Partage


“Cinétique !“ 
La sculpture en mouvement

à l’Espace Monte-Cristo, Fondation Villa Datris, Paris

du 9 avril au 11 décembre 2022

Fondation Villa Datris


Interview de Pauline Ruiz, co-commissaire de l’exposition, par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 8 avril 2021, durée 15’14. © FranceFineArt. (Pauline Ruiz et Manuel Mérida)

PODCAST –  Interview de Pauline Ruiz, co-commissaire de l’exposition,


par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 8 avril 2021, durée 15’14.
© FranceFineArt.
(Pauline Ruiz et Manuel Mérida)

son à insérer (click sur remplacer et changer à partir d’un url)

previous arrow
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
next arrow
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
CinŽtique !; La sculpture en mouvement
previous arrow
next arrow
©Anne-Fréderique Fer, présentation presse, le 8 avril 2022.

Extrait du communiqué de presse :



Olivier Ratsi, Spectrum Grindelwald © Olivier Ratsi.
Olivier Ratsi, Spectrum Grindelwald © Olivier Ratsi.
Manuel Mérida, Usuyuki Chantier III, 2013-2015 Courtesy Espace Meyer Zafra, Production realisée dans le cadre de l’exposition Archisculpture en 2015 à La Villa Datris. © Tim Perceval.
Manuel Mérida, Usuyuki Chantier III, 2013-2015 Courtesy Espace Meyer Zafra, Production realisée dans le cadre de l’exposition Archisculpture en 2015 à La Villa Datris. © Tim Perceval.
Manuel Mérida, Cercle rouge et blanc, 2009, Collection Fondation Villa Datris. Photo Tim Perceval.
Manuel Mérida, Cercle rouge et blanc, 2009, Collection Fondation Villa Datris. Photo Tim Perceval.
Ludwig Wilding, PSR 85.6, Stereoskopisches Bild, 1979, Collection privée. Photo Tim Perceval.
Ludwig Wilding, PSR 85.6, Stereoskopisches Bild, 1979, Collection privée. Photo Tim Perceval.
Jesús-Rafael Soto, Esfera theospacio, 2003, Collection privée © Adagp, Paris, 2022 © Tim Perceval.
Jesús-Rafael Soto, Esfera theospacio, 2003, Collection privée © Adagp, Paris, 2022 © Tim Perceval.
Darío Pérez-Flores, Mobile, 2008, Collection Fondation Villa Datris © Adagp, Paris, 2022 © Tim Perceval.
Darío Pérez-Flores, Mobile, 2008, Collection Fondation Villa Datris © Adagp, Paris, 2022 © Tim Perceval.

Commissariat d’exposition et scénographie :
Pauline Ruiz et Jules Fourtine




Pour fêter sa cinquième année d’ouverture au public, l’Espace Monte-Cristo, lieu parisien de la Fondation Villa Datris, présente Cinétique ! La sculpture en mouvement. Du 9 avril au 11 décembre 2022, l’exposition dévoile le coeur de sa Collection en réunissant plus de 35 sculptures d’artistes français et internationaux. Il y a dix ans déjà, la Villa Datris présentait à l’Isle-sur-la-Sorgue Mouvement et lumière dont les oeuvres optiques aux jeux de formes et de couleurs n’ont cessé de fasciner les visiteurs. 

Après deux années de crise sanitaire – à la cadence tantôt figée, tantôt effrénée – l’Espace Monte-Cristo nous immerge dans un univers coloré, sonore et mobile, qui nous incite à trouver, pas à pas, notre propre rythme. Mêlant références historiques et scientifiques, ce parcours retrace l’épopée cinétique, débutant par l’exposition Le Mouvement en 1955, représentée uniquement par des artistes masculins mais initiée et portée par Denise René, la papesse de l’abstraction.La suite de l’exposition invite le visiteur à percer les mystères d’une illusion d’optique, à jouer dans l’espace à la recherche du meilleur angle de vue et à contempler les mécanismes cachés du mouvement perpétuel. 

Dans le cadre de la Carte Blanche qui lui est confiée, Manuel Mérida réalise deux oeuvres monumentales, dont l’une extérieure s’élève à plus de 8 mètres de haut.S’appuyant sur les concepts de l’art cinétique des années 60, il introduit le mouvement dans ses oeuvres – tantôt motorisées, tantôt manipulables – afin de mettre en évidence la qualité de la matière et de son comportement.



Edito
par Pauline Ruiz et Jules Fourtine, commissaires d’exposition

Dix ans après l’exposition Mouvement et lumière dans notre lieu provençal, nous abordons à Paris le sujet du mouvement en réunissant des oeuvres cinétiques, mécaniques, lumineuses qui composent le coeur de la Collection Fondation Villa Datris. A l’heure où, une fois de plus, la crise sanitaire fait mine de s’affaiblir, le moment nous paraît opportun de mettre en perspective l’immobilisme solidaire et collectif d’hier à l’agitation d’aujourd’hui. L’Humanité a vacillé, suffoqué, fait le dos rond, tandis que la planète reprenait quelques couleurs. De ce paradoxe et de ces interrogations sur le rythme de nos vies, de notre travail, de cette répartition du temps, en d’autres termes de ce que nous avons appris, il ne reste que peu de choses. Et la danse a redémarré. Pour adoucir la frénésie qui l’accompagne, nous vous invitons à découvrir cette exposition à votre rythme, au gré d’oeuvres qui demandent à être apprivoisées, à jouer avec le visiteur et qui nous interrogent sur le temps qui passe et que l’on perd, ou que l’on prend.



Le Parcours

Époque mouvementée
Dès les années 50, la galeriste parisienne Denise René réunit autour d’elle un petit groupe d’artistes et débute ce qui deviendra la grande épopée cinétique. À travers différentes démarches, les artistes précurseurs du mouvement bousculent la vision traditionnelle de la sculpture contemporaine, développent des technologies innovantes et inventent un nouveau langage optique.

Code couleur
La couleur est un langage universel. Au même titre que la musicalité des sons, l’harmonie chromatique permet aux artistes de composer. Associées, les couleurs créent une vibration donnant l’illusion du mouvement.

Inter-action
Créateurs espiègles, les artistes cinétiques encouragent à la découverte, engageant la curiosité du visiteur plutôt que son savoir. Actionner une oeuvre ou rechercher les multiples points de vue possibles provoque un changement de posture chez ce dernier. Il devient alors l’élément déclencheur, le « spect-acteur ».

Forces de l’invisible
De la course des astres aux battements du coeur, de la croissance silencieuse des plantes à leur balancement par le vent, le mouvement est partout. Les êtres vivants, tout comme les éléments naturels qui constituent notre environnement, sont en perpétuelle évolution. Les dynamiques continuelles sont ici représentées par des oeuvres qui nécessitent qu’on prenne ce temps si précieux pour mieux les découvrir.

Carte Blanche à Manuel Mérida – Ordre Et Désordre 
À l’occasion de la Carte Blanche qui lui est confiée, Manuel Mérida présente deux oeuvres monumentales. À l’intérieur se déploie une étonnante installation architecturale blanche inspirée de bidonvilles, sur laquelle il intègre ses cercles de pigments monochromes en rotation. À l’extérieur, l’artiste présente la quatrième ver-sion de l’oeuvre Usuyuki/chantier, un assemblage d’éléments hétéroclytes mis en branle pour composer un feu d’artifice de lignes et de matériaux. Cette machinerie poétique en rayures rouges et blanches nous fait voir dans la linéarité du motif rayé un ordre en trompe-l’oeil, dont s’échappe une joyeuse liberté artistique.



Les artistes

Yaacov AGAM  / Chul-Hyun AHN / Marina APOLLONIO / Loris CECCHINI / Miguel CHEVALIER / Geneviève CLAISSE / Robbie CORNELISSEN / Elias CRESPIN / Carlos CRUZ-DIEZ / Jean DEWASNE / Liam GILLICK / Ann Veronica JANSSENS / Hans KOTTER / Julio LE PARC / Manuel MÉRIDA / François MORELLET / Darío PÉREZ-FLORES / Olivier RATSI / Nicolas SCHÖFFER / Susumu SHINGU / Jesús-Rafael SOTO / Victor VASARELY / Roger VILDER / Peter VOGEL / Ludwig WILDING / ZIMOUN / Carte blanche à Manuel MÉRIDA