Partage


“Saison d’art 2020 & 29e édition du Festival International des Jardins”

au Domaine de Chaumont-sur-Loire, Centre d’arts et de nature

du 16 mai au 1er novembre 2020

Domaine de Chaumont-sur-Loire

PODCAST -  Interview de Chantal Colleu-Dumond, Directrice du Domaine et du Festival International des Jardins, enregistrement réalisé par téléphone, par Anne-Frédérique Fer, entre Paris et le Domaine de Chaumont-sur-Loire, le 20 mai 2020, durée 17’55. © FranceFineArt.

PODCAST –  Interview de Chantal Colleu-Dumond, Directrice du Domaine et du Festival International des Jardins,

enregistrement réalisé par téléphone, par Anne-Frédérique Fer, entre Paris et le Domaine de Chaumont-sur-Loire, le 20 mai 2020, durée 17’55. © FranceFineArt.

son Ă  insĂ©rer (click sur remplacer et changer Ă  partir d’un url)

29e édition du Festival International des Jardins “Les jardins de la Terre, retour à la Terre Mère”, Domaine de Chaumont-sur-Loire, mai 2020. © Eric Sander.
29e édition du Festival International des Jardins “Les jardins de la Terre, retour à la Terre Mère”, Domaine de Chaumont-sur-Loire, mai 2020. © Eric Sander.
29e édition du Festival International des Jardins “Les jardins de la Terre, retour à la Terre Mère”, Domaine de Chaumont-sur-Loire, mai 2020. © Eric Sander.
29e édition du Festival International des Jardins “Les jardins de la Terre, retour à la Terre Mère”, Domaine de Chaumont-sur-Loire, mai 2020. © Eric Sander.
Les Oiseaux, exposition de Wang Keping au Domaine de Chaumont-sur-Loire, 2020. © Éric Sander.
Les Oiseaux, exposition de Wang Keping au Domaine de Chaumont-sur-Loire, 2020. © Éric Sander.

Extrait du communiqué de presse :

commissariat : Chantal Colleu-Dumond, Directrice du Domaine de Chaumont-sur-Loire et du Festival International des Jardins, commissaire des expositions d’art contemporain et de photographies.

Dans son écrin de verdure et d’architecture dominant le fleuve, le Domaine de Chaumont-sur-Loire se trouve au cœur des paysages culturels du Val de Loire inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Centre culturel de rencontre, Centre d’Arts et de Nature depuis 2008, Chaumont-sur-Loire est un lieu Ă  part dans le domaine de l’art et des jardins. Sa triple identitĂ© – patrimoniale, artistique et jardinistique – en fait, en effet, un lieu singulier, offrant au visiteur une expĂ©rience culturelle globale.

Le Domaine de Chaumont-sur-Loire est un lieu atypique, sorte “d’utopie artistique”, multidisciplinaire et multisensorielle, avec une programmation exigeante autour de laquelle des publics différents, de tous pays et de toutes générations, experts et non experts, se retrouvent et se croisent sans s’exclure.

Ouvert 363 jours par an, c’est un lieu vivant en chaque saison et en perpétuelle métamorphose. L’année est ponctuée par trois événements majeurs : la Saison d’art et le Festival International des Jardins marquent le printemps et l’été, tandis que rendez-vous est donné à la photographie pour l’automne et l’hiver, avec les expositions de Chaumont-Photo-sur-Loire. Entre ces temps forts, fleurissent de multiples occasions de partager à la fois la beauté du site et des moments de création exceptionnels.

Certaines oeuvres disparaissent et d’autres demeurent. S’il se renouvelle, chaque année, avec une quinzaine d’artistes et plasticiens invités, dans le cadre de la Saison d’art, et près de trente jardins éphémères conçus pour le Festival International des Jardins, le Domaine de Chaumont-sur-Loire s’inscrit aussi dans la durée. C’est notamment le cas de la commande spéciale de la Région Centre-Val de Loire à l’artiste Davide Quayola, mais aussi de nombre d’oeuvres et de jardins pérennes.

Vingt-quatre Ă©quipes internationales ont Ă©tĂ© retenues par le jury du 29ème Festival International des Jardins, s’ajoutant aux cinq invitĂ©s spĂ©ciaux auxquels a Ă©tĂ© donnĂ©e carte verte pour l’édition 2020 [ Eric Lenoir, Le jardin de la rĂ©silience / Patrick Nadeau, Le jardin de la serre – rainforest / Leon Kluge, Sous le soleil africain – Under the african sun / Alexandre LĂ©vy et Sophie Lecomte, Arbres d’écoute – Au creux de mon arbre j’entends vibrer le monde ], ce qui monte Ă  30 le nombre des nouveautĂ©s de cette Ă©dition consacrĂ©e Ă  la thĂ©matique très Ă©cologique des jardins de la terre.

Cette Ă©dition sera très internationale, puisque seront prĂ©sentes des Ă©quipes venues d’Inde, du BrĂ©sil, d’Irlande, d’Allemagne, d’Italie, des Pays-Bas, de Belgique, mais aussi de Suède. La pluridisciplinaritĂ© inhĂ©rente Ă  cette manifestation sera encore confortĂ©e, puisqu’elle fait apparaĂ®tre de nouveaux mĂ©tiers aux cĂ´tĂ©s des paysagistes et des jardiniers, comme des urbanistes, des designers, des agronomes, des ingĂ©nieurs acousticiens, des scĂ©nographes, des archĂ©o-botanistes, des biologistes… Le Festival International des Jardins de Chaumont-sur-Loire joue, une fois encore, son rĂ´le de laboratoire avec de remarquables innovations.

Marinette Cueco. © DR
Marinette Cueco. © DR
Exposition d’Axel Cassel au Domaine de Chaumont-sur-Loire, 2020. © Éric Sander.
Exposition d’Axel Cassel au Domaine de Chaumont-sur-Loire, 2020. © Éric Sander.
Philippe Cognée, Paysage vu du train 3, 2013, 89 x 146 cm. © Philippe Cognée
Philippe Cognée, Paysage vu du train 3, 2013, 89 x 146 cm. © Philippe Cognée

Saison d’art 2020, expositions et installations d’art contemporain

Avec Joël Andrianomearisoa, Giuseppe Penone, Philippe Cognée, Pascal Convert, Marinette Cueco, Makoto Azuma, Léa Barbazanges, Isa Barbier, Sophie Lavaux, Bob Verschueren, Marc Nucera, Vincent Barré, Axel Cassel, Wang Keping.

La Saison d’art 2020 offre au regard une promenade renouvelée au coeur de l’utopie verte du Domaine de Chaumont-sur-Loire. Comme chaque année, dans le Parc et le Château, une quinzaine de nouveaux artistes apportent au Domaine la grâce et la subtilité de leur univers. C’est ainsi que Joël Andrianomearisoa nous entraîne, avec une installation spectaculaire, dans plusieurs espaces de la Cour de la Ferme, au coeur d’une poétique méditation autour du jour et de la nuit. Deux sculptures de Giuseppe Penone nous font “respirer l’ombre” et traverser les apparences, tandis que de sublimes dessins inédits de l’artiste dévoilent, dans le Château, son obsessionnelle relation aux arbres et aux branches.

Dans le cadre de son exposition Paysages révélés, le peintre Philippe Cognée, dont est montrée une trentaine de toiles grand format, évoque, dans les ailes Sud et Ouest du Château, la vibrante splendeur de forêts, de broussailles et de grands champs sauvages ou cultivés. Toujours liés à la nature, bibliothèques, herbiers et collections jouent un rôle important dans la programmation 2020 : c’est ainsi que la bibliothèque du Château accueille les troublants livres cristallisés de Pascal Convert et que ses saisissantes souches noires marquent le Parc Historique de leur bouleversante force mémorielle.

Comment ne pas s’attarder aussi devant les chefs-d’oeuvre si simples et si évidents de la nature, que subliment les herbiers fantastiques de Marinette Cueco ou la bibliothèque de merveilles végétales de l’artiste japonais Makoto Azuma ? Les plumes oniriques d’Isa Barbier, les céramiques raffinées de Sophie Lavaux, les délicats cristaux de Léa Barbazanges peuplent de leur translucide blancheur les profondeurs du Château et de la Grange aux Abeilles.

L’installation L’arbre de Vie de Bob Verschueren, les créations organiques de Marc Nucera, les Couronnes d’arbres de Vincent Barré, les Oiseaux de Wang Keping, les Fumées et autres oeuvres du sculpteur Axel Cassel enrichissent de leur présence les parcs et les dépendances du Château, célébrant l’infinie diversité des formes, des matières et des possibles de la nature. Qu’ils soient éminents ou émergents, les artistes de cette Saison d’art de Chaumont-sur-Loire sauront nous faire partager, grâce au lien qu’ils ont su tisser avec les lieux, le délicat tremblé d’émotions rares et nécessaires à la fois.

Installation de Marc Nucera au Domaine de Chaumont-sur-Loire, 2020. © Éric Sander.
Installation de Marc Nucera au Domaine de Chaumont-sur-Loire, 2020. © Éric Sander.
Faisceau, installation d’Isa Barbier au Domaine de Chaumont-sur-Loire, 2020. © Éric Sander.
Faisceau, installation d’Isa Barbier au Domaine de Chaumont-sur-Loire, 2020. © Éric Sander.

29e Ă©dition du Festival International des Jardins

Thème de l’édition 2020 : “Les jardins de la Terre, retour à la Terre Mère”

Dans l’Antiquité grecque, la Terre Mère, Gaïa, Déesse mère personnifiant la terre fertile, donnant la vie, était, comme la Parvati hindoue, infiniment respectée… Dans la frénésie de la mondialisation et le développement exponentiel de sociétés tournées vers leur “croissance”, le lien s’est considérablement distendu avec cette figure fondamentale, protectrice et nourricière. Or, au-delà de sa puissance symbolique et mythologique, la Terre Mère, source fructueuse et éternelle, est une communauté indivisible et autorégulée de tous les êtres, végétaux, animaux et humains qui la constituent et doivent être protégés sans distinction. Les composantes physique, chimique, biologique, les différents écosystèmes, la biosphère, la poussière et les océans interagissent de façon à maintenir un environnement optimal pour la vie.

Lieu de reflet, de connaissance et de respect de tous ces accords mystérieux, lieu de partage et de convivialité, le jardin, microcosme, reflet du macrocosme, est l’espace, par excellence, de la possibilité d’une vie harmonieuse. La Terre est un jardin et tout jardin se doit être une leçon de ce que devrait être notre relation avec elle, trop souvent agressée, abîmée, au risque, désormais, de nous mettre en péril. Où et quels qu’ils soient, les jardins sont notre avenir et doivent proposer un modèle incluant un équilibre avec la nature et de nouveaux modes de coexistence entre humains et non humains.

Au service de cette idée et de sa traduction esthétique, les auteurs des jardins de l’édition 2020 ont proposé des réponses positives, ambitieuses et exemplaires. Magnifiant les merveilles de la Terre Mère, ils ont conçu des scénographies nouvelles et contemporaines, visant à faire comprendre, surprendre et faire rêver. Ils nous ont proposé des scénarios inédits, faisant naître l’envie de multiplier à l’envi les lieux verts.

Chantal Colleu-Dumond, Directrice du Domaine et du Festival International des Jardins

RĂ©ouverture du Domaine de Chaumont-sur-Loire 

À partir du samedi 16 mai 2020, et tous les jours de 10h à 20h, le Domaine de Chaumont-sur-Loire, dont les espaces se déploient sur 32 hectares, est de nouveau ouvert à la visite. Les merveilles de la Saison d’Art et du Festival international des Jardins sont accessibles dans le respect des mesures sanitaires fixées par le gouvernement.

Pour ne pas générer une longue file d’attente et de fluidifier les entrées, les visiteurs sont invités à réserver des billets dématérialisés sur le site internet du Domaine (www.domaine-chaumont.fr). La billetterie en ligne propose des billets datés avec deux créneaux d’arrivée, un le matin (10h00-14h00), l’autre l’après midi (14h00-19h00).

Pour assurer confort et sĂ©curitĂ©, les entrĂ©es et sorties seront Ă©galement diffĂ©renciĂ©es. De la mĂŞme manière, la mise en place de parcours Ă©vitant le croisement des personnes a Ă©tĂ© organisĂ©e, dans les parcs comme dans les jardins. Ces dĂ©placements Ă  sens unique permettront le respect de la distanciation et des gestes barrières.

En plusieurs endroits du site, du gel hydroalcoolique sera Ă  la disposition des visiteurs. Tous les points de vente (billetterie, boutiques, vente Ă  emporter) seront pourvus de plexiglas de protection. Le port d’un masque ou d’une visière sera gĂ©nĂ©ralisĂ© pour l’ensemble du personnel en contact avec le public.