Partage


“Ben Russell” La montagne invisible

Le Plateau, Frac ĂŽle-de-France, Paris

du 23 janvier au 5 avril 2020 (prolongĂ©e jusqu’au 12 juillet 2020)

www.fraciledefrance.com

Le Frac ĂŽle-de-France sera ouvert au public Ă  partir du 17 juin 2020, avec la rĂ©ouverture de l’exposition de Ben Russell, La montagne invisible, du 17 juin au 12 juillet.

PODCAST - Interview de Xavier Franceschi, directeur du Plateau - Frac ĂŽle-de-France et commissaire de l'exposition

PODCAST –  Interview de Xavier Franceschi, directeur du Plateau – Frac ĂŽle-de-France et commissaire de l’exposition

par Anne-FrĂ©dĂ©rique Fer, Ă  Paris, le 22 janvier 2020, durĂ©e 9’59 ». © FranceFineArt.

son Ă  insĂ©rer (click sur remplacer et changer Ă  partir d’un url)

previous arrow
next arrow
previous arrownext arrow
Slider
©Anne-FrĂ©derique Fer, prĂ©sentation presse de l’exposition avec Ben Russell, le 22 janvier 2020.

Ben Russell Image extraite du film The Invisible Mountain (Green Tuomo), 2019. © Ben Russell.
Ben Russell Image extraite du film The Invisible Mountain (Green Tuomo), 2019. © Ben Russell.
Ben Russell Image extraite du film The Invisible Mountain (Vitamin Book), 2019. © Ben Russell.
Ben Russell Image extraite du film The Invisible Mountain (Vitamin Book), 2019. © Ben Russell.
Ben Russell Image extraite du film The Invisible Mountain (Mirror Triangle), 2019. © Ben Russell.
Ben Russell Image extraite du film The Invisible Mountain (Mirror Triangle), 2019. © Ben Russell.

Extrait du communiqué de presse :

commissaire : Xavier Franceschi, directeur du Plateau – Frac ĂŽle-de-France

Le Frac Île-de-France présente au Plateau la première exposition en France consacrée à l’artiste américain Ben Russell. Artiste, cinéaste et commissaire d’exposition, son travail se déploie surtout in-situ, sur le lieu de projection, et nous invite à une expérience à la fois incarnée et hallucinatoire de l’image documentaire.

La montagne invisible est une installation audiovisuelle multiple conçue comme un voyage vers l’infini : une immersion dans la documentation retraçant le pèlerinage d’un voyageur finlandais en quĂŞte d’un sommet utopique, qui se dĂ©ploie comme un labyrinthe vidĂ©o, oĂą prologues, Ă©pilogues et interludes disruptifs s’entremĂŞlent.

Formant l’un des chapitres d’un important projet multiforme intitulĂ© THE INVISIBLE MOUNTAIN *, l’installation de Ben Russell au Plateau s’inspire, Ă  l’instar d’Alejandro Jodorowsky, Philippe Parreno, Patti Smith et John Zorn, de l’oeuvre de RenĂ© Daumal, Le Mont Analogue (1952). Puisant librement dans cette nouvelle dĂ©crivant la quĂŞte impossible d’un groupe d’explorateurs Ă  la recherche d’une montagne utopique flottant dans l’ocĂ©an, THE INVISIBLE MOUNTAIN prend pour objet une quĂŞte spirituelle actuelle, dont la trajectoire nous mène de la Finlande Ă  la Grèce jusqu’à l’au-delĂ .

L’espace du Plateau est transformĂ© en une chorĂ©graphie de mouvements oĂą le voyage – Ă  la fois road trip / tournĂ©e de concerts / pèlerinage / Ă©tat d’altĂ©ration â€“ est le sujet central. La bande-son Ă©volutive et hypnotique se caractĂ©rise par une approche sculpturale du son (rĂ©alisĂ© en collaboration avec le crĂ©ateur sonore Nicolas Becker). L’image est traitĂ©e de manière Ă  produire des effets de synchronisation stroboscopique alĂ©atoires Ă  travers un ensemble d’écrans. L’installation cherche Ă  hisser le spectateur jusqu’au sommet Ă©tourdissant de cet hypothĂ©tique Mont Analogue – d’oĂą l’on peut voir, sentir et entendre simultanĂ©ment tous les points de vue.

En mettant l’accent sur la projection en tant qu’objet Ă  travers sa rĂ©alitĂ© matĂ©rielle, via des Ă©crans inclinĂ©s, des surfaces de couleur vibrante, des signes graphiques en miroir et des effets d’illusion, cette installation offre au visiteur l’expĂ©rience radicale et marquante d’un monde au bord de la dissolution. La dĂ©matĂ©rialisation guette !

*La prĂ©sentation au Plateau de La montagne invisible est l’un des chapitres du projet en quatre parties THE INVISIBLE MOUNTAIN, composĂ© d’une sĂ©rie d’oeuvres multimĂ©dia et rĂ©alisĂ© par Ben Russell, en collaboration avec l’artiste sonore Nicolas Becker (FR), la compositrice et performeuse Sophia Brous (Australie) et l’artiste et cinĂ©aste Ben Rivers (UK) –  avec la participation des musiciens Greg Fox (USA), Taraka / Prince Rama (USA) et Olimpia Spendid (Finlande). La première partie du projet, l’installation sonore LA MONTAĂ‘A INVISIBLE, rĂ©alisĂ©e en collaboration avec Nicolas Becker, a Ă©tĂ© prĂ©sentĂ©e au MUCA UNAM Ă  Mexico en septembre 2019.

Ben Russell (1976), est un artiste amĂ©ricain vivant Ă  Los Angeles, cinĂ©aste et commissaire d’exposition. Ses films et installations remettent en question les conventions de la reprĂ©sentation documentaire pour produire des expĂ©riences intenses et hypnotiques. Il travaille sur le dispositif cinĂ©matographique lui-mĂŞme et son potentiel d’immersion et d’identification mimĂ©tique, en particulier via les sujets de ses films : expĂ©riences collectives, Ă©tats modifiĂ©s de conscience et pratiques sĂ©culaires de rituel et de transe. Sa filmographie comprend plus d’une trentaine de longs et courts mĂ©trages, dans lesquels il met en oeuvre une mĂ©thodologie qu’il considère comme relevant d’une «ethnographie psychĂ©dĂ©lique». Il a travaillĂ© sur l’expĂ©rience phĂ©nomĂ©nologique de la musique noise pour sa sĂ©rie Trypps (2005-10). Parallèlement, il s’est impliquĂ© dans divers projets de commissariat, tels que Magic Lantern (sĂ©rie de projections Ă  Providence, Rhodes Island). Il a fait partie de la Documenta 14, pour laquelle il a prĂ©sentĂ© un film, Good Luck (2017), mettant en parallèle deux univers, celui d’une communautĂ© de travailleurs d’une petite mine d’or illĂ©gale au Suriname et celui d’une mine de cuivre d’état en Serbie. Il a Ă©galement organisĂ© Ă  cette occasion Ă  Athènes un festival de films et performances intitulĂ© HALLUCINATION(S), en invitant cinĂ©astes indĂ©pendants, musiciens, artistes plasticiens et chercheurs en cinĂ©ma Ă  explorer collectivement le potentiel hallucinatoire du cinĂ©ma. Ses films ont fait l’objet de nombreuses expositions monographiques et projections, notamment au Centre Pompidou, au MusĂ©e d’art contemporain de Chicago ou au MoMA, et ont reçu de nombreux prix, comme le prix organisĂ© par le Festival de Rotterdam en 2015 ou le prix Nouvelle Vague dĂ©cernĂ© par le Festival de La Roche-sur-Yon. Ses Ĺ“uvres font Ă©galement partie des collections du Cnap (Paris), du FMAP (Genève) et du MusĂ©e autrichien du film (Vienne).