, Eve’s Room #1, 2019. © Thomas Klotz. Courtesy de l’artiste et de la Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles.
Thomas KLOTZ, Sans titre, 2017. © Thomas Klotz. Courtesy de l’artiste et de la Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles.
Thomas KLOTZ, Sans titre, 2017. © Thomas Klotz. Courtesy de l’artiste et de la Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles.
Thomas KLOTZ, Sans titre, 2019. © Thomas Klotz. Courtesy de l’artiste et de la Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles.
Thomas KLOTZ, Sans titre, 2019. © Thomas Klotz. Courtesy de l’artiste et de la Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles.
Thomas KLOTZ, Sans titre, 2020. © Thomas Klotz. Courtesy de l’artiste et de la Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles.
Thomas KLOTZ, Sans titre, 2020. © Thomas Klotz. Courtesy de l’artiste et de la Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles.
Thomas KLOTZ, Sans titre, 2019. © Thomas Klotz. Courtesy de l’artiste et de la Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles.
Thomas KLOTZ, Sans titre, 2019. © Thomas Klotz. Courtesy de l’artiste et de la Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles.
Thomas KLOTZ, Sans titre, 2019. © Thomas Klotz. Courtesy de l’artiste et de la Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles.
Thomas KLOTZ, Sans titre, 2019. © Thomas Klotz. Courtesy de l’artiste et de la Galerie Nathalie Obadia Paris / Bruxelles.

Extrait du communiquĂ© de presse :



La Galerie Nathalie Obadia propose une carte blanche au photographe Thomas Klotz. Originaire du Nord de la France, Thomas Klotz s’est fait connaître par un premier ouvrage paru en 2019 aux éditions EYD, NORTHSCAPE, consacré à une série sur les paysages péri-urbains de sa région, dans la lignée du mouvement américain des «New Topographics».



Poursuivant cette démarche explorative à l’égard de son environnement familier, l’artiste présente ici un travail récent intitulé I’ll never be young again, qui fera l’objet d’une publication en janvier 2021.



Dans cette nouvelle sĂ©rie, Thomas Klotz aborde le thème de l’adolescence et de ses angoisses notamment Ă  travers une Ă©vocation de sa fille de douze ans. DĂ©nuĂ© de toute dimension narrative, ce portrait en creux prend forme dans des images anonymes, « exercices de ponctuation Â» oĂą murs, volumes, matières, vides et ombres constituent autant de surfaces de projection, de commentaires silencieux. Fortement influencĂ© par Lewis Baltz, Thomas Klotz porte en effet son attention sur le quotidien, le trivial, oĂą la prise de vue s’apparente Ă  une micro-saisie de ce qui, sous le regard du photographe, prend une Ă©paisseur intrigante et singulière. Aussi, Ă  travers le cadrage, Thomas Klotz se dĂ©tourne de ce qui naturellement attire l’oeil tout en suggĂ©rant la prĂ©sence, par le biais d’indices qui tĂ©moignent d’une vie prise sur le vif, Ă  un point de bascule.



En contrepoint, la photographie de la jeune fille en pieds, regard braquĂ© sur l’objectif, marque un retour frontal de la figure humaine dans l’oeuvre de l’artiste, qui tend toujours vers une sorte d’abstraction picturale. Ce portrait rĂ©unit un certain nombre de rĂ©miniscences visuelles, incarnant ce qui de manière plus ou moins cryptique sous-tend chaque image : attributs de l’enfance, rĂ©surgence du motif floral et de la couleur jaune, dorĂ©e, qui d’un point de vue mĂ©taphorique renvoient au caractère Ă©phĂ©mère de la nature, et par extension de cet âge transitoire («Nature first green is gold, Her hardest hue to hold, Her early leaf’s a flower; But only so an hour.»*). Thomas Klotz parle de « passages secrets Â», de « fantĂ´mes Â» : la variĂ©tĂ© de ces scènes, portrait, paysage, vues urbaines, intĂ©rieurs trouve sa cohĂ©rence dans ces affinitĂ©s mystĂ©rieuses, ces connexions souterraines, d’ailleurs propres au monde adolescent.



Si certains éléments dénotent d’une dureté évidente, les couleurs vives voire outrancières de ces tirages concourent à unifier l’ensemble dans une atmosphère qui tire vers l’anxiogène. Thomas Klotz utilise en effet plusieurs supports allant du tirage actuel au jet d’encre, à la technique ancienne du Dye Transfer, popularisé par William Eggleston dans les années 1960 et auquel avait recours également le milieu de la publicité jusque dans les années 1990. Ce procédé, au rendu chromatique unique, consiste à appliquer sur le papier, couche par couche à l’aide de matrices, chaque couleur primaire. Ici, il permet d’évoquer un monde qui contient ses excès et sa part d’ombre, visions angoissées que l’artiste reconnaît être aussi bien les siennes.




« Une porte donnant sur une pièce, un poteau rouge, certes, dĂ©cors d’aujourd’hui, c’est Ă  dire qu’on ne sait plus dans quel pays nous sommes, mĂŞme si leur auteur dit que Eggleston l’a marquĂ©. 



Et dans tout cela, dans toute cette histoire de photographies avec des lignes, des espaces, des angles – sa fille, la fille de l’auteur des photographies, qui est lĂ , on dirait qu’elle attend. Ça parait simple, mais ça parle de prĂ©sence dans les lieux, donc une poĂ©sie de l’attente […] Attendre, que des photos soient faites, sans se demander Ă  quoi ça sert, mais juste pour ĂŞtre lĂ , communiquer entre le photographe et la photographiĂ©e, comme un Ă©change de paroles muettes, la photographie permettant de parler en silence, juste avec des regards, car il s’agit toujours de cela, le regard. 



Ces photos dans des dĂ©cors pas spectaculaires, mais nĂ©cessaires, et le courant passe, car quand il semble ne rien se passer, il se passe des tas de choses, des connivences, des non-sourires […] Les photographies de Thomas Klotz d’apparence si silencieuses, parlent de sa manière de percevoir le monde, car n’oublions jamais que chaque photographe voit et sent diffĂ©remment des autres. Â»
Bernard Plossu, extraits de la PrĂ©face de Eve la montagne et la jeune fille, Thomas Klotz, Ă©ditions EYD. 





La Carte Blanche donnée à Thomas Klotz à la Galerie Nathalie Obadia est proposée dans le cadre de Photo Days Paris qui se tiendra dans 30 Galeries parisiennes du 4 décembre 2020 au 6 février 2021.  https://photodays.paris/