Partage

“Louise Honée” We Love Where We Live

LaurĂ©ate 2020 – Prix HSBC pour la Photographie

Atelier EXB / Éditions Xavier Barral

Atelier EXB
Prix HSBC
Louise Honée

PODCAST -  Interview de Chantal Stoman, enregistrement réalisé par téléphone, par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 21 mai 2020, durée 24’10. © FranceFineArt.
(photo © Benli Judelewicz)

PODCAST –  Interview de Fannie Escoulen, conseillère artistique du Prix HSBC pour la Photographie 2020,

par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 10 juin 2020, durée 18’56. © FranceFineArt.


1ère et 4ème de couverture « We Love Where We Live » de Louise HonĂ©e. Prix HSBC pour la Photographie 2020 – Atelier EXB / Éditions Xavier Barral.

Autoportrait de Louise Honée. © Louise Honée
Louise Honée, We Love Where We Live, 2017-2019. © Louise Honée.
Louise Honée, We Love Where We Live, 2017-2019. © Louise Honée.
Louise Honée, We Love Where We Live, 2017-2019. © Louise Honée.
Louise Honée, We Love Where We Live, 2017-2019. © Louise Honée.
Louise Honée, We Love Where We Live, 2017-2019. © Louise Honée.
Louise Honée, We Love Where We Live, 2017-2019. © Louise Honée.

Extrait du communiqué de presse :

Conseillère artistique du Prix HSBC pour la Photographie 2020 : Fannie Escoulen, commissaire d’exposition indĂ©pendante

« We Love Where We Live »

Dans cette série « We Love Where We Live » (Nous aimons où nous vivons), je capture les regards mûrs des enfants et des jeunes adultes. Leur identité est étroitement liée à la région où ils grandissent : le comté de McDowell en Virginie-Occidentale, en partie situé dans les montagnes boisées des Appalaches, autrefois l’une des régions les plus riches des États-Unis en raison de l’exploitation du charbon. La situation économique de ses habitants était convenable jusqu’à ce que l’une après l’autre, les mines ferment et les emplois disparaissent. Beaucoup ont donc perdu leur emploi et sont partis, laissant derrière eux des villes fantômes.

Je me suis demandé quelles perspectives d’avenir sont encore offertes à ces jeunes qui vivent souvent avec leurs grands-parents ou d’autres membres de leur famille, plutôt qu’avec leurs parents biologiques. Quelque part sur la route se trouve un panneau portant l’inscription : « We Love Where We Live ». Je reste fascinée par cette contradiction apparente : les problèmes évidents de la région et l’intense solidarité des gens. Dans cette oeuvre, je tente d’illustrer leur vulnérabilité et leur détermination et, d’une manière cinématographique, je saisis la beauté cachée dans la pauvreté et l’insécurité. « We Love Where We Live » traite de la construction de soi-même et de son identité propre. Je pose alors dans ces images un filtre doux, presque réconfortant, sur les aspérités tranchantes d’un sujet difficile.

Louise Honée





“Au fin fond du comté de McDowell dans l’État de Virginie-Occidentale, un des plus pauvres de tout le pays, Louise Honée s’en est allée observer durant près de trois années une Amérique sacrifiée, décimée par la ruine de l’industrie minière.

Les habitants ont fui la région, autrefois l’une des plus prospères des États-Unis. Des dizaines d’enfants, restés là, sont élevés par leurs grands-parents ou des membres de leur famille, et laissés à leur propre sort. Leurs parents sont partis, accablés par le chômage et la misère, abandonnant derrière eux toute une vie. Les maisons sont vides, les caravanes et les roulottes servent d’abris de fortune et seuls survivent dans ce paysage fantomatique quelques magasins d’alimentation et autres fast food, rares endroits où trouver un semblant de vie. La nature a repris ses droits. Rien n’existe plus désormais dans ce petit bout du monde protégé par les montagnes des Appalaches qu’un temps infini à espérer qu’adviennent de meilleurs lendemains.

Installée dans le seul hôtel de la ville, où elle se lie d’amitié avec un propriétaire sans âge, Louise Honée prend du temps pour observer, et comprendre ce qui se joue ici. Elle y découvre un taux d’espérance de vie des plus faibles, des problèmes sanitaires alarmants et une obésité grandissante chez des enfants en mal d’éducation et de vie de famille. Leurs repères ont disparu. Mais elle rencontre une communauté qui aime son pays, son environnement, et le peu qu’elle possède. La photographe est accueillie à bras ouverts. Telle une étrangère apportant la promesse d’un jour nouveau, elle s’ouvre à eux et gagne leur confiance, la plus importante, celle de pouvoir photographier leurs enfants.

[…] ”

Fannie Escoulen, Conseillère artistique du Prix HSBC pour la Photographie 2020


Louise Honée, We Love Where We Live, 2017-2019. © Louise Honée.
Louise Honée, We Love Where We Live, 2017-2019. © Louise Honée.
Louise Honée, We Love Where We Live, 2017-2019. © Louise Honée.
Louise Honée, We Love Where We Live, 2017-2019. © Louise Honée.

Biographie – Louise HonĂ©e

Hollandaise. NĂ©e en 1974. Vit et travaille Ă  Arnhem.

C’est après avoir terminé des études d’histoire de l’art à l’université d’Amsterdam que Louise Honée, née en 1974 à Nijmegen (Pays-Bas), a découvert sa passion pour la photographie. Elle a décidé de continuer ses études à la Photo Academy d’Amsterdam et s’est spécialisée dans la photographie documentaire. Depuis lors, Louise Honée travaille comme photographe documentaire et de portrait.

L’espoir indestructible de la jeunesse constitue le sujet central de ses photographies, capturant les moments fragiles d’existences en devenir, en toutes sortes de circonstances. Toujours à la recherche de la poésie que recèle une histoire, Louise Honée rassemble les images qu’elle crée sous la forme d’une narration visuelle à travers laquelle les personnes qu’elle rencontre jouent un rôle lié à leur contexte. Elle tente de définir comment les identités se construisent au sein des environnements et des paysages qui entourent les personnes et les enfants qu’elle photographie.

La série « We love where we live » est l’un de ses projets les plus importants, réalisé entre le printemps 2017 et l’automne 2019 à McDowell County en Virginie-Occidendale, aux Etats-Unis.


Louise Honée, We Love Where We Live, 2017-2019. © Louise Honée.
Louise Honée, We Love Where We Live, 2017-2019. © Louise Honée.

Le Prix HSBC pour la photographie

Depuis 25 ans, le Prix HSBC pour la Photographie a pour mission d’aider et de promouvoir de façon durable la génération émergente de la photographie.

Un concours annuel est ouvert de septembre à novembre à tout photographe professionnel n’ayant jamais édité de monographie, sans limite d’âge ni de critère de nationalité.

Chaque année, un Conseiller artistique désigné pour apporter un nouveau regard présélectionne une dizaine de candidats. Il présente alors ses choix au Comité exécutif, qui élit les deux lauréats.

Accompagnement des deux artistes :

• Publication de la première monographie de chaque artiste aux Éditions Xavier Barral ;

• Création et organisation de l’exposition itinérante de leurs oeuvres dans quatre lieux culturels en France et/ou à l’étranger ;

• Aide à la production de nouvelles oeuvres présentées lors de la dernière étape de l’itinérance ;

• Acquisition par HSBC France de six oeuvres par lauréat pour son fonds photographique.

Les expositions :
Paris – Galerie Esther Woerdehoff – du 3 septembre au 10 octobre 2020
Metz – Cité musicale Metz – Galerie d’Exposition de l’Arsenal – du 21 novembre 2020 au 3 janvier 2021