Partage


“Cezanne et les maîtres” Rêve d’Italie

au musée Marmottan Monet, Paris

du 27 fĂ©vrier au 5 juillet 2020 (prolongĂ©e jusqu’au 3 janvier 2021)

www.marmottan.fr

Dans le cadre du plan de déconfinement, le musée Marmottan Monet rouvre ses portes mardi 2 juin 2020.
Afin que le public soit reçu dans les meilleures conditions, le musée adapte ses horaires du mardi au dimanche de 11h à 19h et crée une nocturne supplémentaire, le mardi.

PODCAST - Interview de Alain Tapié, conservateur en chef, honoraire des musées de France et commissaire de l'exposition

PODCAST Interview de Alain TapiĂ©, conservateur en chef, honoraire des musĂ©es de France et commissaire de l’exposition

par Anne-FrĂ©dĂ©rique Fer, Ă  Paris, le 26 fĂ©vrier 2020, durĂ©e 17’12. © FranceFineArt.

son Ă  insĂ©rer (click sur remplacer et changer Ă  partir d’un url)

previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider
© Anne-Frédérique Fer, présentation presse, le 26 février 2020.

Paul Cezanne, Nature morte, poires et pommes vertes, vers 1873. Huile sur toile, 22 x 32 cm. Paris, musée de l’Orangerie, collection Jean Walter et Paul Guillaume © RMN-Grand Palais (musée de l’Orangerie) / Hervé Lewandowski.
Paul Cezanne, Nature morte, poires et pommes vertes, vers 1873. Huile sur toile, 22 x 32 cm. Paris, musée de l’Orangerie, collection Jean Walter et Paul Guillaume © RMN-Grand Palais (musée de l’Orangerie) / Hervé Lewandowski.
Jean-François Millet, dit Francisque Millet, Paysage classique, XVIIe siècle. Huile sur toile, 96 x 128 cm. Paris, musée du Louvre, dépôt au musée des beaux-arts de Marseille. © Ville de Marseille, Dist. RMN-Grand Palais / Jean Bernard.
Jean-François Millet, dit Francisque Millet, Paysage classique, XVIIe siècle. Huile sur toile, 96 x 128 cm. Paris, musĂ©e du Louvre, dĂ©pĂ´t au musĂ©e des beaux-arts de Marseille. © Ville de Marseille, Dist. RMN-Grand Palais / Jean Bernard.
Paul Cezanne, La Montagne Sainte-Victoire, vers 1890. Huile sur toile, 65 x 95,2 cm. Paris, musée d’Orsay, donation de la petite-fille d’Auguste Pellerin, 1969. © RMN-Grand Palais (musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski.
Paul Cezanne, La Montagne Sainte-Victoire, vers 1890. Huile sur toile, 65 x 95,2 cm. Paris, musĂ©e d’Orsay, donation de la petite-fille d’Auguste Pellerin, 1969. © RMN-Grand Palais (musĂ©e d’Orsay) / HervĂ© Lewandowski.

extrait du communiqué de presse :

Commissariat :
Alain Tapié, conservateur en chef, honoraire des musées de France
Marianne Mathieu, Historienne de l’art, Directrice scientifique du musée Marmottan Monet.

Le musĂ©e Marmottan Monet organise, du 27 fĂ©vrier au 5 juillet 2020, une exposition intitulĂ©e Cezanne et les maĂ®tres. RĂŞve d’Italie. Pour la première fois, le travail de l’Aixois sera mis en regard de chefs-d’oeuvre des grands maĂ®tres italiens du XVIe au XXe siècle. Ainsi une remarquable sĂ©lection de toiles de CĂ©zanne, parmi lesquelles l’iconique Montagne Sainte-Victoire, les incontournables Pastorale et natures mortes, fera face Ă  un rare ensemble de peintures anciennes signĂ©es Tintoret, Bassano, le Greco, Giordano, Poussin, Rosa, Munari et, pour les modernes, Boccioni, CarrĂ , Rosai, Sironi, Soffici, Pirandello ou encore Morandi.

Cette manifestation inĂ©dite a reçu le soutien exceptionnel de quarante-trois prĂŞteurs : collections particulières ainsi que musĂ©es français, canadien, amĂ©ricains, suisses, allemands, Ă©cossais, espagnol, japonais et, bien sĂ»r, italiens ont permis de rĂ©unir une soixantaine de toiles. Venues du monde entier, ces oeuvres mettent en lumière l’importance de la culture latine dans l’art de Cezanne et la manière dont l’Aixois s’est nourri de l’exemple de ses illustres prĂ©dĂ©cesseurs pour asseoir une peinture « nouvelle Â». Elles illustrent Ă©galement l’influence qu’a exercĂ©e Ă  son tour le Français sur les artistes du Novecento.

La première partie de l’exposition est consacrĂ©e au dialogue que Cezanne entretient avec les maĂ®tres italiens des XVIe et XVIIe siècles tout au long de sa vie. Lecteur de Virgile, d’Ovide et de Lucrèce dans le texte, infatigable visiteur des musĂ©es du Louvre et d’Aix-en-Provence, Cezanne – qui ne fera jamais le voyage en Italie â€“ se tourne dès ses dĂ©buts vers les maĂ®tres de ce pays. L’influence de Venise est dĂ©terminante. Son hommage au plus cĂ©lèbre Ă©lève du Titien, le Greco, dont il rĂ©interprète La Femme Ă  l’hermine (collection particulière), y fait rĂ©fĂ©rence. Pour autant, Cezanne ne verse jamais dans la simple copie. Au contraire, il assimile l’art des musĂ©es pour crĂ©er une oeuvre qui lui est propre. Il en dĂ©gage l’esprit et le modernise. Des peintres de la lagune, il Ă©tudie la touche. Le Portrait d’Antonio da Ponte d’après Bassano (Paris, musĂ©e du Louvre) et sa TĂŞte de vieillard (Paris, musĂ©e d’Orsay) tĂ©moignent d’une mĂŞme approche de la couleur. Ă€ Venise et Ă  Aix, elle est l’élĂ©ment clĂ© dont Ă©mergent tout Ă  la fois la forme, le volume et la lumière. Elle est la pierre angulaire de leur art. En ce sens, la couleur prime sur le dessin, elle le contient. Cezanne capte Ă©galement l’emphase, voire le tragique d’un Tintoret. Ses toiles les plus violentes, exĂ©cutĂ©es Ă  ses dĂ©buts, s’inscrivent dans ce sillon. Son Meurtre (Liverpool, Walker Art Gallery) Ă  l’impulsion de La DĂ©ploration (Nancy, musĂ©e des Beaux-Arts) de Tintoret, sa Femme Ă©tranglĂ©e (Paris, musĂ©e d’Orsay) reprend, en l’inversant, le mouvement du corps du Christ de La Descente de Croix du mĂŞme artiste (Strasbourg, musĂ©e des Beaux-Arts).

Le modèle napolitain l’inspire Ă©galement. Les toiles sont plus silencieuses, empreintes de mystère, comme le montre le voisinage du Prophète en buste lisant du MaĂ®tre de l’Annonce aux bergers (Bordeaux, musĂ©e des Beaux-Arts) et du Portrait de la mère de l’artiste (Saint Louis Art Museum). Toutefois, c’est Ă  travers le modèle romain et Nicolas Poussin que Cezanne Ă©labore l’oeuvre de la maturitĂ©. DorĂ©navant l’Aixois ne quitte plus le Midi, il embrasse le point de vue des classiques, leur modèle est le mĂŞme : la nature et la lumière mĂ©diterranĂ©ennes. La Montagne Sainte-Victoire (Paris, musĂ©e d’Orsay) fait alors Ă©cho Ă  la silhouette des monts Albains que Francisque Millet place dans son Paysage classique (Marseille, musĂ©e des Beaux-Arts). Château-Noir (Paris, musĂ©e Picasso) et la carrière de Bibemus dialoguent avec les Ă©perons rocheux du Latium tels qu’ils apparaissent dans le Paysage avec Agar et l’ange de Poussin (Rome, Galleria Nazionale, Palazzo Barberini). De fait, Cezanne partage avec Poussin le mĂŞme dĂ©sir de permanence ; il veut « faire du Poussin sur nature Â». Ainsi les nymphes du Paysage de Bacchus et CĂ©rès (Liverpool, Walker Art Gallery) et les figures du MoĂŻse sauvĂ© des eaux (Paris, musĂ©e du Louvre) prĂ©figurent-elles les baigneuses sans que celles-ci les copient jamais.

Empreintes du mĂŞme Ă©quilibre classique, ces baigneuses rĂ©sument la dĂ©marche de CĂ©zanne : « faire de l’impressionnisme quelque chose de solide et durable comme l’art des musĂ©es Â».

La seconde partie du parcours est dĂ©diĂ©e Ă  l’influence de Cezanne sur les peintres du Novecento. Soffici, CarrĂ , Boccioni, Morandi, Pirandello dĂ©couvrent l’Aixois soit Ă  Paris Ă  l’occasion de la rĂ©trospective posthume de 1907, soit en Italie oĂą il est exposĂ© dès 1908 et recherchĂ© des amateurs Egisto Paolo Fabbri et Charles Loeser, installĂ©s Ă  Florence. Tous reconnaissent en Cezanne le passeur d’une certaine idĂ©e classique, un peintre de la permanence, et Ă©tablissent un lien entre la soliditĂ© des primitifs italiens et le Français. Les Italiens rompent dĂ©finitivement avec la peinture religieuse ou mythologique des anciens ; ils privilĂ©gient le dĂ©pouillement et la simplicitĂ© des thèmes cĂ©zanniens : paysages, figures et natures mortes. Le portrait d’enfant de Boccioni (collection particulière) fait Ă©cho Ă  celui de Mme Cezanne (collection particulière). Cabanes sur la plage de CarrĂ  (Turin, Galleria Civica d’Arte Moderna) et Paysage de Morandi (Aix-en-Provence, musĂ©e Granet) partagent l’atmosphère silencieuse, voire mystique de l’ultime chef-d’oeuvre de CĂ©zanne, Le Cabanon de Jourdan (Rome, Galleria Nazionale d’Arte Moderna e Contemporanea). Les Cinq Baigneurs (Paris, musĂ©e d’Orsay) de l’Aixois offrent Ă  Morandi en 1915 et Ă  Pirandello en 1955 la matrice de leurs toiles sur le mĂŞme thème. Enfin, les natures mortes de Morandi mises en regard de Nature morte, poires et pommes vertes (Paris, musĂ©e de l’Orangerie) rĂ©sument Ă  elles seules la portĂ©e mĂ©taphysique et silencieuse qui rĂ©unit l’œuvre de Cezanne et celles des maĂ®tres italiens du Novecento.