Partage


Charlotte Mano

photographe plasticienne

Charlotte Mano

Charlotte Mano. PODCAST - Interview par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 8 janvier 2018, durée 23'37. © FranceFineArt.

PODCAST Interview de Charlotte Mano,

par Anne-Frédérique Fer, à Paris, le 8 janvier 2018, durée 23’37. © FranceFineArt.

son à insérer (click sur remplacer et changer à partir d’un url)

Charlotte Mano, Portraire. © Charlotte Mano.
Charlotte Mano, Thank you mum. © Charlotte Mano.
Charlotte Mano, Blind visions. © Charlotte Mano.

Cacher pour dévoiler

Jeune artiste photographe, fraîchement diplômée de l’école des Gobelins en juin 2017 ; les photographies de Charlotte Mano sont une expérience à vivre.

Ma première vision de son travail a été une image sombre, presque noire, une image où il n’y avait rien à voir, juste un aplat. Pour voir, j’ai du toucher l’objet, manipuler la surface sensible du papier. C’est la chaleur, de mes mains, qui a révélé la photographie.

Vous connaissez peut-être le principe de l’image latente, de l’image en devenir, de l’image qui a été capturée, et qui attend d’être développée pour apparaître et exister, avec Blind visions, Charlotte Mano utilise le même principe. Le révélateur est l’action du regardeur. Sans son implication, l’image reste absente, aveugle. L’image non révélée reste un fantasme, un imaginaire.

Charlotte Mano le sait, elle le dit, le propre de la photographie est de montrer. Par esprit de contradiction, dans une société où l’image est omniprésente, pour son travail de recherche, la jeune artiste explore de nouvelles possibilités. Elle essaye de trouver de nouvelles formes d’écritures photographiques. Par la somme d’expériences mais aussi par pudeur, en mettant des obstacles, elle cherche à détourner l’image. Entre dévoiler, cacher, apparaître, disparaître, Charlotte Mano détourne le réel.


Anne-Frédérique Fer