Partage


“Miguel Rio Branco” Oeuvres photographiques 1968-1992

au Bal, Paris

du 16 septembre au 6 décembre 2020

Le Bal

PODCAST - Interview de Alexis Fabry, spécialiste de la photographie latino-américaine, co-fondateur des éditions Toluca et co-commissaire de l'exposition, par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 14 septembre 2020, durée 9'25. © FranceFineArt.

PODCAST –  Interview de Alexis Fabry, spĂ©cialiste de la photographie latino-amĂ©ricaine, co-fondateur des Ă©ditions Toluca et co-commissaire de l’exposition,

par Anne-FrĂ©dĂ©rique Fer, Ă  Paris, le 14 septembre 2020, durĂ©e 9’25, © FranceFineArt.


previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider

© Anne-Frédérique Fer, présentation presse, le 14 septembre 2020.

Miguel Rio Branco, Slip rouge, Rio de Janeiro, 1979. © Miguel Rio Branco / Magnum Photos // Interview de Alexis Fabry, spécialiste de la photographie latino-américaine, co-fondateur des éditions Toluca et co-commissaire de l'exposition, par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 14 septembre 2020, durée 9'25. © FranceFineArt.
Miguel Rio Branco, Slip rouge, Rio de Janeiro, 1979. © Miguel Rio Branco / Magnum Photos.
Miguel Rio Branco, Smoking eyes, Salvador de Bahia, 1979. © Miguel Rio Branco / Magnum Photos // Interview de Alexis Fabry, spécialiste de la photographie latino-américaine, co-fondateur des éditions Toluca et co-commissaire de l'exposition, par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 14 septembre 2020, durée 9'25. © FranceFineArt.
Miguel Rio Branco, Smoking eyes, Salvador de Bahia, 1979. © Miguel Rio Branco / Magnum Photos.
Miguel Rio Branco, Le rond et le pied caché, Mexique, 1985. © Miguel Rio Branco / Magnum Photos // Interview de Alexis Fabry, spécialiste de la photographie latino-américaine, co-fondateur des éditions Toluca et co-commissaire de l'exposition, par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 14 septembre 2020, durée 9'25. © FranceFineArt.
Miguel Rio Branco, Le rond et le pied caché, Mexique, 1985. © Miguel Rio Branco / Magnum Photos.
Miguel Rio Branco, Pantalon jaune crocs à vue, Salvador de Bahia, 1979. © Miguel Rio Branco / Magnum Photos // Interview de Alexis Fabry, spécialiste de la photographie latino-américaine, co-fondateur des éditions Toluca et co-commissaire de l'exposition, par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 14 septembre 2020, durée 9'25. © FranceFineArt.
Miguel Rio Branco, Pantalon jaune crocs à vue, Salvador de Bahia, 1979. © Miguel Rio Branco / Magnum Photos.
Miguel Rio Branco, Blue Tango, Salvador de Bahia, 1984. © Miguel Rio Branco / Magnum Photos // Interview de Alexis Fabry, spécialiste de la photographie latino-américaine, co-fondateur des éditions Toluca et co-commissaire de l'exposition, par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 14 septembre 2020, durée 9'25. © FranceFineArt.
Miguel Rio Branco, Blue Tango, Salvador de Bahia, 1984. © Miguel Rio Branco / Magnum Photos.

Extrait du communiquĂ© de presse :



commissaires de l’exposition :
Alexis Fabry et Diane Dufour


« Seul un petit nombre d’entre nous, au milieu des grands agencements de cette société, se demande encore naïvement ce qu’ils font sur le globe et quelle farce leur est jouée. Ceux-là veulent déchiffrer le ciel ou les tableaux, passer derrière ces fonds d’étoiles et ces toiles peintes, et comme des mioches cherchant les fentes d’une palissade, tâchent de regarder par les failles de ce monde. » Georges Bataille


Figure de proue de la création contemporaine au Brésil, Miguel Rio Branco est un artiste polymorphe. À vingt ans, il étudie la photographie à New York, dont l’effervescence nourrit ses dérives poétiques et ses premières toiles. Il vit dans les quartiers pauvres du sud-est de Manhattan, l’East Village et la Bowery, qu’il commence à photographier, où se mêlent toutes les influences. Il se lie d’amitié avec un enfant des lieux, Gordon Matta Clark, qui tranche ses géométries dans des pans d’immeubles en ruine, et avec son compatriote Helio Oiticica.

De retour au Brésil, Miguel Rio Branco vit successivement dans le Nordeste, avec les chercheurs d’émeraudes, puis dans le quartier du Pelourihno, à Salvador de Bahia, qui abrite alors, dans l’insalubrité, des familles déshéritées et des prostituées.

Miguel Rio Branco saisit les corps, hommes ou femmes, leur gloire ou leur fatigue, leur pudeur et leurs exhibitions, dans des cadrages volontiers serrĂ©s, oĂą l’arrière-plan perd toute profondeur. Son regard soutient celui de ses modèles : rien n’est escamotĂ©. Les personnages sont dos au mur. « La photographie le plus souvent oppresse ou asphyxie la rĂ©alitĂ© », dira l’artiste. 

Ă€ force de s’approcher, ses images s’imprègnent d’onirisme, sans Ă©viter le grotesque, qu’elles provoquent et qui dĂ©borde, comme chez le dernier Goya. 

On a parlĂ©, pour Miguel Rio Branco, de « rĂ©alisme exorbitĂ© » : le dĂ©sastre attire l’oeil ; l’imagination n’a d’autre issue que la rĂ©alitĂ©, sa violence, son immĂ©diatetĂ©. Les blessures sont autant d’éclats narratifs, « sans dĂ©but ni fin », des images-poèmes dans les ruines du monde. 


Alexis Fabry et Diane Dufour, commissaires de l’exposition





Le couteau par terre – extraits du texte inĂ©dit de Jean-Pierre Criqui – livre de l’exposition publiĂ© en coĂ©dition LE BAL, TOLUCA Ă©ditions et Ă©ditions-RM

Dans la mesure où elle découpe à même le vivant, la photographie se laisse envisager comme étant d’ordre sacrificiel : tel un papillon épinglé, ce qu’elle prélève est toujours simultanément exalté et immolé. Il y va du sauvetage, de la sauvegarde, mais aussi de la conjuration ou de la perdition. Cette tension extrême, en permanence au bord du déchirement, hante les images de Miguel Rio Branco. C’est leur basse continue.

Les photographies de Miguel Rio Branco (qui est aussi peintre, et l’a Ă©tĂ© avant de devenir photographe) nous proposent un vaste catalogue de matières, assemblĂ© avec un oeil sensible Ă  la transmutation esthĂ©tique des motifs les plus humbles ou les plus vils. On pense ici Ă  Baudelaire et son Ă©vocation du chiffonnier dans Les Paradis artificiels : « Tout ce que la grande citĂ© a rejetĂ©, tout ce qu’elle a perdu, tout ce qu’elle a dĂ©daignĂ©, tout ce qu’elle a brisĂ©, il le catalogue, il le collectionne. Il compulse les archives de la dĂ©bauche, le capharnaĂĽm des rebuts. » L’excès est ce qui caractĂ©rise ici la matière – d’oĂą cette « asphyxie » dont Miguel Rio Branco a parlĂ© au sujet de la photographie : excès de la vie qui s’agite en tous sens, et de la mort au travail qui en forme l’insĂ©parable envers. 

Apothéose des sols, les photographies de Miguel Rio Branco regardent plus volontiers vers le bas que vers le haut. Peu de ciels ou d’horizons dans ces vues où la terre attire tel un aimant, jusqu’à l’engloutir, tout ce qu’elle supporte. Royaume des traces et des ombres, plaque sensible où le temps laisse inlassablement son empreinte : deux hommes s’y étreignent, lutte ou jeu, aux pieds d’un troisième qui projette sur eux sa silhouette; les déchets les plus dérisoires, les plus mirifiques, y convergent; les imprimés viennent s’y disperser en masse, les animaux y mourir. Le sol célébré par Miguel Rio Branco exhale toujours un avant-goût du séjour des disparus. C’est le lieu par excellence de l’inquiétude, voire de l’affolement. C’est aussi le motif où se concentre un éventail de résonances esthétiques : Dirt Painting et Combines (par leur goût du rebut et de l’horizontalité) de Rauschenberg, Matériologies et Texturologies de Dubuffet, plastiques, bois et tôles brûlés par Alberto Burri, scatter pieces de Robert Morris.


Jean-Pierre Criqui , Conservateur au service des collections contemporaines du Musée national d’art moderne.


Miguel Rio Branco (nĂ© Ă  Las Palmas en 1946) est un artiste brĂ©silien (photographe, peintre, cinĂ©aste et crĂ©ateur d’installations multimĂ©dias) vivant et travaillant Ă  Rio de Janeiro. 

En 1966, il Ă©tudie au New York Institute of Photography et en 1968 part Ă©tudier Ă  la School of Industrial Design de Rio de Janeiro. Entre 1970 et 1972, il travaille Ă  New York en tant que rĂ©alisateur et chef opĂ©rateur, puis rĂ©alise dans les annĂ©es qui suivent plusieurs long et court-mĂ©trages expĂ©rimentaux. Parallèlement, il commence Ă  exposer ses photographies dès 1972. 

Il devient Ă  partir de 1980 correspondant pour Magnum Photos et son travail photographique est publiĂ© dans de nombreuses revues (Aperture, Stern, Photo Magazine). 

Considérant le livre comme un support d’expression essentiel, il conçoit de nombreux ouvrages dont Sudor Dulce Amargo (Fondo de Cultura Económica, Mexico City,1985), Natka (Fundação Cultural de Curitib, 1996), Silent Book (Cosac & Naify, 1997), Miguel Rio Branco (Aperture, 1998) et Maldicidade (Taschen, 2019).