Partage


“DRAWING NOW alternative“ 
14ème édition – Le salon du dessin contemporain

Quartier Bastille 42 rue du Faubourg Saint-Antoine, Paris

du 10 au 13 juin 2021

DRAWING NOW

Interview de Joana P. R. Neves, directrice artistique de DRAWING NOW Art Fair et commissaire de l’exposition "Drawing Power – Children of Compost", par Anne-Frédérique Fer, enregistrement réalisé par téléphone, entre Paris et Paris, le 3 juin 2021, durée 25’01. © FranceFineArt.

PODCAST Interview de Joana P. R. Neves, directrice artistique de DRAWING NOW Art Fair et commissaire de l’exposition « Drawing Power – Children of Compost »,

par Anne-Frédérique Fer, enregistrement réalisé par téléphone, entre Paris et Paris, le 3 juin 2021, durée 25’01.© FranceFineArt.

son à insérer (click sur remplacer et changer à partir d’un url)

previous arrow
00
ÒDRAWING NOW alternativeÓ 14me Ždition - Le salon du dessin contemporain
ÒDRAWING NOW alternativeÓ 14me Ždition - Le salon du dessin contemporain
ÒDRAWING NOW alternativeÓ 14me Ždition - Le salon du dessin contemporain
ÒDRAWING NOW alternativeÓ 14me Ždition - Le salon du dessin contemporain
ÒDRAWING NOW alternativeÓ 14me Ždition - Le salon du dessin contemporain
ÒDRAWING NOW alternativeÓ 14me Ždition - Le salon du dessin contemporain
ÒDRAWING NOW alternativeÓ 14me Ždition - Le salon du dessin contemporain
ÒDRAWING NOW alternativeÓ 14me Ždition - Le salon du dessin contemporain
ÒDRAWING NOW alternativeÓ 14me Ždition - Le salon du dessin contemporain
ÒDRAWING NOW alternativeÓ 14me Ždition - Le salon du dessin contemporain
ÒDRAWING NOW alternativeÓ 14me Ždition - Le salon du dessin contemporain
ÒDRAWING NOW alternativeÓ 14me Ždition - Le salon du dessin contemporain
ÒDRAWING NOW alternativeÓ 14me Ždition - Le salon du dessin contemporain
ÒDRAWING NOW alternativeÓ 14me Ždition - Le salon du dessin contemporain
ÒDRAWING NOW alternativeÓ 14me Ždition - Le salon du dessin contemporain
next arrow
00
ÒDRAWING NOW alternativeÓ 14me Ždition - Le salon du dessin contemporain
ÒDRAWING NOW alternativeÓ 14me Ždition - Le salon du dessin contemporain
ÒDRAWING NOW alternativeÓ 14me Ždition - Le salon du dessin contemporain
ÒDRAWING NOW alternativeÓ 14me Ždition - Le salon du dessin contemporain
ÒDRAWING NOW alternativeÓ 14me Ždition - Le salon du dessin contemporain
ÒDRAWING NOW alternativeÓ 14me Ždition - Le salon du dessin contemporain
ÒDRAWING NOW alternativeÓ 14me Ždition - Le salon du dessin contemporain
ÒDRAWING NOW alternativeÓ 14me Ždition - Le salon du dessin contemporain
ÒDRAWING NOW alternativeÓ 14me Ždition - Le salon du dessin contemporain
ÒDRAWING NOW alternativeÓ 14me Ždition - Le salon du dessin contemporain
ÒDRAWING NOW alternativeÓ 14me Ždition - Le salon du dessin contemporain
ÒDRAWING NOW alternativeÓ 14me Ždition - Le salon du dessin contemporain
ÒDRAWING NOW alternativeÓ 14me Ždition - Le salon du dessin contemporain
ÒDRAWING NOW alternativeÓ 14me Ždition - Le salon du dessin contemporain
ÒDRAWING NOW alternativeÓ 14me Ždition - Le salon du dessin contemporain
previous arrow
next arrow
©Anne-Fréderique Fer,journée professionnelle, le 8 juin 2021.

Alain Josseau, les Géographes 40. Courtesy Galerie Claire Gastaud.
Alain Josseau, les Géographes 40. Courtesy Galerie Claire Gastaud.
Alexandre Leger, Absence, 2018. Crayon, aquarelle sur papier et cadre sculpté, 37,5 x 35 cm. Courtesy Galerie Bernard Jordan.
Alexandre Leger, Absence, 2018. Crayon, aquarelle sur papier et cadre sculpté, 37,5 x 35 cm. Courtesy Galerie Bernard Jordan.
Elmar Trenkwalder, VWZ 1469, 2011. Crayon sur papier, 36,5 x 23,5 cm. Courtesy Galerie Bernard Jordan.
Elmar Trenkwalder, VWZ 1469, 2011. Crayon sur papier, 36,5 x 23,5 cm. Courtesy Galerie Bernard Jordan.
Ethan Murrow, The Gleaner, 2021. Graphite sur papier, 91,5 x 91,5 cm. Courtesy Les Filles du Calvaire.
Ethan Murrow, The Gleaner, 2021. Graphite sur papier, 91,5 x 91,5 cm. Courtesy Les Filles du Calvaire.
Fabien Granet, Les indestinés, 2020. Graphite, fusain et pastel sur papier, 20 x 26 cm. Courtesy Galerie Jean-Louis Ramand.
Fabien Granet, Les indestinés, 2020. Graphite, fusain et pastel sur papier, 20 x 26 cm. Courtesy Galerie Jean-Louis Ramand.
Marine Pagès, Sans titre 2 (Les Intermédiaires), 2019. Crayon et graphique aquarellable sur papier préparé, 64 x 46 cm. Courtesy Galerie Bernard.
Marine Pagès, Sans titre 2 (Les Intermédiaires), 2019. Crayon et graphique aquarellable sur papier préparé, 64 x 46 cm. Courtesy Galerie Bernard.
Mathieu Dufois, Archéocètes 01, 2019. Dessin à la pierre noire, 71 x 48 cm © Mathieu Dufois, Courtesy Galerie C.
Mathieu Dufois, Archéocètes 01, 2019. Dessin à la pierre noire, 71 x 48 cm © Mathieu Dufois, Courtesy Galerie C.
Nicolas Daubanes, Zoom 2 - A la faveur de la nuit, 2019. Incrustation d’acier incandéscent sur verre. Courtesy Galerie Maubert.
Nicolas Daubanes, Zoom 2 – A la faveur de la nuit, 2019. Incrustation d’acier incandescent sur verre. Courtesy Galerie Maubert.

Extrait du communiqué de presse :






Organisation  :
Christine Phal, présidente
Carine Tissot, directeur
Joana P. R. Neves, directrice artistique




En réaction à la situation sanitaire, l’équipe de DRAWING NOW Art Fair propose une version inédite, dans un tout nouveau lieu convivial et à taille humaine, de ce rendez-vous du dessin avec : DRAWING NOW Alternative qui aura lieu du 10 au 13 juin 2021 au 42 rue du Faubourg Saint-Antoine, à Paris 12ème. Afin de pouvoir proposer une 14ème édition en présentiel DRAWING NOW se repense en événement alternatif, dynamique et convivial pour renouer avec ses publics.

34 galeries investiront un ancien grand magasin au coeur du Faubourg Saint-Antoine, une formule souple qui permettra de recevoir les visiteurs sur réservation, en respectant les consignes sanitaires en vigueur au mois de juin. Une manière de renouer avec la formule des débuts qui avait fait son succès ! 

Les 34 galeries françaises et européennes ayant confirmé leur participation, présenteront leur sélection d’oeuvres autour du dessin contemporain de ces 50 dernières années. Les deux secteurs, Insight et Process, permettront une fois encore de montrer le versant le plus contemporain du dessin.

Si le lieu de cette édition change avec cette adresse événementielle le contenu du salon reste dense avec des propositions couvrant les 50 dernières années du dessin contemporain et saura combler les attentes des visiteurs en attente de nouvelles découvertes, redécouvertes et rencontres.





Les galeries participantes

Galerie Alain Gutharc, Paris · Galerie Anne de Villepoix, Paris · Galerie Anne-Sarah Bénichou, Paris · Archiraar Gallery, Bruxelles · Backslash, Paris · C.A. Contemporary Fine Arts Vienna, Vienne · Galerie C, Neuchâtel et Paris · Espace à Vendre, Nice · Les Filles du Calvaire, Paris · Galerie Jean Fournier, Paris · Galerie 8+4, Paris · Galerie vachet-delmas, Sauve · Galerie Claire Gastaud, Clermont-Ferrand · Galerie Laurent Godin, Paris · Galerie Isabelle Gounod, Paris · Patrick Heide Contemporay Art, Londres · Galerie Ulrike Hrobsky, Vienne • Huberty & Breyne Gallery, Paris · Galerie Catherine Issert, Saint-Paul de Vence • Galerie Bernard Jordan, Paris • Galerie Lelong & Co., Paris · Galerie Maïa Müller, Paris · Galerie Martel, Paris • Galerie Maubert, Paris • Maurits van de Laar, La Haye · Gilles Drouault, galerie /multiples, Paris · Nosbaum Reding, Luxembourg · Galerie Oniris – Florent Paumelle, Rennes · Galerie Papillon, Paris · Galerie Catherine Putman, Paris · Galerie Ramakers, La Haye · Galerie Jean-Louis Ramand, Aix-en-Provence · Semiose, Paris · Xippas, Paris.





Les expositions Drawing Power – Children of Compost

Drawing Power – Children of Compost marque un début de collaboration avec le Frac Picardie donnant la part belle au dessin contemporain en lien avec la thématique de l’écologie et une partie des artistes de sa collection. Ainsi l’exposition Drawing Power – Children of Compost connaîtra plusieurs échos : d’abord au Frac Picardie à Amiens et pendant DRAWING NOW Alternative, à partir du 10 juin (jusqu’au 4 juillet 2021), puis au Drawing Lab à Paris à partir du 26 juin (jusqu’au 30 septembre 2021).

L’exposition Drawing Power – Children of Compost, imaginée par Joana P. R. Neves, directrice artistique de DRAWING NOW Art Fair, et réalisée en partenariat avec le Frac Picardie, explore la façon dont les artistes se saisissent du dessin pour représenter, agir et réfléchir sur les enjeux écologiques actuels. Du rassemblement de données à des interventions sur des sites, le dessin prend le rôle d’interface pour nous sensibiliser aux questions climatiques, pour proposer de nouvelles façons de vivre ensemble et même pour construire des philosophies d’interaction au sein d’écosystèmes.

Le dessin crée des formes et des représentations, des diagrammes et des motifs, des scènes et des figures. Nous avons besoin de ces nouvelles représentations pour imaginer autrement, et ainsi changer notre rôle sur la planète : la façon dont on conçoit la vie est la façon dont on la réalise.

Pour ce faire, des auteurs engagés dans la lutte de l’urgence climatique tels que les anthropologues Philippe Descola et Eduardo Khon, et les philosophes des sciences Isabelle Stengers ou Donna J. Haraway, proposent de dépasser le binôme nature/culture (1) qui place « la nature » au service des humains et de leurs besoins, comme un « produit » auquel ils ne sont liés que comme consommateurs. En 2010, la « déclaration de diversité bio-culturelle » de l’Unesco a clairement affirmé l’interconnexion de la diversité biologique et culturelle (2).

Ainsi, dans les arts plastiques, des notions héritières de cette séparation comme le paysage, le jardin, le sentiment bucolique, le sublime, sont naturellement revus par les artistes. Le besoin de se nourrir de savoirs immersifs et connectés autres que notre humanisme issu d’une période impérialiste est manifesté par la reconnaissance de l’art indigène comme art contemporain, mais aussi par l’immersion dans les écosystèmes combinés de l’art et de l’environnement. Ces nouvelles perspectives formulent des conceptions multiples du corps, de la science, de la sexualité, du travail et du temps en parallèle aux systèmes de production ultra-capitalistes.

Ainsi, du rassemblement de données à des interventions sur des sites, le dessin prend le rôle d’interface pour proposer de nouvelles représentations du vivre ensemble. Ceci implique un dialogue avec des humains et des non-humains, pour citer Donna J. Haraway, à qui nous empruntons le sous-titre « enfants du compost » désignant une ère future de vie régénérée par de nouvelles conceptions du vivant (3). C’est ce futur que Drawing Power – Children of Compost propose de construire sur les difficultés du présent.

Nous explorons le vivant dans la période de transition où nous vivons (avec des matériaux polluants sans lesquels il serait difficile de travailler). Nous nous engageons dans un futur déjà compromis, mais dont le destin est à faire si nous employons de nouvelles représentations pour interroger les conceptions défaillantes de nos cultures. Le dessin aide à édifier ces conceptions, dans sa capacité à schématiser des lois complexes, des frontières géopolitiques, à activer certains aspects des cultures ancestrales au même titre que la technologie moderne, à imaginer la temporalité de la création plutôt que de la « productivité », bref, de comprendre notre présence sur la planète comme compost – une présence génératrice plutôt qu’usurpatrice.

Léger, élémentaire, parfois langagier, le dessin apporte un territoire de réflexion et d’action unique. Les artistes invités à participer à cette exposition incarnent un spectre large de pratiques. Elles vont de l’activisme au travail éloigné des grandes métropoles, aux expériences performatives, socio-politiques ou politico-poétiques. Certains artistes, comme le duo Hipkiss se placent en marge de la vie urbaine et défendent une vue éco-féministe ; d’autres, comme Jaanika Peerna, engagent le public dans le devenir de l’oeuvre représentant des glaciers en fonte ; des artistes du peuple Kwoma en Nouvelle-Papouasie, Agatoak Kowspi et Kowspi Marek, ont emprunté les outils de dessin occidentaux pour dessiner leur cosmogonie jusqu’alors orale ; certains partent en reconnaissance de zones intenses de combats éco-sociaux comme Marcos Ávila Forero et Noémie Pérez ; tandis que d’autres contribuent à une sensibilisation en amont de préoccupations écologiques comme Emily Lazerwitz, qui a relu la Bible en iconoclaste, n’en gardant que les « sémantiques premiers », à savoir des mots élémentaires, comme de nouvelles semences.

Joana P. R. Neves, commissaire de l’exposition



1. Philippe Descola, Par delà nature et culture, Paris Folio Essais, Gallimard, 2015.

2. UNESCO, Linking Cultural and Biological Diversity: UNESC0-CBD joint programme, UNESCO, publié en 2010, [disponible en ligne] http://www.unesco.org/new/en/natural-sciences/special-themes/biodiversity/biodiversity-culture/unesco-cbd-joint-programme/ (consulté le 23/04/2021).

3. Donna J. Haraway, Staying with the Trouble, Making Kin in the Chthulucene, 2016, Duke University Press.