Partage


“Léonard de Vinci. Animal“

Armelle FĂ©melat

aux Éditions Volare


Éditions Volare

PODCAST –  LĂ©onard de Vinci. Animal de Armelle FĂ©melat aux Éditions Volare.

par Anne-FrĂ©dĂ©rique Fer, Ă  Paris, le 16 dĂ©cembre 2019, durĂ©e 17’12. © FranceFineArt.

son Ă  insĂ©rer (click sur remplacer et changer Ă  partir d’un url)

“Léonard de Vinci. Animal” Armelle Fémelat//Couverture de Léonard de Vinci. Animal de Armelle Fémelat aux Éditions Volare. © éditions-volare
Couverture de LĂ©onard de Vinci. Animal, de Armelle FĂ©melat aux Éditions Volare. © Ă©ditions-volare.
“Léonard de Vinci. Animal” Armelle Fémelat//Léonard de Vinci, Deux cavaliers combattant un dragon, deux chevaux, un cavalier, un chien et un cheval, sans date. Paris, musée du Louvre. © Photo Musée du Louvre, dist. RMN-Grand Palais/Michel Utrado.
 LĂ©onard de Vinci, Deux cavaliers combattant un dragon, deux chevaux, un cavalier, un chien et un cheval, sans date. Paris, musĂ©e du Louvre. © Photo MusĂ©e du Louvre, dist. RMN-Grand Palais/Michel Utrado.
“Léonard de Vinci. Animal” Armelle Fémelat//Léonard de Vinci. Animal de Armelle Fémelat aux Éditions Volare, double page 56-57. © éditions-volare.
LĂ©onard de Vinci. Animal de Armelle FĂ©melat,aux Éditions Volare, double page 56-57. © Ă©ditions-volare.

extrait du communiqué de presse :

« L’esprit ailleurs, LĂ©onard caresse machinalement la tĂŞte du chat noir qui, comme souvent, s’invite dans l’atelier. Peu farouche, il est particulièrement câlin. Le regard de l’artiste suit l’ondulation qui court de l’échine jusqu’à la pointe de la queue, provoquant le hĂ©rissement des poils lustrĂ©s. L’animal entre et sort de l’atelier Ă  sa guise, quand il ne dĂ©cide pas de venir se coller contre les jambes, de s’y frotter dans un doux ronronnement. Interrogeant l’homme du regard, il ne tarde pas Ă  bondir sur ses genoux. Ă€ coups de museau brefs, il sollicite une caresse. LĂ©onard passe aussitĂ´t sa main sur son petit crâne, puis sous sa gorge, dans un mouvement souple de va-et-vient. L’animal tressaille. L’homme jubile Ă  observer ses yeux se plisser et cligner de plaisir : deux billes d’or fendues de noir. Â»

Ainsi commence le récit enlevé et très documenté dans lequel nous entraîne Armelle Fémelat. Une plongée au coeur de la vie quotidienne de Léonard de Vinci, peuplée d’animaux, réels ou imaginaires, où nous entrons dans l’intimité de son travail et de son oeuvre, où nous percevons l’énergie créatrice, si vivante et lumineuse, qui émane de ses dessins.

Nous devinons aussi les heures et les jours nécessaires à Léonard pour capter le moindre détail, ébaucher, de son trait nerveux, la courbure d’une patte, saisir la tension du postérieur d’un étalon, ou confronter personnage et animal en une vision universelle.

L’occasion de voir et comprendre les liens multiples entre les notes du maître, ses planches d’études et la représentation des animaux dans l’ensemble de son oeuvre.



L’auteure
Docteure en histoire de l’art, Armelle FĂ©melat a consacrĂ© sa thèse au portrait Ă©questre en Italie, Ă  la fin du Moyen Ă‚ge et au dĂ©but de la Renaissance. Chercheure associĂ©e au CESR, (Centre d’Ă©tudes supĂ©rieures de la Renaissance), Armelle FĂ©melat travaille sur la reprĂ©sentation des animaux Ă  la Renaissance et a publiĂ© divers articles sur ce sujet au cours des dernières annĂ©es.