Partage


“Régis Perray” Résider, voyager

au Centre d’art contemporain Pontmain

4 juillet au 30 août 2020

Centre d’art contemporain Pontmain
RĂ©gis Perray

Interview de Régis Perray, enregistrement réalisé par téléphone, par Anne-Frédérique Fer, entre Paris et Pontmain, le 3 juillet 2020, durée 28’43. © FranceFineArt. (photo : autoportrait égyptien, © Régis Perray)

PODCAST –  Interview de RĂ©gis Perray,

par Anne-Frédérique Fer, enregistrement réalisé par téléphone, le 3 juillet 2020, durée 28’43. © FranceFineArt.
(photo : autoportrait égyptien, © Régis Perray)


Affiche de l’exposition "Résider, voyager" de Régis Perray Centre d’art contemporain Pontmain du 4 juillet au 30 août 2020
Affiche de l’exposition « Résider, voyager » de Régis Perray Centre d’art contemporain Pontmain du 4 juillet au 30 août 2020
Régis Perray, La voûte étoilée de la petite chapelle de Pontmain. © Justine Lebourlier.
Régis Perray, La voûte étoilée de la petite chapelle de Pontmain. © Justine Lebourlier.
Pathy Tshindele, Le mini-moi, portrait de RĂ©gis Perray, 2004, Kinshasa.
Pathy Tshindele, Le mini-moi, portrait de RĂ©gis Perray, 2004, Kinshasa.

Extrait du communiqué de presse :




L’équipe du Centre d’art contemporain Pontmain :
Stéphanie Miserey, Direction
Justine Lebourlier, Chargée des publics – Communication




Régis Perray observe depuis plus de 30 ans les rues, les bâtiments, les objets, les sols…. Archéologue du quotidien, il ponce, balaie, collecte, restaure, dévoile, dialogue avec la mémoire de lieux ordinaires et s’attache à rendre visible ce qui ne l’était plus.



À l’occasion des 20 ans du centre d’art, l’artiste présente une sélection d’installations, de photographies, de sculptures et de vidéos réalisées au cours de ses voyages depuis sa première venue à Pontmain en 2000. Il réalise également une œuvre inédite « La voûte étoilée » en écho avec l’histoire du centre d’art.



« RĂ©gis Perray a le sens du beau. Celui qui tient tout autant Ă  ces objets chargĂ©s d’histoire et de poussière qu’Ă  ces savoir-faire qui relèvent de pratiques artisanales ancestrales. Aucune nostalgie pourtant, sinon prospective tant il sait jouer du temps, composer avec les symboles et, finalement, surprendre le regard lĂ  oĂą il ne s’attend pas Ă  ĂŞtre convoquĂ©. En cela, son Ĺ“uvre est pleine de malice, d’esprit et de poĂ©sie. »
Philippe Piguet



« Le geste de Régis Perray consiste donc, pour une bonne part, à nettoyer. Plutôt que d’en rajouter, il soustraie. Ce qui apparaît au terme de l’opération est le fruit d’une soustraction. C’est en ôtant la poussière, la crasse et les couches anciennes que le parquet se révèle dans tout son éclat. C’est aussi, il faut en convenir, un geste de sculpteur (pas de peintre), mais rendu à sa littéralité et à son origine : la taille et l’excavation. »
Jean-Marc Huitorel, « Sur la terre comme au ciel », 2006



« RĂ©gis Perray se met au service d’un patrimoine rendu invisible, abandonnĂ©, indĂ©sirable ou bien trop commun pour ĂŞtre considĂ©rĂ© Ă  sa valeur. Il engage un dialogue mutuel avec le lieu et grâce Ă  une gestuelle laborieuse mais humaine, il lui restitue simplement son existence. […] Sa pratique est donc plurielle puisqu’il utilise aussi bien la photographie, l’installation et l’action. […] Il sonde les bâtiments, les lieux de culte ou les rues d’une ville, au sein desquels il s’attache Ă  l’observation non seulement des sols, mais aussi des objets (triviaux et sacrĂ©s) qu’il va ensuite s’approprier en les collectionnant.»
Julie Crenn, « Les pieds sur terre », 2013


Régis Perray, La petite chapelle de Pontmain avant sa rénovation. © Régis Perray.
Régis Perray, La petite chapelle de Pontmain avant sa rénovation. © Régis Perray.
Régis Perray, L’attaque-cimaise, pelle chargeuse, 2009. © Régis Perray.
Régis Perray, L’attaque-cimaise, pelle chargeuse, 2009. © Régis Perray.
Régis Perray, La petite chapelle de Pontmain avant sa rénovation. © Régis Perray.
Régis Perray, La petite chapelle de Pontmain avant sa rénovation. © Régis Perray.
Régis Perray, Le gant sans la main, la poignée sans le manche. Plage de Seixal, Portugal, 2019. © Régis Perray.
Régis Perray, Le gant sans la main, la poignée sans le manche. Plage de Seixal, Portugal, 2019. © Régis Perray.