Partage


“Giuseppe Penone“ Dessins

au Centre Pompidou, Paris

du 19 octobre 2022 au 6 mars 2023

Centre Pompidou


Interview de Laetitia Pesenti, attachée de conservation au cabinet d'art graphique, Musée national d'art moderne, et commissaire de l'exposition, par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 18 octobre 2022, durée 11’13. © FranceFineArt.

PODCAST –  Interview de Laetitia Pesenti, attachĂ©e de conservation au cabinet d’art graphique, MusĂ©e national d’art moderne, et commissaire de l’exposition,


par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 18 octobre 2022, durée 11’13.
© FranceFineArt. 

son Ă  insĂ©rer (click sur remplacer et changer Ă  partir d’un url)

previous arrow
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
next arrow
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
Giuseppe Penone
previous arrow
next arrow
©Anne-Fréderique Fer, vernissage presse, le 18 octobre 2022.

Extrait du communiqué de presse :

 

Commissariat général : 

Jonas Storsve, conservateur, chef du cabinet d’art graphique, MusĂ©e national d’art moderne.

Commissaire de l’exposition : 

Laetitia Pesenti, attachĂ©e de conservation au cabinet d’art graphique, MusĂ©e national d’art moderne.



Giuseppe Penone, Soffi [Souffles], 1977. Aquarelle et mine graphite sur papier, 25,6 x 36,6 cm. © Adagp, Paris, 2022. Photo © Centre Pompidou, Mnam-Cci/Cecilia Laulanne/Dist. Rmn-Gp.
Giuseppe Penone, Soffi [Souffles], 1977. Aquarelle et mine graphite sur papier, 25,6 x 36,6 cm. © Adagp, Paris, 2022. Photo © Centre Pompidou, Mnam-Cci/Cecilia Laulanne/Dist. Rmn-Gp.
Giuseppe Penone, Racchiudere i millenni negli anni [Recouvrir d’années les millénaires], 2010. Encre de Chine sur papier, 33,8 x 48 cm. Don de l’artiste en l’honneur de Dina Carrara, 2020. © Adagp, Paris, 2022. Photo © Centre Pompidou, Mnam-Cci /Cecilia Laulanne/Dist. Rmn-Gp.
Giuseppe Penone, Racchiudere i millenni negli anni [Recouvrir d’années les millénaires], 2010. Encre de Chine sur papier, 33,8 x 48 cm. Don de l’artiste en l’honneur de Dina Carrara, 2020. © Adagp, Paris, 2022. Photo © Centre Pompidou, Mnam-Cci /Cecilia Laulanne/Dist. Rmn-Gp.

En 2020, Giuseppe Penone, figure importante de l’art contemporain et membre du mouvement de l’Arte Povera, fait une importante donation au MusĂ©e national d’art moderne : 328 dessins qui couvrent cinquante annĂ©es de crĂ©ation de 1967 Ă  2019. L’exposition est l’occasion de dĂ©voiler une large partie de cette donation du 19 octobre 2022 au 6 mars 2023.

Giuseppe Penone, dont les institutions françaises ont toujours reconnu l’importance et la singularitĂ© de la pratique, est l’une des figures majeures de l’art occidental des cinquante dernières annĂ©es. AssociĂ© au mouvement dĂ©fini par Germano Celant sous le terme d’Arte Povera, il a dĂ©veloppĂ© une dĂ©marche extrĂŞmement personnelle nourrie d’une rĂ©flexion philosophique parfois teintĂ©e de poĂ©sie sur le rapport de l’homme Ă  la nature.

Connu comme sculpteur, Giuseppe Penone a pourtant toujours dessiné. Cette facette de son travail, intrinsèquement liée à sa pratique de la sculpture, est restée confidentielle jusqu’à l’exposition que lui consacra le Musée de Strasbourg, « Penone, l’espace de la main » en 1991, sous le commissariat de Roland Recht, Michèle Lavallée et Jonas Storsve.

« Je dessine comme je prends des notes » explique l’artiste, toujours un morceau de papier dans sa poche. Et le dessin, comme la sculpture, est pour Giuseppe Penone une manière de transcrire le geste, de rĂ©vĂ©ler la forme. Son expĂ©rience de l’Ă©criture doit Ă©galement s’entendre comme allant de pair avec cette dĂ©marche. Ses Ă©crits n’ont d’existence qu’en vis-Ă -vis de ses oeuvres. TeintĂ©s de poĂ©sie, tour Ă  tour narratifs ou philosophiques, ils ont Ă©tĂ© rĂ©unis par les Éditions de l’École des beaux-arts de Paris en 2000, en un volume, rĂ©Ă©ditĂ© et augmentĂ© rĂ©gulièrement depuis, sous le titre Respirer l’ombre, comme l’installation magistrale qu’offrira l’artiste au Centre Pompidou, l’annĂ©e suivante.

Giuseppe Penone – Dessins : prĂ©sentation

 

Quelques sculptures viennent ponctuer le parcours de l’exposition. Aux quatre sculptures des collections du MusĂ©e national d’art moderne, choisies en lien avec les dessins, sont associĂ©es deux sculptures provenant d’une collection particulière italienne prĂ©sentant ainsi un large panel des matĂ©riaux chers Ă  l’artiste : le bois, la pierre, les feuilles, le bronze. La recherche et le travail sur les matĂ©riaux sont, en effet, primordiaux dans l’oeuvre de Penone et ses dessins en sont Ă©galement le reflet.

L’utilisation de la mine graphite, l’encre, l’aquarelle, le pigment mais aussi le frottage, le collage, le ruban adhĂ©sif pour prĂ©lever des empreintes, lui permettent de dĂ©velopper sur plusieurs annĂ©es et parfois mĂŞme plusieurs dĂ©cennies certains sujets qui lui sont chers et de crĂ©er ainsi un corpus toujours Ă  la recherche de la technique qui traduira au mieux l’idĂ©e. L’exposition prĂ©sentĂ©e au Centre Pompidou privilĂ©gie volontairement un accrochage thĂ©matique, illustrant ainsi la dĂ©marche de l’artiste autour du travail sĂ©riel : partir d’une idĂ©e pour arriver Ă  sa rĂ©alisation en trois dimensions en passant par son dĂ©veloppement, sa faisabilitĂ© et sa documentation.

La prĂ©sentation de 241 dessins sur 328 issus de la donation, dont beaucoup n’ont encore jamais Ă©tĂ© montrĂ©s au public, illustre les diffĂ©rentes Ă©tapes du processus de la pensĂ©e de l’artiste, du dessin d’Ă©tude jusqu’Ă  la visualisation de l’oeuvre dans l’espace. Tout au long du parcours, les ouvertures dans les cimaises permettent de voir les sculptures sous diffĂ©rents angles. Les dessins quant Ă  eux permettent de dĂ©couvrir celles-ci, non plus uniquement comme des objets, mais comme la matĂ©rialisation d’une dĂ©marche crĂ©ative.

Une place particulière est faite à deux projets que l’on pourrait qualifier de « parisiens » : celui des Chants de Maldoror en 1985, une commande de Liliane Durand Dessert autour du texte de Lautréamont et celui de Versailles qu’il a réalisé en 2013.



Un catalogue aux éditons du Centre Pompidou accompagne l’exposition.