Partage


“Histoires vraies” 

au MAC VAL, musée d’art contemporain du Val-de-Marne, Vitry-sur-Seine

du 4 février au 17 septembre 2023

MAC VAL


Interview de Frank Lamy, commissaire de l’exposition, par Anne-Frédérique Fer, à Vitry-sur-Seine, le 2 février 2023, durée 11’17. © FranceFineArt.

PODCAST –  Interview de Frank Lamy, commissaire de l’exposition,


par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 2 février 2023, durée 11’17.
© FranceFineArt.


previous arrow
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
next arrow
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
Histoires vraies
previous arrow
next arrow
©Anne-Fréderique Fer, présentation presse, le 2 février 2023.

Extrait du communiqué de presse :



Yan Tomaszewski, Gangnam Beauty, 2021. Vidéo HD, 23 min 11 s. Production Le Fresnoy, Studio national des arts contemporains et Backyard Films.
Yan Tomaszewski, Gangnam Beauty, 2021. Vidéo HD, 23 min 11 s. Production Le Fresnoy, Studio national des arts contemporains et Backyard Films.
Sebastien Loghman, Puzzle – Iterative Memories of Cantor Dust Man, 2010. Film vidéo en relief, 3 min 35 s. © Adagp, Paris 2023.
Sebastien Loghman, Puzzle – Iterative Memories of Cantor Dust Man, 2010. Film vidéo en relief, 3 min 35 s. © Adagp, Paris 2023.
Laura Bottereau & Marine Fiquet, Morceaux synthétiques, 2021. Série de 3 photographies, 20 x 15 cm (détail). © Adagp, Paris 2023. Photo © Bottereau & Fiquet.
Laura Bottereau & Marine Fiquet, Morceaux synthétiques, 2021. Série de 3 photographies, 20 x 15 cm (détail). © Adagp, Paris 2023. Photo © Bottereau & Fiquet.
Kent Monkman, Group of Seven Inches, 2005. 07’35, colour, English. Courtesy Kent Monkman.
Kent Monkman, Group of Seven Inches, 2005. 07’35, colour, English. Courtesy Kent Monkman.
Hippolyte Hentgen, Bebop, 2022. Encre et acrylique sur toile, 169 × 140 cm, 173 × 144 × 4 cm (encadré). @ Adagp, Paris 2022. Photo © Aurélien Mole. Courtesy Semiose, Paris.
Hippolyte Hentgen, Bebop, 2022. Encre et acrylique sur toile, 169 × 140 cm, 173 × 144 × 4 cm (encadré). @ Adagp, Paris 2022. Photo © Aurélien Mole. Courtesy Semiose, Paris.
Aurélien Mauplot, Les impatiences (série des glaces) 2017. Acrylique sur photographie, 20 x 10 cm. © Adagp, Paris 2022.
Aurélien Mauplot, Les impatiences (série des glaces), 2017. Acrylique sur photographie, 20 x 10 cm. © Adagp, Paris 2022.
Aurélie Ferruel et Florentine Guédon, S’éclater le gésier, 2023. Foin, terre, métal, verre, 230 × 200 × 70 cm. Photo © Ferruel/Guédon.
Aurélie Ferruel et Florentine Guédon, S’éclater le gésier, 2023. Foin, terre, métal, verre, 230 × 200 × 70 cm. Photo © Ferruel/Guédon.

Commissariat général : Nicolas Surlapierre

Commissariat de l’exposition : Frank Lamy, assisté de Julien Blanpied





En ces temps de redéfinition constante des paradigmes de la représentation de soi, des frontières mouvantes et fragiles entre réel et fiction, le MAC VAL inaugure en février 2023 une nouvelle exposition collective, « Histoires vraies ». Si le storytelling n’est pas une question nouvelle, celui-ci est pourtant le coeur de l’actualité mondiale, ici abordé par le biais d’un regard particulier sur les différentes réalités qui existent dans cet espace flottant entre l’art et la vie. Le réel n’existe pas en dehors de ses narrations. La quarantaine d’artistes réunis dans l’exposition met en scène des fictions et autant d’histoires (vraies ?).





Introduction par Frank Lamy

Cette nouvelle exposition collective réunit les œuvres d’une quarantaine d’artistes de différentes générations. Poursuivant les recherches autour de la construction du Sujet, développées dans les expositions temporaires depuis 2005, « Histoires vraies » s’inscrit dans la continuité de l’exposition collective « Lignes de vies – une exposition de légendes » (2019) qui explorait les passages poreux entre art et autobiographie, entre réel et fiction. Ce nouveau volet prolonge cette idée que tout est fiction, le réel étant superposition, feuilletage tissé d’histoires diverses et variées en s’attachant cette fois moins aux effets d’aller-retour entre l’art et le monde, mais en proposant des approches parallèles des réalités.

Les artistes de cette exposition ont en commun le recours à des stratégies et postures fictionnelles qui s’ancrent néanmoins, dans des tentatives de description du monde, teintées, entre autres, de narration spéculative voire de documentaire. Ça invente, ça raconte, ça imagine. Elles et ils effeuillent les couches des apparences pour mettre à jour d’autres narrations, pour faire émerger d’autres récits.

pour faire émerger d’autres récits. (Se) raconter des histoires : ce besoin immémorial de storytelling, pour comprendre, articuler, réfléchir le monde résonne tout particulièrement à l’heure de la post vérité et autres avatars peuplant le métavers. Les réseaux sont emplis de ce qui s’appelle symptomatiquement : Réels, Stories… Décidément, tout est histoires. Histoires vraies… Un titre pour le moins paradoxal. Qu’en est-il de la vérité ? De la véracité ? Doit-on croire ce que les artistes nous racontent ? Le réel existe-t-il en dehors de sa formulation ?

De la fiction pour mettre en crise, en questions, déconstruire, faire apparaitre ; de la fiction pour conjurer, éloigner ; de la fiction pour réparer, raconter autrement ; aider, accompagner, transmettre ; mais aussi creuser les apparences, interroger les faits, leur véracité, les modes de narrations mêmes ; de la fiction pour proposer des alternatives aux « grands récits » enfermants, de la fiction pour le simple et joyeux plaisir de fabuler. Pour paraphraser Sarah Ihler-Meyer dans une des notices du catalogue, l’exposition propose « Autant de tragi-comédies minimalistes et de microrécits aux multiples niveaux de lectures. Chaque regardereuse est invité.e à composer sa propre narration, entre cauchemar et rêve. »

L’exposition se prolongera par un programme de films et performances. »

Frank Lamy, commissaire de l’exposition





Avec les oeuvres de Aletheia (Hugo Dumont, Anthony Vernerey), Alexis Foiny, Alice Brygo, Anaïs-Tohé Commaret, Anne Brégeaut, Anne-James Chaton, Aurélie Ferruel et Florentine Guédon, Aurélien Mauplot, Collectif 1.0.3, Esther Ferrer, Étienne Charry, Farès Hadj-Sadok, Hippolyte Hentgen, Jean-Charles de Quillacq, Jordan Roger, Katia Kameli, Kenny Dunkan, Kent Monkman, Laura Bottereau & Marine Fiquet, Marie Losier, Mary Sibande, Mehryl Levisse, Olivier Nottellet, Pejvak, Regine Kolle, Romain Kronenberg, Sam Moore, Sebastien Loghman, SMITH, Suzanne Husky, Sylvie Ruaulx, Véronique Hubert, Vincent Volkart, Virginie Barré, Yan Tomaszewski, Youri Johnson.


#Publication –
Histoires vraies. aux Ă©ditions du MAC VAL avec les textes de Nicolas Surlapierre, Frank Lamy et Sarah Ihler-Meyer.

Marie Losier, If you like it don't watch it, 2022. Technique mixte, 320 x 310 cm. © Adagp, Paris 2022.
Marie Losier, If you like it don’t watch it, 2022. Technique mixte, 320 x 310 cm. © Adagp, Paris 2022.