Partage


“Laurence AĂ«gerter” Ici mieux qu’en face

au Petit Palais, Paris

du 6 octobre 2020 au 17 janvier 2021 (prolongĂ©e jusqu’au 9 mai 2021)

Petit Palais

PODCAST - Interview de Laurence AĂ«gerter, par Anne-FrĂ©dĂ©rique Fer, Ă  Paris, le 2 octobre 2020, durĂ©e 15’48. © FranceFineArt.

PODCAST –  Interview de Laurence AĂ«gerter,

par Anne-FrĂ©dĂ©rique Fer, Ă  Paris, le 2 octobre 2020, durĂ©e 15’48, © FranceFineArt.


previous arrow
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
30-DSC_2278
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
next arrow
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
30-DSC_2278
Laurence A‘gerter
Laurence A‘gerter
previous arrow
next arrow

© Anne-FrĂ©dĂ©rique Fer, prĂ©sentation de l’exposition par Laurence AĂ«gerter, le 2 octobre 2020.

Couverture du livre Ici mieux qu’en face de Laurence AĂ«gerter, sous la direction de Fannie Escoulen, publiĂ© aux Ă©ditions Actes Sud.
Couverture du livre Ici mieux qu’en face de Laurence AĂ«gerter, sous la direction de Fannie Escoulen, publiĂ© aux Ă©ditions Actes Sud.
Laurence Aëgerter, Photographic Treatment ©, PHT #187, 2016, Tirage ultrachrome sérigraphié au parfum de rose. © Laurence Aëgerter.
Laurence Aëgerter, Photographic Treatment ©, PHT #187, 2016, Tirage ultrachrome sérigraphié au parfum de rose. © Laurence Aëgerter.
Laurence Aëgerter, PDUT927-1811261337 (Van Ruysdael), 2019, de la série Compositions catalytiques, 2018-2020. Tirage ultrachrome, 41x46 cm. © Laurence Aëgerter.
Laurence AĂ«gerter, PDUT927-1811261337 (Van Ruysdael), 2019, de la sĂ©rie Compositions catalytiques, 2018-2020. Tirage ultrachrome, 41×46 cm. © Laurence AĂ«gerter.
Laurence Aëgerter, PPP2520-2006111757 (Heda), 2020, de la série Compositions catalytiques, 2018-2020. Tirage ultrachrome, 79x59 cm. © Laurence Aëgerter.
Laurence AĂ«gerter, PPP2520-2006111757 (Heda), 2020, de la sĂ©rie Compositions catalytiques, 2018-2020. Tirage ultrachrome, 79×59 cm. © Laurence AĂ«gerter.
Laurence Aëgerter, PPP2576-2006291711 (Both), 2020. Tirage ultrachrome, 93x130 cm. © Laurence Aëgerter.
Laurence AĂ«gerter, PPP2576-2006291711 (Both), 2020. Tirage ultrachrome, 93×130 cm. © Laurence AĂ«gerter.
Laurence AĂ«gerter, CathĂ©drale 1h34’ , de la sĂ©rie CathĂ©drales, 2014. Tirage archive pigmentaire sur papier FineArt Baryta. © Laurence AĂ«gerter.
Laurence AĂ«gerter, CathĂ©drale 1h34’ , de la sĂ©rie CathĂ©drales, 2014. Tirage archive pigmentaire sur papier FineArt Baryta. © Laurence AĂ«gerter.
Laurence Aëgerter, Soleils couchants sur la Seine à Lavacourt, 2020. Tapisserie jacquard en fils mixtes dont mohair et lurex, 260x165 cm. © Laurence Aëgerter.
Laurence AĂ«gerter, Soleils couchants sur la Seine Ă  Lavacourt, 2020. Tapisserie jacquard en fils mixtes dont mohair et lurex, 260×165 cm. © Laurence AĂ«gerter.

Extrait du communiquĂ© de presse :


commissariat :
Fannie Escoulen (commissaire invitée),
Christophe Leribault, Clara Roca (commissaires du Petit Palais)



Le Petit Palais invite cet automne Laurence AĂ«gerter Ă  intervenir au sein du musĂ©e et de ses collections pour sa premiĂšre exposition monographique Ă  Paris. Sa proposition reflĂšte l’insatiable curiositĂ© de l’artiste pour un lieu avec lequel elle a entretenu pendant plus de deux ans une correspondance visuelle, sensible et poĂ©tique. Le parcours est articulĂ© autour d’une cinquantaine d’oeuvres distillĂ©es dans les diffĂ©rents espaces du musĂ©e jusqu’au jardin, inventant des vis-Ă -vis troublants et stimulants avec les collections. TouchĂ©e par leur grĂące et leur fragilitĂ©, l’artiste vient prendre soin de ces objets pour leur offrir de nouvelles vies.



Artiste pluridisciplinaire jouant avec diffĂ©rents medium pour servir son imagination : photographies, tapisseries, cĂ©ramiques ou encore installations in situ, Laurence AĂ«gerter construit des histoires, entre illusion et rĂ©alitĂ©. Sur le principe du miroir ou du trompe-l’oeil, elle aime retourner les situations et ouvrir d’autres champs des possibles Ă  la reprĂ©sentation du monde. Dans ce voyage inattendu qu’elle propose au visiteur du Petit Palais, elle nous accompagne Ă  travers plusieurs siĂšcles d’histoire de l’art et offre une nouvelle lecture du musĂ©e, en y soufflant un vent de libertĂ©. 



Le parcours s’ouvre avec un miroir gravĂ© Ă  la main par l’artiste : « Ici mieux qu’en face », comme une mĂ©taphore du double et de l’évasion, thĂšmes chers Ă  l’artiste. Ce dĂ©sir d’échappatoire est Ă©galement invoquĂ© avec la piĂšce Confetti, 58 038 photographies contenues depuis 10 ans dans la mĂ©moire de son tĂ©lĂ©phone et rĂ©duites Ă  la taille d’un confetti, rĂ©activant ainsi ses souvenirs. L’exploration de la dualitĂ© trouve une rĂ©sonance toute particuliĂšre dans la salle impressionniste oĂč elle propose un dialogue avec l’un des chefs-d’oeuvre du musĂ©e, Soleil couchant sur la Seine Ă  Lavacourt de Claude Monet. Son interprĂ©tation en tapisserie, Soleils couchants sur la Seine Ă  Lavacourt reprend le motif du tableau. Ici le soleil se rĂ©pĂšte cinq fois, tel un ricochet qui Ă©tend le motif cher au maĂźtre impressionniste.



La permanence de la mĂ©moire, le chemin du temps et la prĂ©caritĂ© de nos existences ne cessent de l’habiter. Tout en dĂ©licatesse, dans la galerie des grands formats, elle pare plusieurs sculptures d’un « Schutzmantel » (manteau de protection) en rĂ©fĂ©rence au manteau de la Vierge de misĂ©ricorde protĂ©geant les humbles et les faibles. Plus loin dans le musĂ©e, elle s’empare d’autres peintures et prolonge sa sĂ©rie Compositions catalytiques , initiĂ©e avec un groupe de jeunes adultes souffrant de troubles psychotiques au sein d’une institution psychiatrique Ă  Utrecht aux Pays-Bas.



Sa poĂ©sie s’exprime pleinement lorsque dans la galerie Tuck du Petit Palais, elle fait pleurer une harpe du XVIIIe siĂšcle en la rĂ©parant de ses cordes manquantes, sur lesquelles s’accrochent des larmes de verre contenant de minuscules chiffres et lettres qui, composĂ©s ensemble, Ă©voquent des noms et des numĂ©ros de tĂ©lĂ©phone de personnes perdues et aimĂ©es. 



Dans ce voyage inattendu Ă  travers le Petit Palais, les photographies, sculptures et oeuvres textiles de Laurence AĂ«gerter nous donnent la preuve qu’il est possible de jouer avec les fantĂŽmes de notre passĂ© et de leur offrir de nouvelles destinĂ©es.






Le livre aux Ă©ditions Actes Sud :



Sur l’invitation du Petit Palais, l’artiste Laurence AĂ«gerter s’installera Ă  l’automne 2020 dans les collections permanentes du MusĂ©e des Beaux-Arts de Paris. Interventions in situ, oeuvres inĂ©dites et piĂšces existantes s’entretisseront avec les oeuvres des collections, suivant un fil rouge qui emmĂšnera le visiteur de surprises en magie. Cette actualitĂ© nous permet de rassembler et de mettre ainsi en rĂ©sonance, pour la premiĂšre fois au sein d’un livre monographique, plusieurs des sĂ©ries de Laurence AĂ«gerter.



C’est en rĂ©vĂ©lant l’envers du rĂ©el dans un geste de rĂ©appropriation, que Laurence AĂ«gerter, artiste plasticienne nĂ©e en 1972 Ă  Marseille, construit ses histoires. L’appropriation de cette matiĂšre protĂ©iforme – dictionnaires, livres d’histoire, images d’archives ou glanĂ©es sur internet, objets d’art, musĂ©es – agit sur son imagination et ouvre la voie Ă  nombre d’expĂ©riences : photographies, livres d’artistes, installations in situ, tapisseries, projets collaboratifs. L’autre, vĂ©ritable alter-Ă©go, joue un rĂŽle majeur dans l’élaboration de son Ɠuvre.



Le livre s’organise autour de trois grands thĂšmes qui traversent son oeuvre : le premier, l’élasticitĂ© du temps, introduit par LĂ©a Bismuth, puis l’envers des lieux – partie introduite par Taco Hidde Bakker, Ă©crivain et critique de photographie –, et enfin la rĂ©paration des existences – introduction de Susana Gallego Cuesta, Directrice du MusĂ©e des Beaux‐Arts de Nancy.