Partage


“À toi appartient le regard et (…) la liaison infinie entre les choses”

au musĂ©e du quai Branly – Jacques Chirac, Paris

du 30 juin au 1er novembre 2020

MusĂ©e du quai Branly – Jacques Chirac

PODCAST -  Interview de Christine Barthe, responsable de l’Unité patrimoniale des collections photographiques au musée du quai Branly – Jacques Chirac, en charge des acquisitions en photographie ancienne et contemporaine, et commissaire de l’exposition, par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 17 juillet 2020, durée 19’26. © FranceFineArt.

PODCAST –  Interview de Christine Barthe, responsable de l’UnitĂ© patrimoniale des collections photographiques au musĂ©e du quai Branly – Jacques Chirac, en charge des acquisitions en photographie ancienne et contemporaine, et commissaire de l’exposition,

par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 17 juillet 2020, durée 19’26, © FranceFineArt.


previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider

© Anne-FrĂ©dĂ©rique Fer, visite de l’exposition avec Christine Barthe, le 17 juillet 2020.

Cynthia Soto, Paysage (re)trouvé, A la recherche du paradis perdu : "Fitz Roy", 2010. © Cinthya Soto © musée du quai Branly - Jacques Chirac. Projet de création artistique , en 2010, les Résidences de Photoquai sont réalisées avec le soutien de la Fondation d'entreprise Total.
Cynthia Soto, Paysage (re)trouvĂ©, A la recherche du paradis perdu : « Fitz Roy », 2010. © Cinthya Soto © musĂ©e du quai Branly – Jacques Chirac. Projet de crĂ©ation artistique , en 2010, les RĂ©sidences de Photoquai sont rĂ©alisĂ©es avec le soutien de la Fondation d’entreprise Total.
Carlos Garaicoa, Frases, 2009. Héliogravure avec inscription en creux, calque imprimé d'un texte en noir. © Carlos Garaicoa © musée du quai Branly - Jacques Chirac.
Carlos Garaicoa, Frases, 2009. HĂ©liogravure avec inscription en creux, calque imprimĂ© d’un texte en noir. © Carlos Garaicoa © musĂ©e du quai Branly – Jacques Chirac.
Gosette Lubondo , Imaginary Trip II, 2018. Réalisée dans le cadre des Résidences photographiques du musée du quai Branly - Jacques Chirac 2017. Tirage jet d'encre couleur sur Papier Matt Fine Art by Hahnemülhe 100% cotton 300 gr Photo Rag Ultra Smooth. © Gosette Lubondo © musée du quai Branly - Jacques Chirac.
Gosette Lubondo , Imaginary Trip II, 2018. RĂ©alisĂ©e dans le cadre des RĂ©sidences photographiques du musĂ©e du quai Branly – Jacques Chirac 2017. Tirage jet d’encre couleur sur Papier Matt Fine Art by HahnemĂĽlhe 100% cotton 300 gr Photo Rag Ultra Smooth. © Gosette Lubondo © musĂ©e du quai Branly – Jacques Chirac.
Dayanita Singh, Museum of Industrial Kitchens [Le musée des cuisines industrielles], 2016 – 2017. Installation photographique, structure en teck, 31 épreuves numériques à l’encre pigmentaire. Courtesy the artist and Frith Street Gallery, London. Photographer: Sebastiano Pellion di Persano. Centre national des arts plastiques.
Dayanita Singh, Museum of Industrial Kitchens [Le musée des cuisines industrielles], 2016 – 2017. Installation photographique, structure en teck, 31 épreuves numériques à l’encre pigmentaire. Courtesy the artist and Frith Street Gallery, London. Photographer: Sebastiano Pellion di Persano. Centre national des arts plastiques.
Katia Kameli, Le roman algérien chapitre 1, 2016. Vidéo, couleur, son, 16 min 35 s. Courtesy de l’artiste.
Katia Kameli, Le roman algérien chapitre 1, 2016. Vidéo, couleur, son, 16 min 35 s. Courtesy de l’artiste.
Samuel Fosso, SIXSIXSIX. © Samuel Fosso, courtesy Jean Marc Patras / Paris.
Samuel Fosso, SIXSIXSIX. © Samuel Fosso, courtesy Jean Marc Patras / Paris.
Jo Ractliffe, The Borderlands Unmarked grave, Pomfret, 2012. [Zones frontalières Gabarit pour creuser les tombes, Pomfret]. Épreuve gélatino-argentique. © Centre national des arts plastiques.
Jo Ractliffe, The Borderlands Unmarked grave, Pomfret, 2012. [Zones frontalières Gabarit pour creuser les tombes, Pomfret]. Épreuve gélatino-argentique. © Centre national des arts plastiques.
Lek Kiatsirikajorn , Chatchawan Hongnhang From Leoi Province, Jangwattana, Nonthaburi, 2012-2013. Série Lost in Paradise, projet initié en 2011, Résidence de Photoquai 2011. © Lek Kiatsirikajorn © musée du quai Branly. Programme réalisé avec le soutien de la Fondation d'entreprise Total.
Lek Kiatsirikajorn, Chatchawan Hongnhang From Leoi Province, Jangwattana, Nonthaburi, 2012-2013. SĂ©rie Lost in Paradise, projet initiĂ© en 2011, RĂ©sidence de Photoquai 2011. © Lek Kiatsirikajorn © musĂ©e du quai Branly. Programme rĂ©alisĂ© avec le soutien de la Fondation d’entreprise Total.

Extrait du communiqué de presse :



Commissariat : Christine Barthe, responsable de l’UnitĂ© patrimoniale des collections photographiques au musĂ©e du quai Branly – Jacques Chirac,  en charge des acquisitions en photographie ancienne et contemporaine.
ScĂ©nographie : Pascal Rodriguez




À partir du 30 juin 2020, l’exposition « À toi appartient le regard et (…) la liaison infinie entre les choses » propose une plongée dans les univers sensibles de 26 artistes issus de 18 pays différents. Dans le sillage de son programme de résidences et des prospections menées depuis une dizaine d’années, le musée du quai Branly – Jacques Chirac a choisi de mettre en relation les pratiques d’artistes contemporains aux profils divers : jeunes et émergents comme Gosette Lubondo, Lek Kiatsirikajorn ou José Luis Cuevas, mais aussi de nombreux auteurs majeurs, parmi lesquels Guy Tillim, Dinh Q. Lê, José Alejandro Restrepo, Dayanita Singh, Sammy Baloji, Rosângela Rennó, Mario García Torrès, Yoshua Okón, Samuel Fosso ou Brook Andrew.



Utilisant la photographie, l’image en mouvement, la vidéo, l’installation, ils composent des récits, interrogent notre rapport aux images, mènent des enquêtes approfondies, questionnent les héritages historiques des photographies, repensent les notions d’appropriation et de réappropriation visuelle.



« À toi appartient le regard et (…) la liaison infinie entre les choses », est une évocation tirée de la littérature allemande du 19e siècle (Ludwig Hülsen) qui sert de fil conducteur à la découverte du travail des artistes, au rythme des notions évoquées dans le titre.



Le parcours s’ouvre sur l’oeuvre spectaculaire du camerounais Samuel Fosso, SIXSIXSIX, composée de 666 autoportraits en Polaroïd, encore jamais montrée dans sa totalité.




L’image est-elle un coup d’oeil arrĂŞtĂ© ?



La première partie de l’exposition aborde la photographie comme collecte de fragments visuels de la réalité avec le travail de Guy Tillim (Afrique du Sud) à Harare, Luanda ou Nairobi ou encore celui de Jo Ractliffe (Afrique du Sud) qui porte son attention sur des anciens territoires militarisés aux frontières de l’Afrique du Sud avec le Botswana et la Namibie. José Luis Cuevas (Mexique) relie la fragilité de l’homme à celle de son environnement dans un Japon post-Fukushima. Daniela Edburg (Mexique) quant à elle, place ses créations dans le paysage islandais et les transforme en fragments de nature, mettant ainsi en avant le paysage comme construction humaine.




Se reconnaître dans une image



Cette section s’articule autour de l’oeuvre phare de Santu Mofokeng récemment disparu (Afrique du Sud), The black photo album / Look at me, constituée d’un diaporama qui reproduit des photographies historiques de la bourgeoisie noire sud-africaine du début du 20e siècle. La question de l’identification aux images se retrouve dans l’oeuvre African Spirits de Samuel Fosso (Cameroun) et l’installation Editor Solitario d’Oscar Muñoz (Colombie).




Les images se pensent entre elles



L’exposition explore également la notion de montage et d’installations d’images en mouvement avec les travaux de Katia Kameli (France), et plusieurs installations de grande taille comme Horizon de Brook Andrew (Australie), et Crossing the Farther Shore de Dinh Q. Lê (Vietnam) ou encore les « musées » de Dayanita Singh (Inde). Rosângela Rennó (Brésil) associe des images de manifestations et y isole des portraits extraits de la foule.




Histoires des paysages



Une quatrième section convie plusieurs artistes qui pratiquent des enquêtes approfondies : Sammy Baloji (République démocratique du Congo), Mario García Torrès (Mexique), Heba Y. Amin (Égypte), Dinh Q. Lê (Vietnam) ou encore les recompositions imaginaires de Gosette Lubondo (République démocratique du Congo). Chacun explore à sa façon la question territoriale et la notion d’appropriation qui lui est associée.




Passages dans le temps



La dernière section de l’exposition évoque différentes temporalités décalées : Yoshua Okón (Mexique) propose une relecture ironique de la performance de Joseph Beuys I like America and America likes me (1974). Alexander Apóstol questionne la modernité tropicale du Venezuela des années 50. L’oeuvre Paso del Quidio I de José Alejandro Restrepo (Colombie) revisite la succession de plusieurs voyages à travers un passage montagneux exploré au 19e siècle par Alexander Von Humboldt, puis par l’artiste dans les années 1990.