Partage


“FLORE” L’odeur de la nuit était celle du jasmin

Lauréate 2018 Prix de Photographie Marc Ladreit de Lacharrière en partenariat avec l’Académie des beaux-arts

au Pavillon Comtesse de Caen, Palais de l’Institut de France, Paris

du 28 octobre au 29 novembre 2020

Académie des beaux-arts
FLORE

PODCAST - Interview de FLORE, par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 29 octobre 2020, durée 30’51. © FranceFineArt.

PODCAST –  Interview de FLORE,

par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 29 octobre 2020, durée 30’51, © FranceFineArt.


previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider

© Anne-FrĂ©dĂ©rique Fer, visite de l’exposition avec FLORE, le 29 octobre 2020.

Couverture L’odeur de la nuit était celle du jasmin de FLORE aux éditions Maison CF. . © FLORE, courtesy Galerie Clémentine de la Féronnière.
Couverture L’odeur de la nuit était celle du jasmin de FLORE aux éditions Maison CF. . © FLORE, courtesy Galerie Clémentine de la Féronnière.
FLORE, L’odeur de la nuit était celle du jasmin. © FLORE, courtesy Galerie Clémentine de la Féronnière.
FLORE, L’odeur de la nuit était celle du jasmin. © FLORE, courtesy Galerie Clémentine de la Féronnière.
FLORE, L’odeur de la nuit était celle du jasmin. © FLORE, courtesy Galerie Clémentine de la Féronnière.
FLORE, L’odeur de la nuit était celle du jasmin. © FLORE, courtesy Galerie Clémentine de la Féronnière.
FLORE, L’odeur de la nuit était celle du jasmin. © FLORE, courtesy Galerie Clémentine de la Féronnière.
FLORE, L’odeur de la nuit était celle du jasmin. © FLORE, courtesy Galerie Clémentine de la Féronnière.
FLORE, L’odeur de la nuit était celle du jasmin. © FLORE, courtesy Galerie Clémentine de la Féronnière.
FLORE, L’odeur de la nuit était celle du jasmin. © FLORE, courtesy Galerie Clémentine de la Féronnière.

Extrait du communiquĂ© de presse :


commissaire de l’exposition : Sylvie Hugues



PrĂ©sentation de l’exposition 

L’Académie des beaux-arts accueille du 28 octobre au 29 novembre 2020 l’exposition L’odeur de la nuit était celle du jasmin de FLORE, lauréate du Prix de Photographie Marc Ladreit de Lacharrière en partenariat avec l’Académie des beaux-arts en 2018.

Indochine, mousson, moiteur, beautĂ© du MĂ©kong et dangers de la nuit… les rĂ©cits des grands-parents de l’artiste photographe FLORE, ayant vĂ©cu Ă  la mĂŞme Ă©poque et sur les mĂŞmes lieux que Marguerite Duras, ont baignĂ© son enfance d’insondables mystères qui nourrissent aujourd’hui un imaginaire commun entre elle et l’écrivaine. 

Après Lointains souvenirs, sa première série autour de l’adolescence de Marguerite Duras, FLORE continue à « inventer photographiquement » une Indochine mythifiée. Elle propose ici un voyage dans le temps et agrandit le monde d’espaces insoupçonnés, en saisissant quelque chose qui n’a pas nécessairement existé mais dont on accepte le postulat, cette vie qui aurait été vécue il y a presque 100 ans et que Marguerite Duras raconte dans ses livres. 

Cette exposition sera constituée d’une cinquantaine de tirages argentiquesréalisés par l’artiste en chambre noire, teintés au thé et cirés, ainsi que d’héliogravures, de tirages pigmentaires couleur sur papier japonais et de pièces uniques sur feuille d’or.




L’odeur de la nuit était celle du jasminExtraits du texte d’Héloïse Conésa* pour le hors-série de la Revue des Deux Mondes consacré au travail de FLORE, publié en octobre 2020.

C’est un retour au pays natal de Duras, l’Indochine française, c’est aussi Ă  travers l’omniprĂ©sence du MĂ©kong une image hĂ©raclitĂ©enne du temps qui s’écoule sans retour. Une fois le dĂ©cor posĂ©, celui d’un Ă©den que la modernitĂ© n’est pas parvenue Ă  altĂ©rer, apparaĂ®t l’image d’une robe. Elle n’est pas verte comme dans le rĂ©cit durassien mais prĂ©sente des motifs de branches de cerisiers en fleurs, des rinceaux ondoyant sur l’étoffe, enchevĂŞtrĂ©s comme les vaisseaux palpitants du corps qui l’a dĂ©sertĂ©e. (…)


Les images de l’artiste-photographe FLORE, comme les Ă©crits de Duras, contiennent cette mĂ©lancolie immĂ©diate de ce qui est vĂ©cu et la tentative de le garder lĂ , inscrit dans le texte ou Ă  la surface d’une photographie. Face Ă  ces paysages immĂ©moriels des bords du MĂ©kong, le prĂ©sent et le passĂ© se superposent sans se confondre dans une communautĂ© de sensation avec l’écrivaine oĂą le noir des photos se fait gardien de secrets. Avec ce travail sur les traces de l’auteure de L’Amant, d’une jeunesse indochinoise que les grands-parents de la photographe avaient en partage et qu’évoquaient les Lointains souvenirs, FLORE ne pratique pas une remĂ©moration biographique mais rĂ©intègre fugitivement toutes les formes d’être de la jeune Duras. (…)

L’ensemble de ce récit photographique est porté par des images aux contours embués qui rappelle la moiteur des rives. L’atmosphère vibrante qui s’en dégage pousse la photographe à « charbonner » le noir et à émousser le piqué de l’image par le choix d’un tirage argentique dense. La couleur apparaît parfois qui convoque la granulation picturale des premiers autochromes et s’affirme comme une tentative d’associer davantage de sens encore et de temporalités. Sous l’objectif de FLORE, les paysages glissent dans un mouvement ample et doux à la rencontre de silhouettes, de buffles, de jonques et d’arbres qui scandent son voyage afin de saisir le « substantialisme féminin de l’eau » cher à Bachelard et la tonalité de ce monde évanoui.

* Héloïse Conésa est conservatrice du patrimoine, chargée de la collection de photographie contemporaine à la Bibliothèque nationale de France.


Le Livre – FLORE L’odeur de la nuit Ă©tait celle du jasmin aux Ă©ditions Maison CF 
https://www.maisoncf.fr/produit/florenuit/

Photographies de FLORE / Écrits de Marguerite Duras

L’odeur de la nuit était celle du jasmin s’inscrit dans la continuité du livre de FLORE, Lointains souvenirs (Éditions Contrejour, 2016) qui proposait une variation autour de la jeunesse indochinoise de Marguerite Duras. Dans ce nouvel opus, elle puise dans ses souvenirs d’enfance, dans les récits de ses grands-parents qui ont vécu à la même période et aux mêmes endroits que Marguerite Duras d’insondables mystères nourrissant ce qu’elle ressent aujourd’hui comme une part d’imaginaire commun entre elle et l’écrivaine. Elle continue ainsi à « inventer photographiquement » une Indochine presque mythique. De courts extraits de textes de Marguerite Duras forment un contrepoint aux photographies en noir et blanc virés au thé. Par ces procédés techniques, l’artiste façonne tout autant qu’elle restitue le monde déployé sous ses yeux pour en extraire des images qui se confrontent à la fragilité des souvenirs et à la capacité de la photographie de créer de la vérité plus vraie qu’une réalité.

FLORE, L’odeur de la nuit était celle du jasmin. © FLORE, courtesy Galerie Clémentine de la Féronnière.
FLORE, L’odeur de la nuit était celle du jasmin. © FLORE, courtesy Galerie Clémentine de la Féronnière.
FLORE, L’odeur de la nuit était celle du jasmin. © FLORE, courtesy Galerie Clémentine de la Féronnière.
FLORE, L’odeur de la nuit était celle du jasmin. © FLORE, courtesy Galerie Clémentine de la Féronnière.
FLORE, L’odeur de la nuit était celle du jasmin. © FLORE, courtesy Galerie Clémentine de la Féronnière.
FLORE, L’odeur de la nuit était celle du jasmin. © FLORE, courtesy Galerie Clémentine de la Féronnière.
FLORE, L’odeur de la nuit était celle du jasmin. © FLORE, courtesy Galerie Clémentine de la Féronnière.
FLORE, L’odeur de la nuit était celle du jasmin. © FLORE, courtesy Galerie Clémentine de la Féronnière.