Partage


“Voyage sur la route du Kisokaidƍ” de Hiroshige à Kuniyoshi

au musée Cernuschi

du 16 octobre 2020 au 17 janvier 2021

musée Cernuschi

PODCAST - Interview de Manuela Moscatiello, responsable des collections japonaises du musĂ©e Cernuschi et commissaire de l'exposition, par Anne-FrĂ©dĂ©rique Fer, Ă  Paris, le 19 octobre 2020, durĂ©e 15’23. © FranceFineArt.

PODCAST –  Interview de Manuela Moscatiello, responsable des collections japonaises du musĂ©e Cernuschi et commissaire de l’exposition,

par Anne-FrĂ©dĂ©rique Fer, Ă  Paris, le 19 octobre 2020, durĂ©e 15’23, © FranceFineArt.


previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider

© Anne-FrĂ©dĂ©rique Fer, visite de l’exposition avec Manuela Moscatiello, le 19 octobre 2020.

Utagawa Kuniyoshi (1797–1861), Les Soixante-neuf Relais de la route du Kisokaidƍ. Relais n°70. ƌtsu : Koman, 1852, 7e mois. Xylogravure polychrome, format ƍban tate-e. Paris, musĂ©e Cernuschi, M.C. 4780.70. Legs Henri Cernuschi, 1896. © Paris MusĂ©es / MusĂ©e Cernuschi.
Utagawa Kuniyoshi (1797–1861), Les Soixante-neuf Relais de la route du Kisokaidƍ. Relais n°70. ƌtsu : Koman, 1852, 7e mois. Xylogravure polychrome, format ƍban tate-e. Paris, musĂ©e Cernuschi, M.C. 4780.70. Legs Henri Cernuschi, 1896. © Paris MusĂ©es / MusĂ©e Cernuschi.
Utagawa Kuniyoshi (1797–1861), Les Soixante-neuf Relais de la route du Kisokaidƍ, Relais n°62. Samegai : Kanai Tanigorƍ, 1852, 6e mois. Xylogravure polychrome, format ƍban tate-e. Paris, musĂ©e Cernuschi, M.C. 4780.62. Legs Henri Cernuschi, 1896. © Paris MusĂ©es / MusĂ©e Cernuschi.
Utagawa Kuniyoshi (1797–1861), Les Soixante-neuf Relais de la route du Kisokaidƍ, Relais n°62. Samegai : Kanai Tanigorƍ, 1852, 6e mois. Xylogravure polychrome, format ƍban tate-e. Paris, musĂ©e Cernuschi, M.C. 4780.62. Legs Henri Cernuschi, 1896. © Paris MusĂ©es / MusĂ©e Cernuschi.
Utagawa Kuniyoshi (1797–1861) ; Les Soixante-neuf Relais de la route du Kisokaidƍ, Relais n°51. Fushimi : Tokiwa Gozen, 1853, 2e mois. Xylogravure polychrome, format ƍban tate-e. Paris, musĂ©e Cernuschi, M.C. 4780.51. Legs Henri Cernuschi, 1896. © Paris MusĂ©es / MusĂ©e Cernuschi.
Utagawa Kuniyoshi (1797–1861) ; Les Soixante-neuf Relais de la route du Kisokaidƍ, Relais n°51. Fushimi : Tokiwa Gozen, 1853, 2e mois. Xylogravure polychrome, format ƍban tate-e. Paris, musĂ©e Cernuschi, M.C. 4780.51. Legs Henri Cernuschi, 1896. © Paris MusĂ©es / MusĂ©e Cernuschi.
Utagawa Kuniyoshi (1797–1861), Les Soixante-neuf Relais de la route du Kisokaidƍ, Relais n°40. Suhara : Narihira et Dame Nijƍ, 1852, 7e mois. Xylogravure polychrome, format ƍban tate-e. Paris, musĂ©e Cernuschi, M.C. 4780.40. Legs Henri Cernuschi, 1896. © Paris MusĂ©es / MusĂ©e Cernuschi.
Utagawa Kuniyoshi (1797–1861), Les Soixante-neuf Relais de la route du Kisokaidƍ, Relais n°40. Suhara : Narihira et Dame Nijƍ, 1852, 7e mois. Xylogravure polychrome, format ƍban tate-e. Paris, musĂ©e Cernuschi, M.C. 4780.40. Legs Henri Cernuschi, 1896. © Paris MusĂ©es / MusĂ©e Cernuschi.
Utagawa Kuniyoshi (1797–1861), Les Soixante-neuf Relais de la route du Kisokaidƍ, Relais n°11. Honjƍ : Shirai Gonpachi, 1852, 5e mois. Xylogravure polychrome, format ƍban tate-e. Paris, musĂ©e Cernuschi, M.C. 4780.11. Legs Henri Cernuschi, 1896. © Paris MusĂ©es / MusĂ©e Cernuschi.
Utagawa Kuniyoshi (1797–1861), Les Soixante-neuf Relais de la route du Kisokaidƍ, Relais n°11. Honjƍ : Shirai Gonpachi, 1852, 5e mois. Xylogravure polychrome, format ƍban tate-e. Paris, musĂ©e Cernuschi, M.C. 4780.11. Legs Henri Cernuschi, 1896. © Paris MusĂ©es / MusĂ©e Cernuschi.
Utagawa Kuniyoshi (1797–1861), Les Soixante-neuf Relais de la route du Kisokaidƍ, Relais n°4. Urawa : le poissonnier Danshichi, 1852, 5e mois. Xylogravure polychrome, format ƍban tate-e. Paris, musĂ©e Cernuschi, M.C. 4780.04. Legs Henri Cernuschi, 1896. © Paris MusĂ©es / MusĂ©e Cernuschi.
Utagawa Kuniyoshi (1797–1861), Les Soixante-neuf Relais de la route du Kisokaidƍ, Relais n°4. Urawa : le poissonnier Danshichi, 1852, 5e mois. Xylogravure polychrome, format ƍban tate-e. Paris, musĂ©e Cernuschi, M.C. 4780.04. Legs Henri Cernuschi, 1896. © Paris MusĂ©es / MusĂ©e Cernuschi.

Extrait du communiquĂ© de presse :


commissaire : Manuela Moscatiello, responsable des collections japonaises du musĂ©e Cernuschi



Voyage sur la route du Kisokaidƍ. De Hiroshige Ă  Kuniyoshi est la premiĂšre exposition proposĂ©e par le musĂ©e Cernuschi aprĂšs sa rĂ©ouverture Ă  l’issue d’un chantier de rĂ©novation de 9 mois. Elle rassemblera, Ă  partir du 16 octobre, un ensemble inĂ©dit de prĂšs de cent cinquante estampes japonaises, dont certaines seront dĂ©voilĂ©es pour la premiĂšre fois au public. À travers un parcours rythmĂ© par les diffĂ©rents relais de la route du Kisokaidƍ, un choix d’objets remarquables fera Ă©cho aux gravures exposĂ©es : armure, boĂźtes Ă  calligraphie, katana, selle de bataille ou encore nĂ©cessaires Ă  pique-nique seront prĂ©sentĂ©s.

L’exposition permettra de parcourir en images l’une des routes les plus spectaculaires du Japon : le Kisokaidƍ, qui Ă©tait une des cinq voies du rĂ©seau routier crĂ©Ă© au Japon durant l’époque Tokugawa (1603-1868). Elle reliait Edo (actuelle Tƍkyƍ), oĂč le shogun avait sa rĂ©sidence, Ă  Kyƍto, siĂšge de l’empereur. Contrairement Ă  la route du Tƍkaidƍ, qui rejoignait l’ancienne capitale en cinquante-trois relais le long de la cĂŽte, le Kisokaidƍ, jalonnĂ© de soixante-neuf Ă©tapes, traversait l’intĂ©rieur montagneux. Il suivait un itinĂ©raire plus long, parfois plus pittoresque et ardu en raison de la prĂ©sence de neuf cols escarpĂ©s.

Entre 1835 et 1838 le Kisokaidƍ fit l’objet d’une sĂ©rie d’estampes rĂ©alisĂ©es par Eisen (1790-1848) et Hiroshige (1797-1858), dont le succĂšs fut considĂ©rable. Deux autres sĂ©ries virent le jour sous le pinceau de Kunisada (1786-1865) et de Kuniyoshi (1797-1861).

La sĂ©rie d’Eisen et Hiroshige, ainsi que celle de Kuniyoshi, constituent les deux grandes parties du parcours de l’exposition.


Un parcours en deux temps autour du thĂšme du voyage

Deux sĂ©ries complĂštes du Kisokaidƍ sont prĂ©sentĂ©es dans l’exposition : la premiĂšre signĂ©e par Eisen et Hiroshige, provenant de la collection Georges Leskowicz, est considĂ©rĂ©e comme l’une des plus belles au monde pour la qualitĂ© du tirage. La seconde sĂ©rie rĂ©alisĂ©e par Kuniyoshi, appartenant Ă  l’ancienne collection de Henri Cernuschi (1821-1896), est dĂ©voilĂ©e au public pour la premiĂšre fois.



Premiùre partie : Le Kisokaidƍ d’Eisen (1790-1848) et Hiroshige (1797-1858)

Keisai Eisen (1790-1848) et Utagawa Hiroshige (1797-1858) sont deux figures incontournables de l’art japonais, particuliĂšrement renommĂ©s pour leurs estampes gravĂ©es sur bois de l’ukiyo-e (littĂ©ralement « images du monde flottant »). Eisen commença Ă  rĂ©aliser la sĂ©rie des Soixante-neuf Relais de la route du Kisokaidƍ, qui fut achevĂ©e par son contemporain Hiroshige.

Hommage Ă  la beautĂ© et Ă  la quiĂ©tude des paysages montagneux de l’intĂ©rieur du Japon, la sĂ©rie relĂšve plus prĂ©cisĂ©ment du genre meisho-e, vouĂ© Ă  la reprĂ©sentation des plus cĂ©lĂšbres vues du pays.

Elle comporte vingt-quatre estampes d’Eisen (1790-1848), dont les Ă©tapes sont choisies sans souci de cohĂ©rence topographique, et quarante-sept signĂ©es par Hiroshige (1797-1858), qui a voyagĂ© sur la route en faisant des croquis, aujourd’hui conservĂ©s au British Museum, Ă  Londres.

EnthousiasmĂ©s par l’immense succĂšs de la sĂ©rie consacrĂ©e aux Cinquante-trois Relais de la route du Tƍkaidƍ publiĂ©e vers 1833-1834, Hiroshige et l’éditeur Takenouchi Magohachi envisagent de renouveler leur collaboration autour d’un autre chemin cĂ©lĂšbre, le Kisokaidƍ.

Cependant pour des raisons inconnues, c’est Ă  Eisen, fin observateur de la nature et des activitĂ©s humaines, que Takenouchi confie les premiers dessins parus Ă  partir de 1835, sur lesquels figurent des titres diffĂ©rents.

Hiroshige, artiste sensible au spectacle Ă©phĂ©mĂšre de la nature, dont il saisit les moindres variations, prend le relais en renommant ses compositions. Il complĂšte la sĂ©rie sous la direction d’un autre Ă©diteur, Iseya Rihei, qui achĂšve le projet en publiant les deux derniers tiers des estampes.

La sĂ©rie du Kisokaidƍ prĂ©sentĂ©e ici provient de la collection Georges Leskowicz. Comprenant les premiers tirages de la premiĂšre Ă©dition, elle est considĂ©rĂ©e comme l’une des plus belles au monde, en raison de la qualitĂ© de l’impression et de la fraĂźcheur des couleurs.

Le parcours est enrichi d’outils de mĂ©diation et de dispositifs numĂ©riques pour permettre aux visiteurs d’apprĂ©hender l’art de la gravure et offrir une vĂ©ritable immersion au coeur du Kisokaidƍ.

Une carte murale dĂ©taillant toutes les Ă©tapes de la route accueille les visiteurs, et reprĂ©sente Ă©galement la route du Tƍkaidƍ, donnant un aperçu de ces deux grands itinĂ©raires traversant le Japon.

Une premiĂšre vidĂ©o dans l’espace d’introduction dĂ©voile une sĂ©rie d’images autour d’une sĂ©lection de 8 relais. Des photographies de l’ùre Meiji (1868-1912) et contemporaines sont mises en parallĂšle, illustrant l’évolution des paysages de la route d’hier Ă  aujourd’hui.

Les visiteurs sont ensuite invitĂ©s Ă  dĂ©couvrir le processus de fabrication d’une estampe Ă  travers l’oeuvre d’Hiroshige en visionnant une deuxiĂšme vidĂ©o, diffusĂ©e dans la grande galerie du parcours.



Deuxiùme partie : Le Kisokaidƍ de Kuniyoshi (1797-1861)

Utagawa Kuniyoshi (1797-1861) est l’un des maĂźtres japonais les plus singuliers de l’ukiyo-e. Il reprit le mĂȘme thĂšme que ses prĂ©dĂ©cesseurs, sous un angle diffĂ©rent, souvent teintĂ© d’humour. Dans ses crĂ©ations, l’artiste aborde ainsi le sujet de maniĂšre personnelle en s’inspirant de la littĂ©rature classique, du thĂ©Ăątre des marionnettes, du kabuki et du nƍ, ainsi que des lĂ©gendes du folklore japonais : fantĂŽmes, esprits, samouraĂŻs, courtisanes
 Il Ă©voque des Ă©pisodes littĂ©raires ou historiques trĂšs populaires Ă  l’époque d’Edo (1603-1868), comme La Chronique des huit chiens de Satomi du cĂ©lĂšbre Ă©crivain Kyokutei Bakin (1767-1848), paru en 106 volumes de 1814 Ă  1842.

Artiste de l’école Utagawa et condisciple de Kunisada (1786-1865), dont il est le plus grand rival, Kuniyoshi (1797-1861) est douĂ© d’une imagination si dĂ©bordante qu’il aurait livrĂ© jusqu’à trois dessins par jour, souvent avec l’aide de ses Ă©lĂšves.

La sĂ©rie qu’il consacre Ă  la route du Kisokaidƍ comporte soixante-douze estampes : deux pour les villes de dĂ©part et d’arrivĂ©e, soixante-neuf pour les relais et une page listant les Ă©tapes. Elle est le fruit de la collaboration de diverses Ă©quipes d’artisans, supportĂ©es par douze Ă©diteurs diffĂ©rents, qui ont investi dans cet ambitieux projet.

Pour ses crĂ©ations, Kuniyoshi utilise le mĂȘme procĂ©dĂ© humoristique que Kunisada, consistant Ă  Ă©tablir un parallĂšle entre le paysage et un sujet sans aucun rapport, en apparence. S’inspirant d’épisodes littĂ©raires ou historiques trĂšs populaires Ă  l’époque d’Edo, les scĂšnes reprĂ©sentĂ©es ont rarement un lien direct avec les relais auxquels elles sont associĂ©es. TrĂšs souvent, le rapprochement est fait par des jeux de mots.

Les Ă©lĂ©ments de paysage figurant dans les encadrĂ©s en haut Ă  gauche, dont la forme varie en fonction de l’histoire Ă©voquĂ©e, sont probablement des inventions de l’artiste. Il a pu Ă©galement se servir d’une rĂ©fĂ©rence iconographique, tel un livre illustrĂ© sur le Kisokaidƍ.

Provenant de l’ancienne collection de Henri Cernuschi, ces estampes rĂ©unies dans deux albums ont fait l’objet d’une restauration rĂ©cente. Elles sont prĂ©sentĂ©es au public pour la premiĂšre fois.

Les deux parties de l’exposition proposent ainsi une vision panoramique de toute la richesse iconographique d’un mĂȘme sujet, dont les oeuvres ont Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©es sur une pĂ©riode courte, une vingtaine d’annĂ©es seulement.



L’exposition est accompagnĂ©e d’un catalogue Éditions Paris MusĂ©es Voyage sur la route du Kisokaidƍ. De Hiroshige Ă  Kuniyoshi sous la direction de Manuela Moscatiello.

Utagawa Hiroshige (1797–1858), Les Soixante-neuf Relais de la route du Kisokaidƍ, Relais n°27. Ashida, 1835-1838. Xylogravure polychrome, format ƍban yoko-e. © Fundacja Jerzego Leskowicza.
Utagawa Hiroshige (1797–1858), Les Soixante-neuf Relais de la route du Kisokaidƍ, Relais n°32. Seba, 1835-1838. Xylogravure polychrome, format ƍban yoko-e. © Fundacja Jerzego Leskowicza
Utagawa Hiroshige (1797–1858), Les Soixante-neuf Relais de la route du Kisokaidƍ, Relais n°29. Wada, 1835-1838. Xylogravure polychrome, format ƍban yoko-e. © Fundacja Jerzego Leskowicza.
Utagawa Hiroshige (1797–1858), Les Soixante-neuf Relais de la route du Kisokaidƍ, Relais n°29. Wada, 1835-1838. Xylogravure polychrome, format ƍban yoko-e. © Fundacja Jerzego Leskowicza.
Utagawa Hiroshige (1797–1858), Les Soixante-neuf Relais de la route du Kisokaidƍ, Relais n°32. Seba, 1835-1838. Xylogravure polychrome, format ƍban yoko-e. © Fundacja Jerzego Leskowicza
Keisai Eisen (1790–1848), Les Relais de la route du Kisoji, Relais n°41. Nojiri : vue du pont de la riviĂšre Inagawa, 1835-1838. Xylogravure polychrome, format ƍban yoko-e. © Fundacja Jerzego Leskowicza.
Utagawa Hiroshige (1797–1858), Les Soixante-neuf Relais de la route du Kisokaidƍ, Relais n°16. Annaka, 1835-1838. Xylogravure polychrome, format ƍban yoko-e. © Fundacja Jerzego Leskowicza.
Utagawa Hiroshige (1797–1858), Les Soixante-neuf Relais de la route du Kisokaidƍ, Relais n°16. Annaka, 1835-1838. Xylogravure polychrome, format ƍban yoko-e. © Fundacja Jerzego Leskowicza.
Keisai Eisen (1790–1848), Les Relais de la route du Kisoji, Relais n°41. Nojiri : vue du pont de la riviĂšre Inagawa, 1835-1838. Xylogravure polychrome, format ƍban yoko-e. © Fundacja Jerzego Leskowicza.
Utagawa Hiroshige (1797–1858), Les Soixante-neuf Relais de la route du Kisokaidƍ, Relais n°27. Ashida, 1835-1838. Xylogravure polychrome, format ƍban yoko-e. © Fundacja Jerzego Leskowicza
Non signĂ© [Keisai Eisen, 1790–1848], Les Soixante-neuf Relais de la route du Kisokaidƍ, Relais n°18. Sakamoto, 1835-1838. Xylogravure polychrome, format ƍban yoko-e. © Fundacja Jerzego Leskowicza.
Keisai Eisen, (1790–1848) Non signĂ©, Les Soixante-neuf Relais de la route du Kisokaidƍ, Relais n°18. Sakamoto, 1835-1838. Xylogravure polychrome, format ƍban yoko-e. © Fundacja Jerzego Leskowicza.