Partage


“Galeristes” 5e édition

au Carreau du Temple, Paris

du 22 au 25 octobre 2020

Galeristes

PODCAST - Interview de Stéphane Corréard, Fondateur et directeur,
par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 24 septembre 2020, durée 25’48. © FranceFineArt.

PODCAST –  Interview de StĂ©phane CorrĂ©ard, Fondateur et directeur,

par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 24 septembre 2020, durée 25’48, © FranceFineArt.


previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider

© Anne-Frédérique Fer, vernissage presse, le 22 octobre 2020.

Gérard Schlosser, Il faut que j'aille ouvrir la galerie, 1978. Acrylique sur toile sablée, 150x150cm. © 2020 Adagp. Atelier Arcay.
GĂ©rard Schlosser, Il faut que j’aille ouvrir la galerie, 1978. Acrylique sur toile sablĂ©e, 150x150cm. © 2020 Adagp. Atelier Arcay.
Mireille Blanc, Fleurs 1, 2017. Huile et spray sur toile, 60 x 44 cm. Courtesy & © artiste et Galeri. Galerie Anne-Sarah Bénichou.
Mireille Blanc, Fleurs 1, 2017. Huile et spray sur toile, 60 x 44 cm. Courtesy & © artiste et Galeri. Galerie Anne-Sarah Bénichou.
Judit Reigl, DĂ©roulement, 1976. Acrylique. Galerie de France le studiolo.
Judit Reigl, DĂ©roulement, 1976. Acrylique. Galerie de France le studiolo.
Marinette Cueco, gardoises ligaturées avec maïs. Galerie les petits carreaux.
Marinette Cueco, gardoises ligaturées avec maïs. Galerie les petits carreaux.
Geneviève Asse, Quadrille, 2009. Huile sur toile 116 x 73 cm. Galerie Oniris.
Geneviève Asse, Quadrille, 2009. Huile sur toile 116 x 73 cm. Galerie Oniris.
Mustapha Azeroual, Monade #20, 2020. Tirage multi-couches à la gomme bichromatée polychrome_78 x 58 cm. Galerie Binome.
Mustapha Azeroual, Monade #20, 2020. Tirage multi-couches à la gomme bichromatée polychrome_78 x 58 cm. Galerie Binome.
David Lefebvre, Mégalithe IV, 2019. Graphite et huile sur clayboard, 24 x 30 cm. Crédit David Lefèbvre. Galerie La Forest Divonne.
David Lefebvre, Mégalithe IV, 2019. Graphite et huile sur clayboard, 24 x 30 cm. Crédit David Lefèbvre. Galerie La Forest Divonne.
Robert Malaval, Une aventure de Boris the spider - taylor mead. Galerie Pauline Pavec.
Robert Malaval, Une aventure de Boris the spider – taylor mead. Galerie Pauline Pavec.
Arnaud Labelle Rojoux, L'amour toujours, Monsieur & Madame, 1979 Col. Loevenbruck.
Arnaud Labelle Rojoux, L’amour toujours, Monsieur & Madame, 1979 Col. Loevenbruck.
Maiko Kobayashi, Dance, 2019. Acrylique sur papier washi japonais monté sur panneau de bois, 60,5 x 50 cm. Pierre-Yves Caer.
Maiko Kobayashi, Dance, 2019. Acrylique sur papier washi japonais monté sur panneau de bois, 60,5 x 50 cm. Pierre-Yves Caer.

Extrait du communiquĂ© de presse :


l’équipe : 
Stéphane Corréard, Fondateur et directeur
Dahlia Sicsic, Coordinatrice générale



Éditorial

Galeristes n’a pas été imaginé en fonction de l’air du temps, mais pour répondre durablement au besoin naturel et permanent qu’ont galeries et amateurs de se rencontrer vraiment. Nous n’avons donc pas attendu les bouleversements induits par l’irruption du Coronavirus pour découvrir les vertus ou les qualités d’une scène locale, où abondent galeries, artistes, critiques, mais aussi collectionneurs, regardeurs, qui, avec l’ensemble des professionnels du monde de l’art, forment un écosystème exceptionnel. Elles sont au fondement même de notre engagement.

C’est pourquoi, en octobre, ne cherchez pas : nous serons là. Nous serons là, parce que les galeries, plus encore peut-être que d’habitude, ont besoin d’aller à la rencontre d’une clientèle et d’un public de proximité, qu’elles puissent fidéliser, afin que les relations nouées sur Galeristes se développent dans leur cadre propice, la galerie. Nous serons là, parce que les collectionneurs passionnés seront là aussi. Leur amour pour l’art et leur implication auprès de l’écosystème local demeurent intacts. Et c’est à Galeristes qu’ils les expriment avec le plus d’enthousiasme.

Stéphane Corréard




Zéro kilomètre

Pour cette cinquième édition, Galeristes imagine un salon « Zéro kilomètre », dont la nécessité est plus grande que jamais. S’affirmant aujourd’hui comme le salon de référence pour la scène française et francophone, Galeristes favorise une intensification des échanges locaux pour répondre aux défis du monde de demain. L’engagement de Stéphane Corréard pour une scène artistique de proximité ne date pas de la crise actuelle. L’édition 2020 sera donc encore et toujours « Made in France » et centrée vers la création hexagonale, précieuse non seulement aux yeux de l’équipe du salon, mais également, cruciale à soutenir dans notre contexte économique actuel. Galeristes 2020 se veut une fête de la scène française, diverse et accueillante, permettant de fédérer et d’animer une communauté de passionnés. La sélection rassemble des galeries émergentes ou établies, certaines situées à quelques minutes du Carreau du Temple à Paris, d’autres en île de France ou dans nos régions. Ces galeries ont un point commun : elles ont fait la preuve de leur capacité à tisser des liens forts et suivis avec le public français, et notamment Parisien. Ce sont ces liens avec des galeristes et collectionneurs de proximité qui permettront d’envisager de dépasser les difficultés d’aujourd’hui.



Zéro déchet

Dès sa première édition, Galeristes a confié la conception de sa scénographie à l’architecte Dominique Perrault sous la direction artistique de Gaëlle Lauriot-Prévost. Celle-ci a été conçue selon deux critères : la réalisation d’un parcours favorisant un échange direct entre visiteurs et exposants ; et la conception d’une scénographie responsable, réutilisable après chaque édition. Ainsi, l’agence a conçu une scénographie composée d’un ensemble de modules inspirés du design industriel. Tous ses éléments, des étagères métalliques aux luminaires en passant par le revêtement de sol, sont démontables et stockables, pour être remontés et réutilisés l’année suivante. L’aspect modulaire des éléments et leur solidité participent à cette volonté de durabilité souhaitée par le salon Galeristes, pour une scénographie responsable et « zéro déchet ». Sur le plateau de 1 800 m2 de la grande halle du Carreau du Temple, la scénographie se déploie à travers un ensemble de modules métalliques, dans un langage industriel contemporain. À l’opposé du « white cube » souvent rencontré dans les galeries et salons, l’installation scénographique se situe à mi-chemin entre le bureau et la réserve cherchant à favoriser une approche plus décomplexée des œuvres et un échange direct entre visiteurs et exposants. Inspirés des systèmes d’étagères métalliques industrielles, les modules disponibles sont au nombre de cinq et de mêmes dimensions : une largeur de 1,50 m, une hauteur de 3 m et une profondeur de 70 cm. Chaque module est une variation du même élément, selon l’usage souhaité : étagères, alcôve, réserve, bibliothèque ou mur de présentation.




Les valeurs de Galeristes


Convivialité

Appréhender l’univers d’un galeriste n’est pas aisé pour le visiteur. Fort de ce constat, Galeristes propose dans un cadre à échelle humaine, au Carreau du Temple, d’aller à la rencontre de nouvelles galeries et de renforcer leurs liens avec celles qu’ils connaissent déjà (ou croient bien connaître), afin de les inciter à poursuivre leurs relations dans leur cadre naturel, la galerie, là où les artistes s’expriment le mieux. À la place du « white cube », le visiteur de Galeristes déambule dans une scénographie surprenante signée Dominique Perrault Architecture. Les tiroirs et les racks à tableaux regorgent de surprises que l’amateur est invité à découvrir, en échangeant librement avec le galeriste. Mini-concerts, signatures d’ouvrages, performances, dégustations de vins : les galeristes organisent en toute liberté des événements autour de leurs centres d’intérêt, qu’ils partagent avec le public.


Diversité

Galeristes 2020 réunit vingt-cinq galeries francophones, émergentes ou établies, représentatives de parcours multiples et de toutes les esthétiques. Les visiteurs découvrent sur le salon l’art contemporain dans toute sa diversité (art africain contemporain, art brut, photographie…) mais également de l’art moderne, des multiples… Galeries « de caractère », d’« auteurs », « indépendantes »… peu importe la terminologie : elles sont essentielles à l’existence de la diversité esthétique qui donne toute sa saveur à la création contemporaine. L’identité singulière de chaque galeriste est notamment valorisée à travers son « autoportrait », grâce à la scénographie surprenante signée Dominique Perrault Architecture.


Accessibilité

« On ne naît pas collectionneur, on le devient » : il paraît alors essentiel d’oeuvrer à démocratiser la collection et développer les vocations existantes. Pour donner à tous la possibilité, quels que soient leurs moyens, d’accéder à l’art, Galeristes propose aux amateurs une offre personnalisée : un large éventail de prix parmi un vaste choix d’oeuvres, représentatif de la diversité des esthétiques actuelles. Pour promouvoir l’accès aux oeuvres d’art auprès d’un large public, Galeristes renouvelle son partenariat avec Bail Art, leader dans l’activité de leasing d’oeuvres d’art. Ce service offre des conditions privilégiées et une solution de financement avantageuse, aussi bien pour les galeristes que pour les collectionneurs privés et publics.


Engagement

Galeristes est le lieu de rassemblement de toute la communauté artistique autour d’une passion commune : l’art. Loin des excès et des scandales de la spéculation et de la financiarisation, le salon réaffirme la vocation première du marché de l’art : financer la création vivante dans toute sa diversité et participer à l’existence d’un écosystème équilibré, au sein duquel chacun peut trouver sa place. Galeristes place ainsi l’engagement au coeur de son projet, avec l’aide de différents acteurs. Les galeristes s’engagent dans la durée, présents au quotidien auprès de leurs artistes comme des amateurs, accompagnant la création au jour le jour. Les collectionneurs, quant à eux, dédient une part importante de leur temps et de leurs moyens à soutenir la création contemporaine. Leurs acquisitions sont à la fois un encouragement et une aide directe à la recherche et à l’innovation.


Professionnalisme

Nous sommes heureusement attachés, en France, au principe de l’« exception culturelle » : les plus puissants (financièrement, socialement, médiatiquement) ne sont pas forcément les meilleurs. Dans cette dynamique, Galeristes a élaboré en concertation avec de nombreux collectionneurs et artistes des modalités concrètes d’évaluation du professionnalisme des galeries (fidélité aux artistes, engagement à leurs côtés, éthique, disponibilité auprès du public, services aux collectionneurs…). Grâce à ces critères, Galeristes réunit une sélection de galeries « que nous recommanderions à des amis », des professionnels reconnus, sûrs, responsables, attachés à toutes les dimensions de leur métier de passeur.



Le programme


Anthologie de l’art français

Galeristes revient cette année avec sa section intitulée Anthologie de l’art français, fort de son succès l’an passé. Galeristes poursuit son ambition de représenter la plus grande concentration d’artistes français pendant cette semaine de l’art contemporain, ici, au Carreau du Temple. En plusieurs solo shows, ce florilège représente les principaux courants de la scène française des années 1950 à 1980, mais intégre également des francs-tireurs aux parcours plus singuliers. Les amateurs peuvent y (re)découvrir de grandes figures telles que : Arthur Aeschbacher, Geneviève Asse, Marinette Cueco, Eugène Dodeigne, Ernest T., Raymond Hains, Stanley William Hayter, Alexandre Hollan, Arnaud Labelle-Rojoux, Robert Malaval, Maryan, Bernard Moninot, Jean-Pierre Pincemin, Judit Reigl, Georges Rousse, Zuka.



Les galeristes – au 24 septembre 2020 :

31 Project / A1043 / Galerie ALB – Anouk Le Bourdiec/ Analix Forever / Atelier Arcay / / Galerie Anne-Sarah BĂ©nichou / Galerie Ariane C-Y / Galerie Binome / Galerie Jean Brolly / Pierre-Yves CaĂ«r Gallery/ Galerie ValĂ©rie Delaunay/ Double V Gallery / The Fibery Gallery / Galerie Jean Fournier / Galerie 8+4 / Galerie de France – le Studiolo / Galerie Claire Gastaud / Homaar / Hors-Cadre / Galerie La Forest Divonne / Galerie Lazarew / Le Buisson, Paris / Galerie LJ / Galerie Françoise Livinec / Loeve&Co / Loevenbruck / mfc-michèle didier / Galerie Oniris – Florent Paumelle / Galerie Pauline Pavec / Galerie des Petits Carreaux / Galerie Guido Romero Pierini / Galerie Pixi – Marie Victoire Poliakoff / Galerie Provost-Hacker / Red Zone Arts / Semiose / Galerie She Bam! / Galerie VĂ©ronique Smagghe / Galerie T&L / Galerie W Landau / Projet spĂ©cial : Lucas Djaou.