Partage

“Jacqueline de Jong”

Entretien avec Gallien DĂ©jean

Manuella Éditions en co-édition avec AWARE, Archives of Women Artists Research and Exhibitions

Manuella Éditions
AWARE

PODCAST -  Interview de Gallien Déjean, par Anne-Frédérique Fer, enregistrement réalisé par téléphone, entre Paris et Paris, le 26 novembre 2020, durée 45’45. © FranceFineArt.

PODCAST –  Interview de Gallien DĂ©jean,

par Anne-Frédérique Fer, enregistrement réalisé par téléphone, entre Paris et Paris, le 26 novembre 2020, durée 45’45. © FranceFineArt.


Couverture Jacqueline de Jong Entretien avec Gallien Déjean, Manuella Éditions en co-édition avec AWARE, Archives of Women Artists Research and Exhibitions.
Couverture Jacqueline de Jong Entretien avec Gallien Déjean, Manuella Éditions en co-édition avec AWARE, Archives of Women Artists Research and Exhibitions.
Internationale situationniste, IVe conférence de Londres. De gauche à droite : Attila Kotányi, Hans-Peter Zimmer, Heimrad Prem, Jørgen Nash, et derrière lui : Maurice Wyckaert, Asger Jorn, Guy Debord, Helmut Sturm et Jacqueline de Jong, septembre 1960. Crédit : Fonds Guy Debord, photo : Bibliothèque nationale de France, 2020.
Internationale situationniste, IVe conférence de Londres. De gauche à droite : Attila Kotányi, Hans-Peter Zimmer, Heimrad Prem, Jørgen Nash, et derrière lui : Maurice Wyckaert, Asger Jorn, Guy Debord, Helmut Sturm et Jacqueline de Jong, septembre 1960. Crédit : Fonds Guy Debord, photo : Bibliothèque nationale de France, 2020.
Jacqueline de Jong, Après la pluie, 1963, huile sur toile,  164 × 194 cm. Crédit : Städtische Galerie im Lenbachhaus und Kunstbau München.
Jacqueline de Jong, Après la pluie, 1963, huile sur toile, 164 × 194 cm. Crédit : Städtische Galerie im Lenbachhaus und Kunstbau München.

Extrait du communiqué de presse

Cet entretien est Ă©ditĂ© Ă  l’occasion du prix d’honneur Aware qui a Ă©tĂ© remis Ă  Jacqueline de Jong en 2019. RĂ©alisĂ© la mĂŞme annĂ©e, il permet de revenir sur les contextes de crĂ©ation de ses Ĺ“uvres, son appartenance Ă  l’Internationale Situationniste, son rĂ´le d’Ă©ditrice du Situationist Times et sa participation aux Ă©vĂ©nements de Mai 68, jusqu’Ă  ses plus rĂ©cents travaux — peintures, collages, livres ou bijoux. Membre de l’IS, proche du groupe SPUR et du mouvement CoBra, Jacqueline de Jong s’affranchit peu Ă  peu de ces influences et dĂ©veloppe un style personnel, une peinture topologique. Son Ĺ“uvre mĂŞle Ă©rotisme, violence et humour, confond souvent l’homme et l’animal, et joue avec les limites de l’humanitĂ©. Elle peut Ă©voquer la banalitĂ© et la brutalitĂ© d’une scène de billard, la noirceur de l’histoire, ou la joyeusetĂ© du jardin. Jacqueline de Jong a traversĂ© avec libertĂ©, dĂ©sobĂ©issance et engagement l’avant-garde des annĂ©es 1960 comme le retour Ă  la peinture des annĂ©es 1980.




Introduction par AWARE

« Je n’étais pas une grande philosophe quand je faisais de la peinture. J’étais plutôt terre à terre (sauf quand je partais dans le cosmos…). Ce prosaïsme s’incarne dans cette forme de violence que l’on retrouve aux différentes étapes de ma peinture, jusque dans les séries plus récentes autour de la guerre. »

Le 6 novembre 2020 parait en librairie le deuxième ouvrage de la collection Prix d’honneur AWARE consacré à Jacqueline de Jong, lauréate du prix d’honneur en 2019, en parallèle de son exposition Same Players Shoot Again : Jacqueline de Jong et The Situationist Times qui se tient au Treize à Paris. Cette discussion est menée par Gallien Déjean, critique d’art et commissaire d’exp­sition indépendant.

La collection d’entretiens est lancée en parten­riat avec Manuella Éditions pour l’ensemble des artistes lauréates du prix d’honneur depuis sa création, avec l’objectif de leur donner une visibilité et faire entendre leur parole. Ces entretiens viennent ainsi couronner leur carrière.

En novembre 2019 est paru le premier ouvrage de la collec­tion consacré à Nil Yalter. S’ensui­vront les ouvrages dédiés à Judit Reigl (lauréate 2017), Vera Molnár (lauréate ex-aequo en 2018), Marie Orensanz (lauréate 2020) et Esther Ferrer (lauréate du prix Marie Claire-AWARE en 2016).£
https://awarewomenartists.com/prix_aware/

ActualitĂ© de Jacqueline de Jong : 
Exposition Same players shoot again : Jacqueline de Jong et The Situationist Times 
chez Treize au 24 rue Moret 75011 Paris, du 12 dĂ©cembre 2020 au 16 janvier 2021 https://www.treize.site/

Jacqueline de Jong, Le jour des montagnes Philosophiques, 1984, huile sur toile, 200 × 299,8 cm. Crédit : courtesy de Dürst Britt & Mayhew, La Haye.
Jacqueline de Jong, Le jour des montagnes Philosophiques, 1984, huile sur toile, 200 × 299,8 cm. Crédit : courtesy de Dürst Britt & Mayhew, La Haye.
Jacqueline de Jong, Magenta Love Detourned, série Potato Blues, 2017, impression numérique et oil sticks sur papier, 90 × 62 cm. Crédit : courtesy de onestar press / Three Star Books, Paris.
Jacqueline de Jong, Magenta Love Detourned, série Potato Blues, 2017, impression numérique et oil sticks sur papier, 90 × 62 cm. Crédit : courtesy de onestar press / Three Star Books, Paris.
Jacqueline de Jong, RÉFORME/ LA SOCIÉTÉ/ OUVRIERS/ÉTUDIANTS/ Participez Mouvement/soutien, 1968, affiche sérigraphiée, 35 × 60,5 cm. Crédit : musée Carnavalet.
Jacqueline de Jong, RÉFORME/ LA SOCIÉTÉ/ OUVRIERS/ÉTUDIANTS/ Participez Mouvement/soutien, 1968, affiche sérigraphiée, 35 × 60,5 cm. Crédit : musée Carnavalet.
Jacqueline de Jong, Le jour des montagnes Philosophiques, 1984, huile sur toile, 200 × 299,8 cm. Crédit : courtesy de Dürst Britt & Mayhew, La Haye.
Jacqueline de Jong, Le jour des montagnes Philosophiques, 1984, huile sur toile, 200 × 299,8 cm. Crédit : courtesy de Dürst Britt & Mayhew, La Haye.
Jacqueline de Jong, 31 maart 1981, série Série noire, 1981, huile sur toile, 120 × 90 cm. Crédit : courtesy de Dürst Britt & Mayhew, La Haye.
Jacqueline de Jong, 31 maart 1981, série Série noire, 1981, huile sur toile, 120 × 90 cm. Crédit : courtesy de Dürst Britt & Mayhew, La Haye.
Jacqueline de Jong dans son appartement rue de Charonne, Paris, 1963. Crédit : courtesy de l’artiste
Jacqueline de Jong dans son appartement rue de Charonne, Paris, 1963. Crédit : courtesy de l’artiste
Jacqueline de Jong, Autoportrait, 1962, encre de Chine sur papier, 43,5 × 28 cm. Crédit : courtesy de Dürst Britt & Mayhew, La Haye.
Jacqueline de Jong, Autoportrait, 1962, encre de Chine sur papier, 43,5 × 28 cm. Crédit : courtesy de Dürst Britt & Mayhew, La Haye.