Partage


“Circulation(s)” Festival de la jeune photographie européenne (10ème édition)

au Centquatre, Paris

du 14 mars au 10 mai 2020 (prolongĂ©e jusqu’au 9 aoĂ»t 2020)

Festival-circulation.com / Fetart.org / 104.fr

Après de longues semaines d’incertitudes, l’Ă©quipe de Circulation(s) annonce la prolongation de la 10e Ă©dition du Festival.
Le festival Circulation(s) rĂ©ouvre ses portes le 5 juin 2020 au CENTQUATRE-PARIS, pour une prolongation jusqu’au 26 juillet 2020.

PODCAST Interview de Audrey Hoareau, directrice artistique de l’édition 2020 de Circulation(s)

par Anne-FrĂ©dĂ©rique Fer, Ă  Paris, le 11 mars 2020, durĂ©e 15’18. © FranceFineArt.

son Ă  insĂ©rer (click sur remplacer et changer Ă  partir d’un url)

previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider
©Anne-Fréderique Fer, visite en cours de montage du festival Circulation(s) avec Audrey Hoareau, le 11 mars 2020.

Eugene Martikainen, Doesn't look like anything to me. © Eugene Martikainen. Section thématique : Le monde de demain. RUSSIE - Né en 1983, vit et travaille à Pragues.
Eugene MartikainenDoesn’t look like anything to me. © Eugene Martikainen. Section thĂ©matique : Le monde de demain. RUSSIE – NĂ© en 1983, vit et travaille Ă  Pragues.
Ville Kumpulainen, Out of Sight. © Ville Kumpulainen. Section thématique : Explorations photographiques. Finlande - Né en 1988, vit et travaille à Helsinki.
Ville Kumpulainen, Out of Sight. © Ville Kumpulainen. Section thĂ©matique : Explorations photographiques. Finlande – NĂ© en 1988, vit et travaille Ă  Helsinki.
Masha Svyatogor, Everybody Dance ! . © Masha Svyatogor. Focus Biélorussie. Biélorussie - Née en 1989, vit et travaille à Minsk.
Masha SvyatogorEverybody Dance ! . © Masha Svyatogor. Focus BiĂ©lorussie. BiĂ©lorussie – NĂ©e en 1989, vit et travaille Ă  Minsk.

Extrait du communiqué de presse :

Direction artistique : Audrey Hoareau, directrice artistique de l’édition 2020

Circulation(s), un festival européen dédié à la jeune photographie

CIRCULATION(S) est le festival dĂ©diĂ© Ă  la photographie Ă©mergente en Europe. Au CENTQUATRE-PARIS et dans des lieux satellites en France et Ă  l’international, il rĂ©vèle chaque annĂ©e la vitalitĂ© de la jeune crĂ©ation et dĂ©fend la diversitĂ© des Ă©critures photographiques aux travers d’expositions et d’évĂ©nements singuliers. Tremplin pour les artistes, laboratoire prospectif et innovant de la crĂ©ativitĂ© contemporaine, CIRCULATION(S) est devenu en 10 ans un rendez-vous incontournable de la photographie et un rĂ©vĂ©lateur de tendances. Depuis sa crĂ©ation en 2011, le festival a exposĂ© plus de 382 artistes et rassemblĂ© plus de 300 000 visiteurs autour d’une volontĂ© toujours plus forte d’être un Ă©vĂ©nement populaire et exigeant Ă  la fois. La dixième Ă©dition anniversaire a lieu du 14 mars au 10 mai 2020. La direction artistique est confiĂ©e cette annĂ©e Ă  Audrey Hoareau, commissaire indĂ©pendante, en Ă©troite collaboration avec le comitĂ© artistique de CIRCULATION(S).

Pour cette Ă©dition spĂ©ciale : 300 oeuvres, 45 artistes, 42 projets et 16 nationalitĂ©s reprĂ©sentĂ©es, des performances, des Ă©vĂ©nements et des surprises qui se dĂ©ploient sur 2000 m2 d’exposition.



L’édition 2020

À nouveau pour cette édition 2020 l’exposition mettra en avant cinq sections thématiques qui ont été définies pour que les travaux vivent en cohérence visuelle et dialoguent les uns avec les autres. Impondérables ou inattendus, les différents thèmes confrontent des écritures motivées par l’injustice sociale ou par l’angoisse générée face au monde de demain. D’autres espaces abordent la question complexe de l’identité ou celle directement liée à la nature du médium, à l’expérimentation formelle.

Ceux que l’on ne voit pas
De la mobilisation individuelle au militantisme collectif, de l’acte citoyen au propos Ă  vocation politique, plusieurs projets tĂ©moignent du potentiel unique d’engagement de la photographie contemporaine. Pour certains artistes, cette fonction est moteur. Ils placent le mĂ©dium et leur pratique au service d’une cause. La photographie devient alors une voix pour alerter sur des situations mĂ©connues, souligner des inĂ©galitĂ©s, pointer des discriminations… Sans pour autant entrer dans le champ journalistique, le rĂ´le de l’image devient celui d’un langage Ă  part entière utilisĂ© pour reprĂ©senter et interprĂ©ter une rĂ©alitĂ©. En dĂ©finitive, l’image seule ne compte pas : la scĂ©nographie et la forme finale de l’oeuvre dĂ©cuple son pouvoir et son impact. L’essentiel est de dire et de rendre visibles certaines des problĂ©matiques de notre temps.
Avec ALVADO Joan, FRANCH Maxime, SHEBETKO Anton, MASSÉUS Marinka, MEHRDJU Schore, PRIGNOT Maroussia & ALVAREZ Valerio, SCIANÒ Anita.

Le monde de demain
La photographie sait cristalliser tous les espaces-temps, pourtant on lui attribue machinalement la teinte nostalgique du passĂ©. Pour les artistes de cette section, l’avenir est sans conteste plus passionnant. De leurs voyages vers le futur, ils reviennent avec une vision clairvoyante mais quelque peu inquiĂ©tante. Devant l’état du monde et toutes les dĂ©viances dont nous sommes responsables, il est bien difficile d’échapper aux angoisses d’anticipation. Depuis toujours, l’art constitue l’un des palliatifs les plus efficaces face Ă  la folie des hommes. Constat d’état ou fiction, si les artistes se projettent c’est surtout dans le but de nous mettre face Ă  notre conscience et Ă  cette inquiĂ©tude ultime : que laisserons-nous Ă  nos enfants ?
Avec LUKASIEWICZ Marie, MARTIKAINEN Eugene, SCHOONE Debbie, STAHL Henrike, TAMMI Maija, TOIJA Leevi, VON DER OSTEN Felix.

L’image à l’excès
Nous le savons, nous évoluons dans un monde saturé par l’image. Malgré tout, nous continuons déraisonnablement à l’alimenter de photographies, pour la majeure partie inutiles, qui se perdent dans les limbes de la toile. Il est impossible d’évoquer la question de l’image sans aborder la mutation de notre système, en particulier l’influence critique d’internet et l’omniprésence des réseaux sociaux. Noyés dans les algorithmes et les bases de données, nous laissons désormais aux ordinateurs le droit de régir nos envies, nos goûts, nos décisions. Accessibles et consultables, toutes les images diffusées souffrent d’un défaut de statut. Désormais elles n’ont plus de propriétaires et sont le bien de tout un chacun. L’archive personnelle est devenue universelle. Les instantanés de nos vies se ressemblent tous. Des banques d’images sur tous les sujets sont à notre disposition. Même les secrets de l’Histoire les mieux gardés sont à présent largement disséminés.
Avec BEHRENDT Norman, CATERINA Chiara, DE NOOY Arjan & GEENE Anne, MENNER Simon.

En quĂŞte de soi
Si la photographie a pour faculté première de nous positionner en tant qu’observateur du monde extérieur, elle sait aussi pousser à se tourner sur soi. Sous la forme d’enquêtes approfondies, les artistes d’aujourd’hui questionnent leurs racines, leur passé, leurs cultures. Le mystère inhérent à toute histoire de famille forme bien souvent le point de départ de ces questionnements. Une certaine forme de nostalgie liée à l’enfance, à la jeunesse constitue aussi la base de certains sujets. Loin de l’acte égocentrique, il s’agit là de documenter pour mieux comprendre et se comprendre. Avec une réelle ambition constructive, chacun déploie et dévoile une partie de son histoire en images. Sensible et chargé de ses expériences, l’artiste se sert de sa photographie pour parachever son introspection et exposer le fruit de ses recherches au regard de l’autre.
Avec AVAGLIANO Chiara, BASSIOUNI Marwan, BONHEUR Marvin, DÉPOSÉ Nathalie, HADZHIYSKA Vera, SAKELLARAKI Ioanna, SERVE Nicolas, SOLARSKI Michal & LIBOSKA Tomasz, ZARI Alba.

Explorations photographiques
De plus en plus, les photographies quittent le mur. On remarque d’annĂ©e en annĂ©e cette volontĂ© d’empĂŞcher une perception figĂ©e des images, de briser la frontalitĂ© pour mettre le regard en mouvement. Dans cette section, nous voulions rĂ©unir ceux qui cherchent justement Ă  dĂ©passer la photographie dans sa forme traditionnelle, Ă  faire Ă©clater l’oeuvre, plane et statique, dans l’espace, un espace dĂ©barrassĂ© de toute hiĂ©rarchie, de tout axe perspectif. DĂ©bordant d’ingĂ©niositĂ©, les artistes n’hĂ©sitent plus Ă  singulariser la forme de leur oeuvre. La scĂ©nographie et l’accrochage se trouvent au coeur de leurs recherches et de leurs prĂ©occupations. La crĂ©ation de pièces quasiment architecturales, l’intĂ©gration d’objets, la superposition et le dĂ©coupage : la palette s’étoffe au profit d’une dĂ©marche plastique plus affirmĂ©e et d’un rendu plus proche de l’installation. Chacune de ces explorations vise Ă  accroĂ®tre le caractère sensoriel de la photographie. Il s’agit lĂ  de dĂ©ployer le geste artistique et de veiller Ă  ce que cette action ne prenne en aucun cas le pas sur le sens de l’oeuvre.
Avec DE WANDEL Jeroen, HOEK Jan, KUMPULAINEN Ville, LEVRAT Vincent, MESIC Lana, PERLOWSKA Weronika, ROBIN Cyrille, SENLIS Margaux, VATANEN Niina.

Focus Biélorussie
C’est au milieu des annĂ©es 2010, lors de confĂ©rences et dans le magazine « pARTisan Â», sur le portail ZN TA et dans « Belaruskiy Zhurnal Â», qu’a Ă©tĂ© Ă©voquĂ©e pour la première fois la « jeune photographie biĂ©lorusse Â». Elle dĂ©signe alors les artistes travaillant le mĂ©dium de la photographie Ă  la fois documentaire et plasticienne. S’ils n’ont pour seuls points communs que leurs outils visuels et leur jeune âge, ils se distinguent par leur provenance, leur parcours et les sujets qu’ils abordent. NĂ©anmoins, nous avons pu observer qu’ils partagent aussi certaines caractĂ©ristiques typiques. L’envie de dĂ©passer la photographie « classique Â». Celle-ci ne sert plus simplement Ă  figer une rĂ©alitĂ©, mais devient un vĂ©ritable outil de recherche. L’utilisation d’une grande variĂ©tĂ© de techniques de fabrication et dĂ©tournement de l’image, comme le collage, les captures d’écran, les reconstitutions, etc. Un certain rejet vis-Ă -vis d’une photographie trop narrative, narcissique ou lyrique au profit de rĂ©cits plus complexes. Les projets deviennent davantage critiques et peuvent aborder aussi bien des problĂ©matiques locales, que des questions d’actualitĂ© : culte de la violence, rĂ©pression, censure, violation des droits de l’homme, rĂ©flexions sur l’ère soviĂ©tique, etc. Toutes ces spĂ©cificitĂ©s sont dans l’ADN de la photographie de Masha SVYATOGOR, Maxim SARYCHAU, Pavel GRABCHIKOV et Ihar HANCHARUK. Cette sĂ©lection de photographes n’aurait pas Ă©tĂ© possible sans le soutien du Mois de la Photographie Ă  Minsk (Month of Photography in Minsk – MPM). Depuis six ans, ce festival international – crĂ©Ă© et dirigĂ© par le photographe Andrei Liankevich â€“ rĂ©unit une vingtaine d’institutions de cinq villes Ă  travers toute la BiĂ©lorussie.
Avec GRABCHIKOV Pavel, HANCHARUK Ihar, SARYCHAU Maxim, SVYATOGOR Masha.

La galerie invitée
Fondée en 1995 à Helsinki, la galerie Persons Projects (anciennement appelée Taik Persons) s’établit à Berlin en 2005. La galerie représente un groupe d’artistes confirmés et émergents choisis. Le programme fonctionne autour d’une pratique artistique rigoureuse sur le plan conceptuel, avec un intérêt particulier pour le procédé photographique. Il s’agit d’une galerie de premier plan pour ces artistes sélectionnés qui forment désormais l’École d’Helsinki. La galerie participe à des salons d’art internationaux et expose ses principaux artistes dans des musés. La galerie travaille également avec des maisons d’édition indépendantes afin de publier des livres d’art en édition limitée.

L’école invitée
Le festival invite chaque année une école européenne dédiée à la photographie. Pour cette dixième édition, le département photographie de l’école FAMU à Prague présente 2 artistes. FAMU est la cinquième plus ancienne école de cinéma au monde. Le Département de la photographie a été fondé en 1975, ce qui en fait l’une des plus anciennes institutions du genre en Europe.La singularité de la formation réside dans la rencontre entre procédés de photographie classique et techniques digitales et multimédias. Le programme offre aux apprentis photographes un cursus dont le but n’est pas seulement de maîtriser la photographie en tant que technique, mais aussi de l’envisager comme espace de réflexion critique et de confrontation au monde.

Hors les murs Gare & Connexions
Partenaire référent des plus grands événements dédiés à l’art contemporain, la musique et la photographie, SNCF Gares & Connexions s’engage aux côtés du festival de la jeune photographie européenne Circulation(s) pour la 7e année consécutive. Pour prolonger l’exposition du CENTQUATRE-PARIS hors les murs, l’emblématique Paris Est accueille en exclusivité une installation conçue sur mesure, coproduite par SNCF Gares & Connexions et le festival. Ce partenariat s’inscrit dans le cadre de la politique artistique développée depuis 2009 dans les gares françaises, devenues aujourd’hui de véritables révélateurs de culture. À travers les oeuvres des artistes CIRCULATION(S) exposées au format XXL, SNCF Gares & Connexions vise ainsi à interpeller les visiteurs et voyageurs en résonnance avec des thématiques sociétales actuelles.
Retrouvez Tamara Eckhardt et Jana Sophia Nolle, artistes CIRCULATION(S), en gare de Paris Est, du 14 mars au 10 mai.

Little Circulation(s), l’exposition à hauteur d’enfant
Le festival propose une exposition entièrement dĂ©diĂ©e au jeune public (de 5 Ă  12 ans). Little CIRCULATION(S) prĂ©sentera les sĂ©ries de l’exposition principale dans une scĂ©nographie sur panneaux adaptĂ©e au jeune public. Des jeux inspirĂ©s par les oeuvres exposĂ©es seront proposĂ©s aux enfants afin d’accompagner leur visite de façon ludique et crĂ©ative (jeu de memory, jeu des 7 erreurs, jeu de logique et un jeu qui les transformera en scĂ©nographe en herbe…). Un livret-jeux sera disponible pour accompagner leur visite.

Les projections coup de coeur
Pour mettre en lumière la pluralité des écritures photographiques que l’on peut observer dans les différents festivals en France et en Europe, CIRCULATION(S) a invité près d’une vingtaine de festivals à partager leurs coups de coeur. De jeunes photographes talentueux, singuliers et qui témoignent de la diversité de la photographie européenne d’aujourd’hui. Les séries des photographes proposés par ces festivals amis sont présentées sous forme de projections pendant le festival.