Partage


“Incursions sauvages“ 

au musée de la Chasse et de la Nature, Paris

du 12 avril au 11 septembre 2022

Musée de la Chasse et de la Nature


Interview de Christine Germain-Donnat, directrice du musée de la chasse et de la nature et co-commissaire de l'exposition, par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 11 avril 2022, durée 10’40. © FranceFineArt. (Christine Germain-Donnat et Cyrille Gouyette)

PODCAST –  Interview de Christine Germain-Donnat, directrice du musée de la chasse et de la nature et co-commissaire de l’exposition,


par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 11 avril 2022, durée 10’40.
© FranceFineArt.
(Christine Germain-Donnat et Cyrille Gouyette)

son à insérer (click sur remplacer et changer à partir d’un url)

previous arrow
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
next arrow
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
Incursions sauvages
previous arrow
next arrow
©Anne-Fréderique Fer, présentation presse, le 11 avril 2022.

Jussi TwoSeven, On the run - Vulpes vulpes, 2020. Peinture aérosol et pochoir. Helgenäs, Suède. © Jussi TwoSeven.
Jussi TwoSeven, On the run – Vulpes vulpes, 2020. Peinture aérosol et pochoir. Helgenäs, Suède. © Jussi TwoSeven.

Extrait du communiqué de presse :



Nadège Dauvergne, Troupeau de sangliers, Montmartre, 2019. Dessin sur kraft brun, bombe aérosol pour les fonds et détails aux feutres Posca, Paris. © Nadège Dauvergne.
Nadège Dauvergne, Troupeau de sangliers, Montmartre, 2019. Dessin sur kraft brun, bombe aérosol pour les fonds et détails aux feutres Posca, Paris. © Nadège Dauvergne.
WAR !, Les sentinelles, 2015. Peinture acrylique au rouleau Rennes. © WAR !
WAR !, Les sentinelles, 2015. Peinture acrylique au rouleau Rennes. © WAR !
Andrea Ravo Mattoni, Les quatre fleuves du paradis (détail), 2019. D’après Rubens (1615, Kunsthistorisches Museum, Vienne). Peinture aérosol sur toile, 140 x 80 cm. © Joël Jacob Elbaz.
Andrea Ravo Mattoni, Les quatre fleuves du paradis (détail), 2019. D’après Rubens (1615, Kunsthistorisches Museum, Vienne). Peinture aérosol sur toile, 140 x 80 cm. © Joël Jacob Elbaz.
Nadège Dauvergne, Le Sanglier des villes, 2022. Techniques mixtes sur plaques de PVC, 200 x 350 cm. Exposé au musée de la Chasse et de la Nature, Paris. © David Giancatarina.
Nadège Dauvergne, Le Sanglier des villes, 2022. Techniques mixtes sur plaques de PVC, 200 x 350 cm. Exposé au musée de la Chasse et de la Nature, Paris. © David Giancatarina.

Commissariat :

Christine Germain-Donnat, directrice du musée de la chasse et de la nature

Cyrille Gouyette, historien de l’art




L’exposition « Incursions sauvages » s’inscrit dans l’actualité. Elle est née de l’observation, durant le récent confinement, de la porosité manifeste des frontières entre la nature et la ville, et de la vision, partout sur la planète, de nombreux animaux sauvages égarés en milieu urbain ; des sangliers, des cerfs et des renards en Occident et, plus spectaculaires, des félins en Inde, des ours et des éléphants en Chine. La confrontation est désormais fréquente et ce qui semblait à nos yeux incongru est devenu commun. Le Musée de la Chasse et de la Nature a ainsi choisi sept street artistes pour investir ses salles et réaliser des oeuvres qui interrogeront notre cohabitation avec un monde animal perturbé.


Si les artistes urbains font toujours du bestiaire une source d’inspiration de leur travail, dans la continuité de leurs aînés, c’est aujourd’hui pour pointer les préoccupations de nos sociétés contemporaines. Traversés par les questions environnementales relatives à la sauvegarde de l’espèce animale, à sa cohabitation avec l’homme, ils abordent ici l’arrivée impromptue, telle qu’elle s’est récemment produite, d’un bestiaire sylvestre dans la ville – cerfs, sangliers ou blaireaux… En construisant la Cité, l’homme a défini un territoire dans lequel il règne presque sans partage. À l’extérieur de celle-ci, la campagne constitue un monde sauvage, où vivent ensemble animaux partiellement domestiqués et toute une faune indomptée, mise à mal par les actions et les comportements des hommes.


Au-delà du seul propos environnemental, l’exposition se veut également une métaphore de l’art urbain – qualifié de sauvage à l’origine – qui, le temps de l’exposition, investit le musée ; un art engagé, témoin et lanceur d’alerte. « Incursions sauvages » est organisée en diptyque avec l’exposition « Plongées en eaux troubles » au centre d’art urbain Fluctuart. Cette exposition en miroir interroge cette fois l’intrusion de l’homme dans l’écosystème de la Seine, bouleversant à son tour ses occupants. Les artistes sont là invités à s’emparer de la faune aquatique du fleuve : silure, anguille ou brochet… mais aussi à en imaginer les avatars mythologiques ou leurs mutations biologiques : sirènes, tritons ou monstres hybrides.


Sur les deux sites, c’est donc un large panorama de la scène street art qui se dévoile dans la diversité de ses techniques (spray, pochoir, collage ou installation) et de ses styles (graphique, fantastique ou hyperréaliste) au travers des oeuvres d’une quinzaine d’artistes internationaux. Une rare opportunité de suivre la trace, puis de s’immerger dans la faune du street art.




Liste des street artistes au Musée de la Chasse et de la Nature : Avec Nadège Dauvergne, Scaf, Bordalo II, WAR!, Jussi TwoSeven, Andrea Ravo Mattoni, Ruben Carrasco. Avec une création sonore en ambisonie de Sébastien Jouan, Urbanozoo!

Ruben Carrasco, Cerf, 2018. Peinture acrylique au pinceau. Festival IPAF Marseille. © Yoshi Yanagita.
Ruben Carrasco, Cerf, 2018. Peinture acrylique au pinceau. Festival IPAF Marseille. © Yoshi Yanagita.